• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Notre premier satellite local bientôt en orbite

L'équipe du Mauritius Research Council : Jean-Marc Momplé, Koushul Narrain,  Faraaz Shamutally, le Dr Vikram Bissonauth et Ziyaad Soreefan.

«L'espace, l'ultime frontière», dit le monologue de Star Trek. En tout cas, l'île Maurice sera sur la carte spatiale avec le prochain déploiement d'un petit satellite local dans l’espace. Détails et explications de Vikram Bissoonauth, du Mauritius Research Council, un des Project Managers de cette initiative qui va nous emmener un peu plus près des étoiles.

C’est quoi ce projet ?

Il s'agit en fait d'un concours annuel organisé par l’United Nations Office for Outer Space Affairs (UNOOSA), en collaboration  avec la Japan Aerospace Exploration Agency. Le programme s’intitule KiboCUBE. L’objectif est simple : présenter le projet d'un Cube Sat, sous la forme d’un proposal écrit, détaillant tout le projet, de la construction à la mise en orbite. C'est la première fois que l'île Maurice s'implique dans ce concours et nous avons été choisis le 18 juin, lors d'une annonce à Vienne, pour participer au troisième cycle de ce programme, qui constituera à la construction et la mise en orbite du satellite mauricien !  

 

Qui est impliqué ?

Notre équipe comprend : le Mauritius Research Council, où je suis moi-même Project Manager, sous l'égide du ministère des TIC, et des experts venant de l'Université de Maurice, de l’Université de Technologie, du Mauritius Sugar Industry Research Institute et de l'Institut d'Océanographie de Maurice.  D’autres ministères sont aussi de la partie, notamment ceux des Affaires étrangères et de l'Éducation, qui nous ont d’ailleurs informés du projet. 

 

C'est quoi ce satellite ?

«C'est un tout petit satellite, d’environ 10 cm2. Il est ce qu’on appelle un Nanosatellite qui récolte et transmet des données à un QG qui est, lui, bien sur terre et que nous allons bientôt aménager. Dans notre cas, le satellite sera muni de plusieurs caméras infrarouges. Ce genre de satellites peut transmettre, par exemple, des chiffres sur les récoltes de cannes à sucre, sur l’emplacement de ressources naturelles ou même sur les bancs de poissons dans la région, puisque l'océanographie est aussi concernée.

 

Quand sera-t-il déployé ?

Nous avons environ un an pour accomplir le projet, c'est-à-dire jusqu'à la mise en orbite dans l'espace, qui se fera au Japon en 2019. Mais nous devrons terminer, selon nos experts, la construction du satellite d’ici six mois. Heureusement, nous avons eu l’aide d'une compagnie écossaise du nom de Clyde Space et de plusieurs autres qui vont nous aider dans la construction et le bon déroulement des tests sur le satellite.

 


 

Le ministre est content

 

Dans un communiqué, le ministre des TIC, Yogida Sawmynaden, a déclaré, à propos de ce projet : «Il est indéniable que ce satellite augure un futur prometteur pour la République de Maurice, un futur où les métiers de l'aérospatial et de l'ingénierie avancée deviennent clés dans notre ambition de transformer Maurice en un pays à revenu élevé et inclusif. Ces métiers du futur nécessiteront, dans les années à venir, des jeunes formés à la science, à la technologie, à l'ingénierie et aux mathématiques.»