• Pascal Tsin : Mon business autrement
  • Anoushka Shankar : en attendant mercredi
  • Kyokushinkai – All Asia Championship : Zakariyya Ozeer offre le bronze à Maurice
  • Un «Beautiful Cocktail» signé Curty Laviolette
  • Lari Napa Enn Labri : pour un «waouf» de solidarité
  • Ils dénoncent un policier et sont arrêtés pour vol | Les frères Hazemoth : «Il s’agit d’une injustice»
  • Arnaud Poulay : «Les Agaléens sont tous révoltés»
  • Décès de Mathieu Leveque, 14 ans, en classe : Tristesse et révolte d’un père en quête de vérité
  • Agnès Cateaux : oh my look !
  • Batti Gul Meter Chalu : Laissons entrer la lumière

Red Faction : Guerrilla Re-Mars-tered | Quand la destruction voit rouge

C'est la révolution ! En 2009, la franchise Red Faction (qui existe depuis 2001) proposait l'opus sous-titré Guerrilla qui s'est fait un petit nom en termes de destructions massives de décors. Aujourd'hui, la nouvelle technologie offre l'occasion de ressortir le jeu dans une version dépoussiérée. Anou al lor Mars… encore. Pour une expérience qui défoule, sans plus.

 

Nous sommes 50 ans après les événements du premier jeu de 2001 et les conditions de vie des colonies martiennes n'ont pas vraiment évolué : du coup, la révolution gronde toujours. La Earth Defense Force impose toujours sa dictature sur le territoire. Et c'est dans ce climat que notre héros plus ou moins charismatique va faire parler les gros flingues dans le but de tout faire exploser.

 

En tout cas, voici le jeu du moment si vous voulez vous défouler sur PC, PS4 ou XBOX One : on peut tout détruire dans ce jeu, décors, véhicules, gens. C'est de l'action plutôt rythmée qui vous attend en plus, entrecoupée de cinématiques plutôt sympas. Le tout avec vue à la troisième personne pour mieux voir tout ce qui se casse autour de vous, alors que les premiers Red Faction étaient des first-person shooters (jeux d’action en vue subjective).

 

Et qui dit remaster dit refonte graphique. On a droit à un jeu plus beau, visuellement plus fin, roulant en 4k et en 60fps sur les appareils concernés, même si la direction artistique reste toujours bof, bof. Pas mal, assez joli, mais rien qui va vous faire tomber par terre.

 

Sinon, le jeu en lui-même ne change pas, si ce n'est qu'il nous vient avec tous les DLC d'alors disponibles ensemble. Et cumule donc les mêmes défauts que l'ancienne version : c'est plutôt répétitif au niveau de l'action, les environnements sont peu variés ainsi que les objectifs à remplir. Bon, vous pourrez aussi piloter des véhicules mais les sensations de conduite ne sont pas plus terribles que ça.

 

Au final, c'est un joli défouloir où on casse tout dans un monde ouvert. Sauf que depuis la sortie du jeu en 2009, d'autres jeux en open world proposent des expériences plus riches et variées. N'empêche, les amateurs de destruction et d'action musclée devraient y trouver leur compte, s'ils ne s'ennuient pas avant la fin du jeu.