• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Un enfant, un sourire : Pour une enfance heureuse

Entre remises de vivres, visites sur le terrain et journées récréatives, l’équipe des deux sœurs a fort à faire.

Elles sont deux sœurs et ont en commun le désir et l’ambition de soutenir et de venir en aide aux enfants qui font face à des situations difficiles. Queency et Aurélie Pertaub ont ainsi créé leur association : Un enfant, un sourire.

Parce que l’enfance est faite pour rire, découvrir, être choyé, protégé et aimé. Parce que cette étape si précieuse de la vie est faite pour être heureux, tout simplement… Queency et Aurélie Pertaub ont décidé de tendre une main bienveillante à ces petits qui vivent dans des conditions précaires et qui passent, malgré leur jeune âge, par des moments difficiles. Une détresse face à laquelle elles ne pouvaient rester insensibles. Leur association, Un enfant, un sourire, qui a vu le jour en novembre dernier, témoigne de leur engagement, disent-elles, envers la communauté et leur pays.

 

Un enfant, un sourire, comme l’indique l’intitulé, a pour objectif d’apporter aide, soutien et encadrement aux enfants en difficulté. «Nous vivons à St-Pierre et nous avons toujours vu, autour de nous, dans le quartier, des enfants qui passaient par des moments douloureux, que ce soit à cause de la pauvreté ou de la maladie. En grandissant, nous avons voulu nous engager et faire quelque chose de concret pour eux, d’où la création de cette association. C’était notre plus grand rêve», confie Queency Pertaub. Le bénévolat, explique-t-elle, a toujours fait partie de leur vie. Pour celles qui sont engagées depuis toujours dans leur communauté spirituelle, mettre sur pied un tel projet a été comme une évidence, une suite logique de leur jeune parcours.

 

Portant leur motivation et leur conviction à bout de bras, elles se sont donc lancées activement dans le social, au profit des enfants en situation difficile. L’innocence des enfants qu’elles ont pu rencontrer les a confortées dans l’idée d’avoir choisi le bon champ d’action. «Nous avons développé différents pôles d'activité : recherche-action, relation d'aide, dons, aide éducative, accès aux loisirs, sensibilisation du grand public et publication d'ouvrages spécialisés.  Autant de moyens pour contribuer à améliorer les systèmes d'aide et de soins au profit des enfants, particulièrement des enfants victimes de pauvreté», souligne Aurélie Pertaub.

 

Si au départ, les deux sœurs étaient seules à se lancer dans cette aventure sociale, aujourd’hui, Aurélie et Queency Pertaub ont été rejointes par plusieurs autres personnes qui souhaitent, comme elles, mettre la main à la pâte et apporter leur pierre à l’édifice. L’objectif est la même : que les enfants faisant face à des situations difficiles puissent connaître des jours meilleurs. «Pour le moment, ce sont essentiellement des amis et des membres de la famille qui veulent se joindre à notre action et faire quelque chose pour ces enfants. Nous comptons aujourd’hui une vingtaine de membres. Nous attendons l’aval des autorités pour pouvoir faire appel aux entreprises dans le cadre du CSR. Pour le moment, nous comptons sur nos cotisations et les levées de fonds», explique la fondatrice.

 

Le but, lance cette dernière, est de changer les vies de ces enfants, de ces femmes et de ces familles qu’au départ, tout semble condamner, afin qu’ils puissent réaliser qu’un changement de vie est possible. Depuis la création d’Un enfant, un sourire, le groupe a organisé plusieurs activités. «Malheureusement, encore aujourd’hui, de nombreuses familles vivent en dessous du seuil de pauvreté. Souvent, les enfants manquent de choses essentielles et ne mangent pas à leur faim. Nous sommes là justement pour qu’ils puissent avoir ce dont ils ont besoin et ainsi soulager leur famille», explique Aurélie.

 

Situations émouvantes

 

L’association a donc organisé plusieurs remises de dons, de nourriture, de couches, de vêtements ou encore de matériel scolaire. Une façon de venir concrètement en aide à ces familles. «Nous visitons aussi de nombreuses personnes isolées, malades ou pas, chez elle, à l’hôpital, dans des maisons de retraite ou en prison. Nous faisons de notre mieux pour apporter à toutes ces personnes du soutien, du réconfort, des loisirs. L’association a été confrontée à des situations très particulières et émouvantes. Cette activité bénévole apporte beaucoup sur le plan humain et en termes d’expérience. C’est pour cela que ma sœur et moi souhaitons aller le plus loin possible dans notre engagement», poursuit Queency Pertaub. 

 

À travers Un enfant, un sourire, les deux sœurs et leur équipe soutiennent aussi activement les enfants malades, comme le petit Shane Bucktowar. «Il a 1 an et est adorable. Shane est né avec une malformation, soit un bec-de-lièvre. Nous avons aidé ses parents en faisant une levée de fonds et avons aidé la famille pour son voyage en Inde. Le petit va bientôt s’y faire opérer», lance Queency. Si elles se concentrent, pour le moment, sur les régions de St-Pierre, Dagotière et Bel-Air, les deux sœurs comptent bientôt aller vers d’autres régions.

 

Des projets, elles en ont plein la tête. Elles comptent d’ailleurs organiser une grande soirée en décembre afin de lever des fonds pour soutenir leurs différents projets. «Nous allons aussi créer notre hymne qui sera composé par Pamela Ciceron», annonce Queency. Bientôt, Aurélie compte, elle, entreprendre des études supérieures en psychologie afin de se perfectionner et proposer des services de thérapie pour les enfants et leur famille.

 

En attendant, les deux sœurs enchaînent les activités afin d’apporter, comme elles le disent si bien, un sourire sur le visage des enfants et de leur famille.