• Chanmoonee Gonoo, 68 ans, égorgée lors d’un cambriolage | Sa petite-fille : «Notre famille est traumatisée»
  • À Vandermeersch : Instantanés d’une promenade
  • Dans le cocon de Sharmeen Choomka
  • Bientôt dans l’île : L’humoriste Kevin Razy : «J’espère que les Mauriciens sont fiers de moi»
  • La Cour accorde la liberté conditionnelle à son mari-bourreau | Yashna Joygobin : «Je ne me sens pas en sécurité»
  • Championnats d’Afrique de badminton : Les Mauriciennes croquent l’or
  • De nouvelles têtes à la conquête de «B-Town»
  • Et on patiente pour «Black Panther» !
  • Wolf Warrior 2 : Gros «boom boom» en terre africaine
  • Il était une fois…  «50 nuances plus claires»

183e anniversaire de l’Abolition de l’esclavage : Ça se prépare

Comme chaque année, il y aura  des dépôts de gerbes et un spectacle culturel et artistique, ce dernier concocté cette année par le chorégraphe et danseur Stephen Bongarçon.

Pour ne pas oublier… La mémoire est très importante ! Et les préparatifs pour le 183e anniversaire de l’Abolition de l’esclavage vont bon train, avec bien sûr les célébrations qui se tiendront une nouvelle fois au Morne.

Il y a une petite nouveauté cette année. En effet, les commémorations officielles se tiendront au cœur du village du Morne, et non sur la plage publique, avec l’implication des villageois à plusieurs niveaux. Cette année, le Premier ministre de la Jamaïque, l’honorable Andrew Michael Holness, sera l’invité d’honneur à cette occasion.

 

Pour le reste, cela demeure inchangé avec toujours les activités habituelles, comme des dépôts de gerbes, notamment le 31 janvier au Monument des Esclaves à Mahébourg et le lendemain au International Slave Monument, en face de la plage publique du Morne. Sinon, le public aura aussi droit aux nombreux discours des dignitaires et invités, sans oublier le spectacle culturel d’usage.

 

C’est le danseur et chorégraphe Stephen Bongarçon qui s’occupe du volet artistique, qui prend en compte aussi les 50 ans d’Indépendance du pays que nous célébrons cette année. «C’est du gros boulot, et cela implique pas mal d’artistes», dit-il avant de détailler un peu plus ce qui se prépare : «Nous travaillons sur le thème Lame dan lame, qui est le thème pour nos 50 ans d’indépendance. C’est donc une question de rassemblement, et seront mis en scène tous les ségas possibles ; Typik, Tambour, celui des Chagos et même celui d’Agaléga.

 

On aura sur scène une présentation de toutes ces musiques avec une courte vidéo d’environ 30 secondes pour chacune, suivie d’un petit moment live, concocté par plusieurs groupes » Ensuite, place à une création venant de la troupe du chorégraphe, le SR Dance Group, qui selon Stephen Bongarçon, sera «comme un tableau, avec tout un rassemblement à la fin», un gros travail en somme. Tout un programme donc à suivre le 1er février.