• Reconstruction mammaire : ce qu’il faut savoir…
  • Boxe – Championnats du Monde Jeunes : Hellène et Antalika défient l’élite mondiale
  • Le Marchand : un «one stop shop» signé Boris de Chazal
  • Rashid Edoo ou l’histoire d’un aveugle qui retrouve la vue
  • Saisie de cocaïne et de cannabis chez un jeune directeur à Flic-en-Flac : L’ADSU sur la piste de Patrice Rungasamy depuis une semaine
  • Yaadav Damree : «Les leçons particulières m’ont aidé à améliorer mes résultats»
  • NHDC de Palma : Maisie Latrompe, son histoire… d’eau
  • L’Ultra Trail Raidlight 2018 : Widley Pierre Jean, course éperdue pour un frère perdu
  • Partie de pêche fatale pour Kishore Kumar Abeeluck
  • Fête de l’Assomption : Ma recette de gâteau Marie

Shadow of the Colossus : le beau retour d’un incontournable

Parce que des fois, le jeu vidéo peut offrir beaucoup plus que du jeu de massacre virtuel en groupe. Parfois, il est question de beauté, de tristesse, de contemplation et même d'enchantement. Shadow of the Colossus, sorti en 2005, réunit plus ou moins tous ces ingrédients. Il raconte le périple d'un jeune homme, obligé de terrasser plus d’une dizaine de colosses d'un autre âge pour ramener sa bien-aimée à la vie…Ce programme mémorable, qui trouve une troisième et belle jeunesse avec ce remaster sur PS4, devrait arracher des larmes aux fans de la première heure et offrir une découverte inoubliable aux nouveaux venus.

 

Vous voici donc plongé dans un monde qui est extrêmement beau, avec un fort sentiment de solitude car vide d’apparence de toute vie et de civilisation. C’est dans ce lieu mystérieux que vous dirigerez le héros et son cheval attachant, Agro. Tous deux sont à la recherche de colosses variés. Vous pourrez les repérer grâce à une sorte de lumière magique sortant de votre épée. Mais dans Shadow of the Colossus, pas de super customisations d'armes : vous avez votre épée, vos flèches et ce bon vieux Agro.

 

Le jeu puise tout dans son ambiance et ses affrontements contre les colosses. Et il y a de quoi faire, les affrontements étant souvent des leçons de level design. Il y a donc de gros colosses et des bâtiments sur lesquels il faudra monter et auquel il va falloir se cramponner pour arriver à leurs points sensibles (il y en a plus selon le niveau de difficulté). D’autres sont plus petits mais courent vite. D’autres encore sont dans l’air et vous donneront le vertige lors de combats aériens épiques. Le tout avec un gameplay qui prend en compte votre barre de vie lorsque vous vous cramponnez aux colosses, avec tout ce qu’il faut d'intensité. Encore mieux : cette fois, c’est plus joli et fluide.

 

Pour ce qui est de la refonte graphique, on se rappelle du bundle sorti sur PS3 en 2011, où l'on retrouve le bien sympa Ico et Shadow of the Colossus, tous deux des studios de Team Ico (aussi responsables du récent The Last Guardian). Le coffret propose les deux jeux en HD, sans refonte visuelle digne de ce nom et sans amélioration de gameplay. C'est chose du passé avec ce remaster concocté par les gars de Bluepoint Games qui se sont déjà fait un nom avec les remasters des deux premiers God of War sur PS3 et les trois Uncharted sur PS4. Shadow of the Colossus en met plein la vue dès les premiers instants et si, en plus, vous avez une PS4 Pro et un écran 4K, vous pourrez profiter d’un frame rate de 60 images par seconde, qui ne faiblit quasiment pas.

 

En tout cas, même en Full HD sur une PS4 normale, on tient là un jeu de toute beauté et qui ne ralentit pas, même dans l'action la plus épique (chose qui faisait cruellement défaut à la sortie du jeu sur PS4), et qui accentue toute la maestra visuelle (ah, ces poils ondulants de colosses…) et l'ambiance si particulière du jeu.

 

On pourrait chipoter en disant que ce remaster n’offre pas de contenu super exclusif. Mais la refonte technique est telle que nous sommes repris sans problème dans ce jeu maintenant techniquement optimisé, devenant même sublime sur PS4 Pro, avec une histoire et des sensations qu'on ne se lassera pas de revivre.

 

Bref, c’est de l’incontournable «vidéoludique» à son paroxysme. Ne passez pas à côté !