• Padmavaat : Au coeur d’une bataille royale
  • Garde alternée : Entre maîtresse et madame…
  • Insidious : la dernière clé | Frayeurs archi-vécues
  • Les leçons de Berguitta
  • Agression mortelle de Patrick Souavé à Sainte-Croix : Un cambriolage finit en tragédie
  • Se mettre au parfum avec Melody Selvon Driant
  • Accidents : Encore des larmes pour quatre familles
  • Inondations : Le calvaire des victimes de Dame Nature
  • Dans l’ombre des chambres…
  • Drame à Fond-du-Sac | Geeta Goorbin : «Comment survivre après l’assassinat de mon fils et de mon époux ?»

Primary School Achievement Certificate (PSAC) : Bonheur, surprise, colère et incompréhension

Alyssa, Samuel et Eloïsha ont surpris leurs proches avec leurs résultats.

Les résultats de la première édition du Primary School Achievement Certificate (PSAC) ont été proclamés cette semaine. Ils ont apporté, dans leur sillage, de la joie, de la tristesse et de la colère dans certains cas.

Dans sa voix : de l’émotion. Dans ses yeux : de la fierté. Anoushka Baxy est une mère comblée. Depuis le mardi 12 décembre, elle savoure avec bonheur la réussite de sa fille Alyssa, 11 ans, qui a obtenu 7 unités à la première édition du Primary School Achievement Certificate (PSAC). La première cuvée affiche un taux de réussite de 77,7%. «Ma fille m’a fait un très beau cadeau», lance cette habitante de Stanley, Rose-Hill, qui ne touche plus terre : «C’est vraiment une grande surprise. On ne s’attendait absolument pas à ces résultats. Les bonnes notes n’étaient pas souvent au rendez-vous. Son premier trimestre était catastrophique, le second trimestre était mieux, et là, elle s’est vraiment rattrapée.»

 

Pour cette mère heureuse, c’est le travail de sa fille qui a porté ses fruits : «On ne lui a pas mis la pression mais on lui a fait comprendre la nécessité d’avoir de bons résultats. Je n’ai pas eu la chance de faire de grandes études et je le regrette. C’est pour cela que je veux le meilleur pour ma fille.» Entre leçons particulières et encadrement spécial à la maison, Alyssa, ex-élève de l’école St-Enfant Jésus RCA, à Rose-Hill, a tout fait pour se surpasser. «J’ai fait du mieux que je le pouvais», lâche la petite fille. Le jour de la proclamation des résultats était particulièrement stressant pour la petite famille. «Fort des performances passées d’Alyssa, on ne savait vraiment pas à quoi s’attendre mais une fois devant les résultats, on a tous explosé de joie.»

 

Les semaines à venir s’annoncent festives chez les Baxy. «On va la récompenser pour les efforts qu’elle a fournis», souligne Anoushka, alors que la petite star de la famille attend, elle, avec impatience son entrée à la SSS de Beau-Bassin, collège qui lui a été attribué. «J’ai hâte de me faire de nouvelles amies», dit la petite qui a fêté sa réussite au restaurant avec tous ses proches le jour de la proclamation des résultats qui coïncidait avec l’anniversaire de sa mère Anouchka. Pour Noël, la fillette, fan de natation, espère avoir un portable. «Comme je vais devoir porter un appareil dentaire  prochainement, je sais qu’il faudra faire un choix. Mais bon, je serai contente peu importe ce que je reçois.»

 

«Des difficultés»

 

Eloïsha Françoise a, elle aussi, fait un beau cadeau à ses proches en décrochant 9 unités. «Je suis impatiente d’aller au collège», nous confie celle qui rend heureux tout son entourage. Ex-élève de Young Men’s Hindi Government School de la rue Rémy Ollier, à Port-Louis, la petite de 11 ans a surpris tout le monde avec ses résultats. «Elle n’a pas été vraiment régulière à l’école cette année car elle avait des problèmes de santé. Puis, comme on avait d’autres problèmes, elle n’avait pu aller à l’école maternelle et avait été admise directement en primaire. Malgré les difficultés, Eloïsha a pu tirer son épingle du jeu. Comme quoi le travail paye», nous explique son grand frère Kersley Mareemootoo Pillay. «Beaucoup de personnes me félicitent en ce moment et j’aime bien cela», nous dit, pour sa part, Eloïsha qui poursuivra sa scolarité à la Frank Richard SSS. La pression est maintenant retombée et elle espère, dit-elle, profiter à fond des dernières semaines de vacances et surtout des fêtes : «J’espère que j’aurai un beau cadeau. Dans l’idéal, j’aimerais avoir un portable.»

 

Ouf de soulagement également chez les Roussety. Direction cité La Cure. Mardi dernier, c’est avec du champagne sans alcool que la famille a trinqué à la réussite de Samuel. Grâce à ses 4 unités, cet ancien élève d’Elsie Prèle Govt School, à Sainte-Croix, poursuivra en janvier prochain sa scolarité sur les bancs du London College. «J’ai fait beaucoup de sacrifices et je suis aujourd’hui soulagé. Je vais pouvoir maintenant bien profiter de mes vacances en attendant la rentrée», nous déclare le petit gars avant d’ajouter : «Je suis aussi content de faire la fierté de ma famille.»

 

Si certains sont heureux, d’autres sont vraiment dans le tourment depuis l’annonce des résultats. C’est le cas de Kavita dont le fils a eu 4 unités mais qui s’est vu attribuer la Palma SSS alors que son premier choix était le collège du St-Esprit. «Je suis révoltée. Je ne comprends pas comment les collèges ont été alloués. Mon fils a eu de bons résultats et n’a pas eu le collège qu’on voulait pour lui. On connaît des personnes dont les résultats sont moins bons que notre fils et qui y a été admis. C’est injuste. J’ai été au St-Esprit mais il y avait 1500 demandes pour 45 places. Je suis très déçue par ce système d’évaluation. Je vais attendre une réponse sinon, je vais me tourner vers le privé», nous dit sa mère. Elle arrive difficilement à cacher sa colère, partagée entre la fierté pour son fils qui a brillamment réussi à ses examens et la frustration de ne pas avoir eu le collège de son choix.