• Lor To Larout : Quand le père Laurent Rivet fait résonner pop rock-séga, reggae et swing
  • La vie en bio
  • Maalaavi Raghoo, 2 ans, atteinte d’anémie aplastique sévère : Sa famille dans l’attente…
  • Nushrath Maghoo-Allgoo, tout en beauté
  • Transfert : Damien Balisson rejoint La Tamponnaise
  • Reconstruction mammaire : ce qu’il faut savoir…
  • Boxe – Championnats du Monde Jeunes : Hellène et Antalika défient l’élite mondiale
  • Le Marchand : un «one stop shop» signé Boris de Chazal
  • Rashid Edoo ou l’histoire d’un aveugle qui retrouve la vue
  • Saisie de cocaïne et de cannabis chez un jeune directeur à Flic-en-Flac : L’ADSU sur la piste de Patrice Rungasamy depuis une semaine

Accident fatal des frères Phutully : Leur cousin Sahil va beaucoup mieux

Sahil n’en revient toujours pas d’avoir perdu ses deux cousins  dans l’accident.

Il a été épargné ! Sahil Phutully est l’unique survivant de l’accident survenu aux petites heures, le lundi 1er janvier, à la hauteur de St-Jean. Cet accident avait couté la vie à deux frères, Falahuddeen et Zinedeen Phutully, âgés de 24 ans et 18 ans respectivement. Après être resté un peu plus de deux semaines dans le coma, le cousin des deux victimes, âgé de 19 ans, a finalement ouvert les yeux. Et au bout de quelques jours, soit le week-end dernier, il a été autorisé à regagner son domicile, à Stanley.

 

Il ignorait alors qu’il n’y retrouverait pas ses cousins. Il apprendra leur disparition peu après. Bien que conscient de la chance qu’il a eue d’avoir la vie sauve, Sahil Phutully a le cœur gros. «Il les réclamait sans cesse. Il essayait de les avoir au téléphone, il leur envoyait des textos pour leur demander de venir le voir. Nous ne voulions pas le brusquer mais nous n’avons eu d’autre choix que de lui dire la vérité», raconte Ahmed, le frère ainé du jeune homme. Et c’est finalement leur mère qui lui a annoncé la terrible nouvelle. «Nous faisions toujours tout ensemble. Cela m’a fait un choc. Mo ti panse mo pou vinn fou», raconte Sahil, encore troublé par cette double perte.

 

Questionné quant aux circonstances de l’accident, le rescapé déclare : «Je n’ai plus aucun souvenir. Je me souviens uniquement du moment où nous nous trouvions à Flic-en-Flac. Nous étions remontés parce que toutes les boîtes de nuit étaient fermées. Nous devions nous rendre à Belle-Rose pour prendre le thé.» Quant aux informations selon lesquelles ils auraient pris livraison d’un colis suspect à Flic-en-Flac, ce jour-là, et auraient été poursuivis par la brigade antidrogue, il affirme que ce n’est pas vrai.