• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Maurane : ils l’ont côtoyée…

Joyce Veerasamy et la chanteuse en 2004 .

Le lundi 7 mai, la chanteuse à la belle voix s’est éteinte. Plusieurs de ceux qui la connaissaient bien ou l’ont juste rencontrée reviennent sur sa belle personnalité…

«On ne pourra jamais les séparer», chantait-elle dans L’un pour l’autre. Sauf que le destin en a décidé autrement. La chanteuse Maurane s'est séparée de nous, le lundi 2 mai, à l’âge de 57 ans. À l’heure où nous mettions sous presse, la presse belge (pays d’origine de l’artiste) évoquait une possible crise cardiaque. Elle laisse derrière elle une riche carrière, avec de belles chansons à texte – comme Tu es mon autre avec Lara Fabian, Sur un prélude de Bach ou ecore Pas gaie la pagaille – et une voix reconnaissable entre mille. Vendredi soir, le pub The Irish a plus ou moins bouleversé sa programmation pour une soirée hommage à la chanteuse.

 

Maurane et Maurice, c’est quand même une belle histoire : deux concerts au Plaza, en 2000 et 2004, et un autre au MGI de Moka en 2006. Sans parler du clip L’un pour l’autre, tourné chez nous. Ceux qui l’ont côtoyée, ici et ailleurs, gardent d'elle le souvenir d'une femme à la vitalité et à l’énergie très communicatives.

 

Franklin De Marel, photographe français qui a posé ses valises chez nous depuis plus de 30 ans, a bien connu Maurane, qu’il a rencontrée au cours de ses activités (il a une vraie passion pour les photos d’artistes) en France : «On a toujours été de bons amis. Je me rappelle ces moments où on prenait un verre ensemble, des moments de joie. Elle était la joie, Maurane, une sacrée bonne vivante. Ce qui me frappait aussi, c’est qu’après chaque concert, elle invitait ses musiciens à aller prendre un verre. Elle aimait les gens. Je ressens juste une très grande tristesse maintenant.»

 

Les Mauriciens ne sont pas en reste. Certains ont même partagé la scène avec la chanteuse, à l'instar d'Éric Triton, qui a assuré la première partie du concert de Maurane au MGI en 2006. À la fin du show, il est monté sur scène et a chanté avec elle pour le climax. Maurane, que notre compatriote connaissait déjà depuis un moment pour l’avoir côtoyée à Paris, et lui sont devenus très vite amis. «Difficile de ne pas devenir ami avec Maurane. On devient facilement potes. En tant qu’artiste, c’était quelqu’une de très humble. Elle va beaucoup nous manquer…»   

 

Rama Poonoosamy, directeur d’Immedia, a brièvement papoté avec la chanteuse lors d’un cocktail après son concert au Plaza en 2000. «C’était assez bref, on a échangé quelques mots, je ne me rappelle plus trop de quoi on avait parlé, mais on devine très vite que c’est une personne très affable, très conviviale. En plus, avec une si belle voix qui s’est malheureusement éteinte.»

 

Joyce Veerasamy, que l’on connaît comme producteur et dénicheur de jeunes talents, quand il ne fait pas de politique, a aussi passé un court moment avec la chanteuse : «Je ne l’ai rencontrée qu’assez brièvement après le concert de 2004. Mais j’ai rencontré une femme tout à fait charmante, très affable, et on a même eu le temps de prendre une photo ensemble.» 

 

Finalement, avec de si beaux souvenirs d’elle, on ne pourra se séparer si facilement de l’inoubliable Maurane…