• Mort suspecte de Prithivi Ramchurn, 47 ans | Ses proches : «Elle raconte son calvaire de femme battue dans un enregistrement
  • Le MMM dans la tourmente | Les démissionnaires mauves : «Nou leker kase me…»
  • Nouvel album : Prêt pour le «Bigg Frankii Show» ?
  • Brandon Lisette poignarde son oncle Jean Marc | Daniel : «Il m’est difficile de croire que mon fils a tué mon frère»
  • State Recognition Allowance Scheme : Stephan Buckland fait de la résistance
  • Les affamés : Jeunes «bien amerde»  
  • Premier League – Aujourd’hui à 19 heures | Arsenal, de la chair à canon pour Man City ?
  • Darkest Minds : Rebellion | Apocalypse kids
  • Vishwaroop II : Attention, danger !
  • Liverpool vs West Ham (aujourd’hui à 16h30) : Pour gagner la Premier League, Klopp cite Rocky

Accidents : Encore des larmes pour quatre familles

Pour cette deuxième semaine du mois de janvier, quatre familles se retrouvent dans la tourmente. En l’espace d’une semaine, nos routes ont fait quatre nouvelles victimes, faisant ainsi passer le nombre de morts à six, après les deux frères Phutully qui avaient perdu le contrôle de leur voiture le 1er janvier. Leurs proches témoignent.

Raeef Aukbarally décède cinq mois avant son mariage

 

Son rêve le plus cher, le jeune homme de 26 ans allait le concrétiser cette année. Il avait prévu d’épouser la femme de sa vie, à laquelle il s’était fiancé sept mois de cela. Mais le destin en a décidé autrement pour Raeef Aukbarally, un habitant de Vacoas. Le vendredi 5 janvier, aux petites heures, il a été victime d’un accident de la route dans les parages de Bagatelle. Il rentrait du domicile de sa petite amie lorsque le drame s’est produit. Il a malheureusement succombé à ses blessures aux soins intensifs de l’hôpital Victoria, à Candos, deux jours plus tard.

 

Noorjehan et Fouad Aukbarally se posent des questions quant aux circonstances dans lesquelles leur fils a trouvé la mort.

 

 Les proches de Raeef Aukbarally se posent encore des questions quant aux circonstances dans lesquelles il a trouvé la mort. «Nous ignorons toujours comment cela a pu se produire. C’était un bon conducteur. Il ne prenait jamais de risques au volant. Nous avions tenté de le joindre peu après minuit pour lui demander de faire attention sur la route car il pleuvait mais il n’avait pas répondu. Quelques minutes plus tard, nous avons eu un officier de police au téléphone nous disant qu’il avait été victime d’un accident et que son état de santé était critique», raconte Fouad, son père, un chauffeur de taxi. D’après la police, la victime aurait perdu le contrôle de son véhicule pour terminer sa course contre une colonne électrique.

 

Raeef Aukbarally travaillait comme checker chez Phoenix Beverages. «Il se donnait corps et âme à son métier. Même lorsqu’il était à la maison, il était toujours sur l’ordinateur à travailler. C’est un enfant qui ne nous a jamais causé de problème. Il était tout le temps jovial, positif et adorait aider son prochain», se lamente Noorjehan, sa mère. «Enn zanfan  kouma li, pa pou regagn ankor sa.»

 

Les funérailles de Raeef Aukbarally ont eu lieu lundi. Il laisse derrière lui une fiancée éplorée, des parents, deux frères et une sœur dans la douleur.

 


 

 

Clency René Russie percuté par un 4x4

 

Il s’était rendu à la boutique du coin lorsque l’accident s’est produit. Clency René Russie, un habitant de cité La Ferme, Bambous, âgé de 52 ans, a été heurté par un 4x4, le mardi 9 janvier, sur la route de Rivière-Noire, dans la localité. D’après les informations de la police, la victime traversait la route à trois mètres du passage pour piétons lorsque l’accident est survenu. Il a été conduit à l’hôpital Victoria, Candos, par le conducteur du 4X4 où il a été déclaré mort. Une autopsie a attribué sa mort à un haemorrhage shock due to injuries of chest and heart.

 

 

Une proche de la victime estime que cet accident aurait pu être évité si les autorités avaient pris les dispositions nécessaires. «Il aurait fallu avoir un dos d’âne sur cette route ou que des feux de signalisation y soient installés. Beaucoup d’accidents se sont produits à cet endroit. Nous comptons sur les autorités pour faire le nécessaire.»

 

Célibataire et sans enfants, la victime gagnait sa vie en cumulant des petits boulots. Lorsqu’il avait du temps libre, il le passait avec sa famille ; plus particulièrement ses neveux et nièces, qu’il considérait comme ses propres enfants. Ses obsèques ont eu lieu jeudi.

 


 

 

Pravin Thanthanee ne célébrera pas ses 26 ans

 

Ses parents étaient convaincus qu’il s’en sortirait mais Pravin Thanthanee n’aura pas survécu à son accident de moto. Le jeune homme, qui devait célébrer ses 26 ans ce 31 janvier, a succombé à ses blessures après trois jours d’hospitalisation. Il avait été placé sous respiration artificielle. Son accident, qui remonte au vendredi 5 janvier, s’était produit à Chemin-Vingt-Pieds, Grand-Baie.

 

Les proches de Pravin Thanthanee sont encore sous le choc. Ils s’en souviennent comme si c’était hier : le jour fatidique, le jeune homme avait pris l’autobus pour aller à Grand-Baie y rejoindre son ami. Le même jour, tous deux avaient décroché un emploi comme agents de sécurité. «Il était prévu que Pravin commence à travailler immédiatement. Il avait pris la moto de son ami et devait le ramener chez lui à Cap-Malheureux avant de retourner à Grand-Baie. Ils se dirigeaient vers Cap-Malheureux quand l’accident s’est produit», raconte son frère Marvin. D’après ses renseignements, l’accident s’est produit lorsque la voiture se trouvant devant le deux-roues a ralenti. Pravin Thanthanee l’aurait heurtée et se serait retrouvé dans l’autre lane et il a été percuté par un autre véhicule.

 

Si Pravin Thanthanee n’a pas survécu, son ami a, pour sa part, reçu les soins nécessaires et est aujourd’hui hors de danger. D’après les proches de la victime, le jeune homme était quelqu’un de sympathique, toujours prêt à aider son prochain. Lorsqu’il avait du temps libre, il s’adonnait à sa plus grande passion – la musique. Il laisse derrière lui des parents effondrés et un frère aîné anéanti.

 


 

 

 

Les proches de Deepak Rookmin montrent du doigt l’infrastructure routière

 

En l’espace de quelques secondes, la famille Rookmin a vu son quotidien bouleverser. Ce lundi 8 janvier, dans l’après-midi, l’un des leurs, Deepak Rookmin, circulait à moto le long de la route principale de Bois-d’Oiseaux lorsqu’il a été victime d’un accident de la route. Conduit d’urgence à l’hôpital de Flacq, les médecins n’ont pu que constater son décès. Une autopsie a conclu qu’il avait succombé à une fracture du crâne.

 

 Les proches de Deepak Rookmin ne cachent pas leur colère. D’après eux, son accident est survenu parce que les routes sont mal entretenues dans la localité. «Nous n’avons connu aucune amélioration au niveau de l’infrastructure depuis que le gouvernement a changé. Je pense que c’est en tentant d’esquiver un trou que Deepak a dérapé et terminé sa course dans le caniveau. D’autant plus qu’il pleuvait. Il a heurté une pierre dans sa chute et le coup qu’il a reçu s’est avéré fatal», raconte un proche de la victime.

 

Père d’un adolescent de 18 ans, Deepak Rookmin gagnait sa vie comme helper pour la compagnie Eastern Mix. «C’était un travailleur exemplaire. Il était très débrouillard. Il s’était même déjà vu attribuer le prix du meilleur employé. Et lorsqu’il avait du temps libre, il le consacrait entièrement à sa famille», ajoute notre interlocuteur. Il aura malheureusement rendu l’âme avec des rêves inachevés, notamment celui de terminer la construction de sa maison, à Grande-Retraite.