• Baz’Art Kreasion : Sur le chemin de l’autonomie
  • Agression mortelle de Farook Chaumun : Les enquêteurs n’écartent aucune thèse
  • Rallye Automobile : Les bolides à l’assaut de Curepipe
  • Avi : «J’ai peur pour mon bébé»
  • Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina

Le grand amour en kreol morisien

De la poésie et beaucoup d’amour. Le metteur en scène, comédien et écrivain Kavinien Karupudayyan et son ami Neekeea Ramen nous proposent Lamur en ekri, une traduction «libre» en kreol morisien du Thirukkural ; les versets du poète et philosophe Thiruvalluvar. Cependant, vous n’aurez pas la totalité des écrits en kreol morisien, puisque les auteurs et traducteurs se sont penchés seulement sur la traduction de la dernière partie de l’œuvre, consacrée à l’amour. L’ouvrage a été lancé jeudi 19 juillet par les auteurs à la municipalité de Port-Louis. 

 

À gauche, la version originale en tamoul, et à droite la traduction «libre» en kreol morisien. Du complet qui donne un sentiment de feel good, de love, et qui fait bien rire parfois lorsque sont évoqués les palabs et autres jeux amoureux, que ce soit du point de vue du garçon ou de la fille. Dans sa préface, l’écrivain Lindsey Collen souligne : «Ce qu’il y a de particulier avec cette série de poèmes, c’est qu’ils rentrent en profondeur dans la passion de l’amour dans tous ses sentiments contradictoires, et qu’en même temps, ils ne sont pas sérieux du tout – mais plutôt ludiques.»

 

De quoi vous donner envie de vous plonger dans cette traduction passionnée... sur la passion.

 

Extrait :

Kural 1251 :

Laport mo leker finn veruye

Me pwisans lars lamur buku pli for

Pu kas laport laont

 

Kural 1252 :

Seki nu apel lamur

Li san pitye

Li pez lor mo leker

Mem omilye lanwit