• «L’entraide et la solidarité»
  • Jano Couacaud plonge dans le grand bleu
  • Foot en Afrique : Nos arbitres sur le front
  • AfriEDX, la start-up qui monte et gagne
  • VS Home : histoire d’amour et de maison
  • Moka’mwad : À la découverte d’un collectif citoyen
  • Sailendrasing Heeralaul meurt électrocuté lors d’une partie de pêche
  • Goûte à Tout : Une émission «siro disik»
  • Zwe nou lamizik veut «Kraze»
  • Jay Bhunjun Memorial Challenge Cup : AS Malherbes fait un malheur

En concert aujourd’hui | Lisandro Cuxi : «J’avais trop hâte d’être à Maurice»

Il compte les heures et n’attend qu’une chose : rencontrer le public mauricien. C’est dans le cadre magique du Tamarina Golf & Spa Boutique Hotel que nous avons rencontré hier, samedi 28 avril, le dernier gagnant de The Voice qui sera en concert cet après-midi au Big Willy’s, à Tamarin…

Comment votre première nuit à Maurice s’est-elle passée ?

 

Mon séjour se passe merveilleusement bien. Les gens sont très accueillants et souriants, et cela me fait du bien, je respire. Ce qui nous manque un peu en France. Je me sens vraiment bien ici.

 

Et quel est votre état d’esprit à quelques heures de votre show au Big Willy’s ?

 

Je suis un peu stressé car je ne sais pas si le public m’attend vraiment. Je me pose un peu de questions : est-ce que les gens ici sont vraiment chauds ? À part ça, j’aime la scène. Je ne vis que pour ça. Je n’aime que ça, j’avais trop hâte d’être à Maurice.

 

Quelle a été votre réaction lorsqu’on vous a proposé de faire une scène à Maurice ?

 

Maurice, c’est quand même Maurice. C’est vraiment beau. C’est le soleil, c’est les plages et c’est aussi les gens. Donc, j’ai tout de suite dit oui.

 

Comment avez-vous vécu le fait de terminer à la deuxième place après la Mauricienne Jane Constance à The Voice Kids en 2015 ?

 

À l’époque, j’étais jeune. Je suis un combattant. Quand je bosse, j’aime aller au bout. J’avais énormément travaillé. C’était mon premier vrai concours et je suis allé au bout et, au final, on m’annonce que je n’ai que la deuxième place. Toute personne qui arrive à cette place n’est pas aussi contente que si elle arrivait à la première place mais, dans ma tête, je me disais que chacun a droit à sa chance et que c’était peut-être pour après. C’est pour cela que j’ai retenté l’aventure deux ans plus tard et c’est là que je suis arrivé en finale. Je suis repassé par toutes les étapes pour gagner. C’est pour cela que je dis à chaque fois qu’il faut toujours se battre.

 

Depuis votre victoire à The Voice l’année dernière, on a l’impression que tout va vite pour vous. Votre album est arrivé, votre single Danser a été certifié disque d’or, vous faites de nombreuses scènes, vous avez participé à la sélection pour l’Eurovision sans oublier votre titre de Révélation de l’Année aux NRJ Music Awards 2017. Et vous n’avez que 18 ans… Comment faites-vous ?

 

Même moi, je ne sais pas trop finalement. Je pense que j’ai toujours eu à me battre pour avoir ce que je veux. J’aime bien avoir à chaque fois de nouveaux défis. Mais il y a un moment où je vais devoir me calmer. Mais c’est vrai que, quand je n’ai pas ce que je veux, je fais tout pour l’avoir.

 

C’était un choix d’aller aussi vite après votre victoire à The Voice ?

 

Oui et non. Mais j’étais prêt quand même. Finalement, je pense que, dans ma vraie direction à moi, je n’étais peut-être pas assez mature pour vraiment dire ce que j’avais envie de faire ou pas. Pour mon prochain album, je suis vraiment sûr de ce que je veux et de ce que j’ai envie de transmettre aux gens.

 

Vous ressentez quoi quand vous êtes sur scène ?

 

Entre le studio et la scène, c’est vrai que j’aime beaucoup la scène, quoique j’aime aussi créer. Mais c’est vraiment quand je suis sur une scène que j’arrive à m’exprimer, à donner de l’amour aux gens, à danser, à m’exprimer. Clairement, je préfère être sur scène que dans la vraie vie. J’ai un problème de bégaiement. Ce qui fait que je ne suis pas à l’aise dans la vraie vie mais une fois sur scène, je n’ai plus ce problème-là.

 

Comment gère-t-on tout ce succès quand on a 18 ans ?

 

Gérer, c’est avoir un bon entourage, avoir une maman qui te tire les oreilles pour te rappeler que tu n’es personne encore. C’est vraiment un tout mais c’est surtout l’entourage, la famille.

 

On a appris, à travers un tweet, que vous avez déjà quelques titres qui sont prêts pour votre prochain album. Vous pouvez nous en dire plus ?

 

Je prépare déjà les morceaux. J’ai des surprises qui arrivent et je ne peux pas encore en parler. Mais on pense à la sortie prochaine d’un nouveau single et on y travaille.

 

Peut-on avoir la direction de votre prochain album ?

 

J’aime bien ce côté pop-inter qui me représente bien.

 

Et l’Eurovision, c’était une déception ?

 

C’était un vrai coup dur. J’avais vraiment travaillé pour ce concours. J’ai travaillé pendant des semaines pour préparer cela. Quand tu as des gens à l’international qui te disent que t’es le premier, que t’es leur favori et que les votes français ne suivent pas… c’est dur.

 

Vous chantez, vous dansez, vous maîtrisez l’anglais comme le français… Finalement, qu’est-ce que vous ne savez pas faire ?

 

Il y a plein de choses que je ne sais pas faire (rires). Je ne sais pas cuisiner. Quoique je fais un très bon poulet. Je n’ai que 18 ans. Je pense que j’ai encore beaucoup d’années pour apprendre la vie, même «businessment» parlant. Comme gérer des contrats, par exemple. Mais c’est vrai que j’aime chanter, danser, jouer du piano. J’aime apprendre. Et dans quelques années, j’aimerais bien être un compositeur et travailler pour les gens. J’ai envie de me construire.

 

Suivez-vous l’actuelle saison de The Voice ?

 

Il y a des samedis où je regarde mais en ce moment, je bouge énormément avec les différentes dates que je fais. Mais il y a une candidate que j’aime beaucoup. Elle s’appelle Maëlle. Elle a une voix de malade. C’est une très belle émission. J’ai hâte d’aller remettre le trophée au prochain gagnant.

 

Vous êtes toujours en contact avec Matt Pokora ?

 

On se parle encore, on se donne des news de temps en temps. C’est vraiment un mec bien.

 

Et après Maurice, vous faites quoi ?

 

Après Maurice, je serai dégoûté. Je serai vraiment déçu de partir parce que c’est vraiment très beau. Après, j’ai plein de dates. Je rentre directement en studio pour préparer la suite.

 

Que proposerez-vous aux Mauriciens cet après-midi ?

 

Je vais proposer un show. Je vais essayer de transmettre ce que j’aime.

 

Est-ce qu’il y a une rencontre prévue avec Jane ?

 

Bien sûr. On va se croiser…

 

Avez-vous quelques mots pour vos fans mauriciens ?

 

J’ai vu, sur les réseaux sociaux, que vous m’attendiez. Soyez prêts parce que ça va être très, très chaud.

 


 

Demandez les billets !

 

L’événement, une initiative de Gamdou Entertainment, aura lieu aujourd’hui au Big Willy’s, à Tamarin, de 17 à 23 heures. Également à l’affiche de la Summer Music Afternoon : Fabien Cornelius, d’autres artistes et des DJ, notamment Jimmy Gassel, Ash et Mastikfunk. Les prix des billets se déclinent comme suit : Rs 600 (Normal) et Rs 300 (les enfants de moins de 12 ans), et sont en vente à Jumbo Phoenix et à la porte uniquement. Pour plus d’infos, appelez au 5980 2843.