• «L’entraide et la solidarité»
  • Jano Couacaud plonge dans le grand bleu
  • Foot en Afrique : Nos arbitres sur le front
  • AfriEDX, la start-up qui monte et gagne
  • VS Home : histoire d’amour et de maison
  • Moka’mwad : À la découverte d’un collectif citoyen
  • Sailendrasing Heeralaul meurt électrocuté lors d’une partie de pêche
  • Goûte à Tout : Une émission «siro disik»
  • Zwe nou lamizik veut «Kraze»
  • Jay Bhunjun Memorial Challenge Cup : AS Malherbes fait un malheur

Saheb Biwi Aur Gangster 3 : Le jeu du chat et de la souris

Sanjay Dutt, Jimmy Shergill, Chitrangada Singh et Mahie Gill vont se manipuler les uns, les autres pour leur profit personnel.

Les méchants sont de sortie. Les bons sont relégués au placard. Avec ce thriller qui fait la part belle à l’érotisme, il n’y a pas de place pour les valeurs morales. Ici, toutes les manigances et les coups bas sont permis. Le sang va couler à flots.

Dans cette saga, même les «bons» sont méchants. Le troisième volet de Saheb Biwi Aur Gangster, dans nos salles cette semaine, ne fait évidemment pas exception. Comme ses prédécesseurs, il nous plonge dans une atmosphère lugubre où les protagonistes doivent être constamment sur leurs gardes. Chacun a un agenda caché qu’il doit jalousement protéger.

 

Pour ce troisième épisode, le réalisateur Tigmanshu Dhulia, qui a réalisé les deux premiers volets, a gardé pratiquement tout le casting initial en y apportant quelques modifications. Ainsi, Jimmy Shergill reprend son rôle de saheb (maître) qui passe ses journées à trouver le moyen de détruire ses ennemis et ses nuits auprès d’une courtisane.

 

À ses côtés, nous retrouvons Mahie Gill qui incarne l’épouse (biwi), une femme fatale qui est au courant des frasques de son mari et qui lui rend la monnaie de sa pièce. Pour survivre dans ce monde de brutes, elle se sert de son lit comme d’une arme… fatale. Dans Saheb Biwi Aur Gangster 3, Mahie Gill renoue avec un personnage froid et manipulateur qu’on retrouvait également dans les deux précédents épisodes.

 

Grand changement concernant le rôle du gangster qui est joué pour la première fois par Sanjay Dutt. Le bad boy de Bollywood remplace Randeep Hooda et Irrfan Khan (les méchants du premier et du deuxième tomes respectivement). C’est d’ailleurs un film que les fans de Sanjay Dutt attendent avec impatience car l’acteur déçoit rarement dans des rôles négatifs. Khal-Nayak, réalisation de Subhash Gahi dans lequel il joue un vagabond sans cœur, est considéré comme l’un des meilleurs films de sa carrière.

 

Autre innovation : la présence de Chitrangada Singh en femme fatale qui jettera son dévolu aussi bien sur Jimmy Shergill que sur Sanjay Dutt. Soha Ali Khan – qui a figuré dans le deuxième volet –, aura aussi un rôle-clé dans cette saga meurtrière.

 

Avec Saheb Biwi Aur Gangster 3, c’est une histoire de chantage, de vengeance, le tout agrémenté d’une bonne dose de jambes en l’air, qui vous attend.