• Pascal Tsin : Mon business autrement
  • Anoushka Shankar : en attendant mercredi
  • Kyokushinkai – All Asia Championship : Zakariyya Ozeer offre le bronze à Maurice
  • Un «Beautiful Cocktail» signé Curty Laviolette
  • Lari Napa Enn Labri : pour un «waouf» de solidarité
  • Ils dénoncent un policier et sont arrêtés pour vol | Les frères Hazemoth : «Il s’agit d’une injustice»
  • Arnaud Poulay : «Les Agaléens sont tous révoltés»
  • Décès de Mathieu Leveque, 14 ans, en classe : Tristesse et révolte d’un père en quête de vérité
  • Agnès Cateaux : oh my look !
  • Batti Gul Meter Chalu : Laissons entrer la lumière

Vaccin anti-grippe, le «must» pour affronter l’hiver

«La meilleure période pour se faire vacciner est un peu avant l’hiver, vers le début du mois d’avril», recommande le Dr Balakrishnan.

Des éclosions de grippe se produisent chaque année durant la période hivernale. Pour les éviter, rien de mieux que les fameux vaccins. Le Dr Vinod Balakrishnan, Medical Coordinator-Wards, Marketing and PHC à la  Fortis Clinique Darné, nous dit tout sur cette mesure anti-grippe.

Des frissons, des douleurs, de la fièvre et des maux de tête... Et si c’était la grippe ? S’attaquant au système respiratoire, cette infection virale a un impact sur tout l’organisme, au point de vous clouer au lit durant trois à sept jours. Mais elle peut être bien plus grave et est la cause de nombreux décès chaque année chez les personnes âgées et les plus fragiles. D’où l’importance de faire le vaccin anti-grippe, la meilleure protection contre la maladie. «Le vaccin sert à prévenir les maladies et à éviter les complications qui y sont liées», explique le Dr Vinod Balakrishnan, Medical Coordinator-Wards, Marketing and PHC à la Fortis Clinique Darné.

 

«Les gens pensent souvent qu’une fois que le vaccin est effectué, on est immunisé à vie. Or, le vaccin anti-grippe doit impérativement être renouvelé chaque année car le virus de la grippe modifie sa structure chaque saison et le vaccin doit donc s’adapter», souligne notre interlocuteur. Il tire aussi la sonnette d’alarme sur la croyance que si une personne se fait vacciner, elle n’aura pas de grippe. «Nombreuses sont les personnes qui ne renouvellent pas la dose de vaccin anti-grippe car, dans le passé, elles ont eu la grippe bien qu’elles aient été vaccinées. Mais on doit comprendre que la grippe connaît une période d’incubation de trois à cinq jours avant de se manifester. Si une personne fait le vaccin dans une période d’incubation, les symptômes de la grippe vont apparaître par la suite et le vaccin n’agira pas.»

 

D’où l’importance de se faire vacciner au bon moment. «La meilleure période pour se faire vacciner est un peu avant l’hiver, vers le début du mois d’avril. Car le vaccin prendra deux semaines pour avoir le feu vert du système immunitaire et se mettre à agir pour le booster. Mais même en étant vacciné et la période de deux semaines passée, on peut contracter la grippe mais elle ne progressera pas jusqu’à la phase de complication. À noter qu’il y a d’autres virus qui se manifestent aussi avec des symptômes de grippe mais qui sont moins aigus», nous explique le médecin.

 

C’est pourquoi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’assure toujours de prendre connaissance du virus responsable de l’épidémie de grippe chaque hiver pour créer le prochain vaccin. En sus de se réinventer chaque année, le vaccin s’adapte aussi selon la région. «Pour définir la composition du vaccin contre la grippe saisonnière, l’OMS tient en compte la région où réside la population concernée. Ce qui signifie que le vaccin de l’hémisphère Nord et celui de l’hémisphère Sud, où nous nous trouvons, ne serons pas similaires et tout est lié au virus qui a sévi durant la saison dans la région concernée.» C’est pour cela que les personnes qui sont souvent en déplacement doivent s’assurer de faire le vaccin.

 

Et en cas d’apparition de symptômes de la grippe, il ne faut pas avoir recours à l’automédication mais solliciter un avis médical en priorité car la transmission est rapide. «L’influenza est transmise par des gouttelettes infectieuses lorsque la personne infectée éternue, tousse, parle, ou par contact direct avec les mains, les baisers, entre autres. C’est pour cela qu’il faut prendre des précautions et se faire tous vacciner», enchaîne le Dr Vinod Balakrishnan. «Allant du nourrisson de six mois aux seniors, en passant par les cancéreux à n’importe quel stade, les diabétiques et les femmes enceintes, le vaccin anti-grippe est obligatoire pour tous. Il n’y a pas de contre-indications et les cas d’allergie sont vraiment très rares. Même si, pour ma part, je conseille à mes patients de ne pas consommer des fruits de mer, des œufs, des aliments en boîtes ou d’autres aliments qui favorisent les allergies, pendant une durée de 24 heures.»

 

Il conseille aussi vivement de se faire vacciner uniquement dans des centres de vaccination accréditée et de privilégier une alimentation saine tout au long de l’année pour booster le système immunitaire. Et mettre la grippe K.-O. !