• Dawn’s Early Light : un partage tout en musique
  • ACCA Mauritius accueille ses nouveaux membres
  • Dans la cuisine de Prerrna Mirchi
  • Deux concerts changent de lieu
  • Le nouveau voyage de Gaël Froget
  • Shadow of the Tomb Raider : Lara toujours «kas dan ta» !
  • Quand le «Startup Weekend» fait des gagnants 
  • La vie de fashionisto de Miguel
  • Désiré François lance sa «Matante»
  • Scalpel Victor, rappeur sentimental

Trois questions à… Saheed Thupsee, président de The Aaleemee Society

Une action pour le bien de tous. C’est celle de l’association The Aaleemee Society qui organise un medical camp dans le cadre des 50 ans de l’Indépendance. Le président de l’ONG, Saheed Thupsee, nous en dit plus et tient à remercier ses partenaires ; le Sir Abdool Razack Mohamed Centre à Phoenix (où se tiendra le medical camp, le 11 mars, de 9h30 à 14 heures), les médecins privés, la Chisty Shifa Clinic et Phylak Sachsen.
 

Un «medical camp» dans le sillage du 12 mars : pourquoi mettre l’accent sur la santé ?

 

Parce qu’aujourd’hui, les gens ne se préoccupent plus vraiment de leur santé. Avec le développement, on se soucie de l’argent, de l’habillement, de ce que l’on possède mais pas de ce qui est essentiel : la santé. C’est un domaine qui me tient à cœur. J’ai été Health Leader en ce qui concerne la mise en oeuvre de la santé de pointe à Maurice.

 

Aujourd’hui, il y a les fast-foods : on fait moins attention à ce qu’on mange. On cuisine moins à la maison. Pourtant, ce serait bien qu’on fasse attention à notre alimentation. Combien de sucre, de sel et d’huile dans nos repas ? L’hypertension et le diabète (plus de 127 000 Mauriciens en souffrent) sont des problèmes de santé qui nous affectent. Le stress aussi. Le message de ce medical camp : pran kont ou lasante. Et faites un medical check-up deux fois par an.

 

À qui s’adresse ce rendez-vous ?

 

Aux jeunes, aux moins jeunes et aux personnes âgées ! À tout le monde, tous ceux qui ont à cœur leur santé. Nous mettons à leur disposition une équipe de professionnels qui les auscultera et les conseillera. Toute machine a besoin d’un servicing. Il y aura aussi des nutritionnistes. Et nous mettrons l’accent sur l’importance de pratiquer une activité physique. C’est important pour notre pays d’avoir des citoyens en bonne santé. Imaginez combien ça coûtera à l’État, dans les prochaines années, de prendre en charge de plus en plus de malades ?

 

Et après ?

 

Nous ne faisons pas ça juste pour la galerie. Ce n’est pas un hit and  run. Chaque personne qui pourra rencontrer (environ 200 en mode first come, first served) les médecins remplira une fiche technique. Les médecins y mettront leurs conclusions et nous dirigerons ces patients vers les centres de santé les plus proches de chez eux. Et à travers l’association, nous ferons un suivi.