• Une adolescente perd son combat contre la leucémie : Le cri de douleur et de révolte des proches de Shristi, 15 ans
  • Hippisme 29e journée | Horse Guards démarre en trombe !
  • Astrid Nelsia : Un visage de la télé-réalité française sous le soleil mauricien
  • Rentrée parlementaire : l’opposition face à ses enjeux
  • Johnny Clegg : «Ma motivation est celle du partage»
  • Des dates démocratiques !
  • Un «Venom» galimatias
  • Helicopter Eela : Maman poule
  • Astrid Nelsia : de la télé-réalité (en France) à Maurice
  • Heytoi… le !

24H Limit : Chrono de la mort

L’homme mort mais pas tout à fait va sortir les flfl ingues pour comprendre pourquoi on a voulu le tuer…

De l’action vous attend, cette semaine, dans nos salles, avec l’histoire d’un homme mort qui ne l’est pas tout à fait.

Nul besoin d’aller chercher bien loin dans ce lm. Un tueur d’élite est tué. Mais il ressuscite bien vite grâce à un système électronique. Seul bémol : il n’a qu’une espérance de vie de 24 heures. Pendant ce laps de temps, il essaiera de comprendre «ki pe arive» dans ce galimatias rempli de morts et de poudre de fusil.

 

C’est donc parti pour 24H Limit, un lm d’action au concept qui rappelle le déjanté Crank, avec Jason Statham, et le non moins déjanté lm russe en vue subjective, Hardcore Henry. Cette production signée Brian Smrz (réalisateur de seconde équipe sur des lms comme Iron Man 3 et X-Men : Days of Future Past) voit Ethan Hawke sortir les flingues pour une accumulation de cadavres troués pendant 90 minutes.  Rien de bien fi n mais il y a de quoi blaser les fans de films d’action qui en veulent encore après les deux John Wick.

 

24H Limit surfe donc sur cette vague de films d’action violents du moment mais reste oubliable, ressemblant beaucoup à une série B des années 90, avec de préférence un bon vieux Jean-Claude Van Damme ou un certain Nicolas Cage. Il y a donc tout ce qu’il faut de pétarades explosives pour vous rassasier, sans plus.