• Pourquoi je pars aux master class de la «Mauritius Cinema Week»
  • Joe Lesjongard, un «Deputy Speaker» surprise
  • Jeux Olympiques de la Jeunesse : Terence Saramandif entre dans l’histoire
  • Accusation d’abus sexuel sur un adolescent : Le Vatican interdit au père Moctee «tout contact avec des mineurs»
  • Poignardée par son époux : Viviane Louise, 53 ans, raconte l’enfer de la violence conjugale
  • Bousculons nos consciences…
  • Urvashi Gooriah : moi, Miss Mauritius…
  • Kaviraj Pather : «Les jeunes ont un rôle-clé à jouer dans le nouveau souffle que requiert notre pays»
  • Entraîneur d’athlétisme au Canada : La «sucess story» de Thiadeeren Ponambalum
  • Elle restitue 79 boulettes d’héroïne : les complices de la passeuse Sud-Africaine recherchés

Un garçonnet de 3 ans retrouvé seul à St-Martin : Ses parents s’affrontent pour obtenir sa garde

Noorani Jamalsah a aperçu l’enfant qui errait seul dans la rue à St-Martin

Le cas de Kevin*, a été référé à la Child Development Unit cette semaine. Retrouvé par un automobiliste, errant seul dans la rue, le lundi 11 décembre, l’enfant a été confié aux autorités. Ses parents, séparés depuis quelques mois, se rejettent mutuellement la faute…

Il a seulement 3 ans. Autant dire presque un bébé. En tout cas, un enfant qui ne peut se débrouiller seul et doit être toujours accompagné d’un adulte. Ce qui explique la surprise de Noorani Jamalsah lorsqu’il a vu le garçonnet que nous surnommerons Kevin*, errant dans la rue, seul, non loin du site de General Construction, à St-Martin, le lundi 11 décembre. Depuis, le petit est entre les mains de la Child Development Unit (CDU). Il sera probablement confié à une famille d’accueil ou placé dans un abri pour enfants en détresse durant les jours à venir.

 

Le jour où Kevin a été retrouvé seul, il était sous la responsabilité de son père, à St-Martin, alors que sa mère était chez son compagnon à cité Trèfles. Les parents du garçonnet sont séparés depuis quelques mois. Le père a indiqué à la police que son fils a quitté son domicile sans qu’il ne s’en aperçoive, pendant qu’il réparait sa moto. Heureusement que Noorani Jamalsah, un habitant de Rose-Hill, passait par là. Il se dirigeait en voiture vers Flic-en-Flac à ce moment-là. Il était environ 15 heures. «Je me suis arrêté et me suis dit qu’il était impossible qu’un enfant de cet âge soit seul, à cet endroit. Lorsque je me suis rendu compte qu’il n’y avait aucun adulte dans les parages, je l’ai conduit au poste de police de Bambous mais les policiers m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas le prendre en charge car il n’avait pas disparu dans leur division. J’ai donc emmené le garçonnet chez moi et j’ai informé la CDU.»

 

Noorani Jamalsah a donné à manger à Kevin et s’est occupé de lui jusqu’à ce que les autorités concernées viennent le récupérer à son domicile, à Rose-Hill. Ce n’est qu’en début de soirée que la police a pu déterminer l’identité des parents de Kevin. Son père Ritesh*, un éleveur de 49 ans, s’était entre-temps rendu au poste de police de Bambous afin de rapporter sa disparition.

 

Ritesh a indiqué à la police qu’il se préparait à se rendre au travail lorsque son enfant a disparu.  «Je devais amener Kevin chez une dame qui le garde en mon absence et le récupérer plus tard, dans la soirée. Au moment de partir, ma moto n’a pas voulu démarrer. Pendant que je la réparais, Kevin s’amusait avec son vélo. Après environ 15 minutes, j’ai constaté qu’il avait disparu. Je l’ai cherché dans tous les coins de rue, en vain. Il a dû suivre notre chiot dans la rue et arriver jusqu’à la route principale», nous explique-t-il.

 

Sandrine*, la mère de Kevin, 23 ans, n’est pas d’accord. «Ritesh a un problème avec l’alcool. Il a sûrement bu et perdu patience avec notre enfant. Il a peut-être voulu se débarrasser de lui. Son père est très violent et le bat souvent. En tant que mère, je ne pouvais accepter cela. Il levait la main sur moi à chaque fois que je défendais mon enfant», dit-elle. Ce serait d’ailleurs la raison pour laquelle elle a quitté le domicile conjugal, il y a sept mois, après six ans de vie commune.

 

Elle a même porté plainte à la police pour violence domestique. Affaire pour laquelle Ritesh a comparu en cour et s’est acquitté d’une caution de Rs 5 000. «J’avais levé la main sur elle parce qu’elle prenait notre enfant et allait faire la tournée des bars avec des hommes. Je n’appréciais pas ces mauvaises habitudes. Par contre, je n’ai jamais maltraité notre enfant.»

 

Sandrine réfute elle aussi les accusations de Ritesh contre elle et raconte que ce dernier est venu récupérer leur enfant à cité Trèfles, il y a trois mois. «Il me l’a pris de force. J’ai souvent cherché à le récupérer mais je ne me suis pas rendue à St-Martin parce que j’avais peur que Ritesh lève la main sur moi. J’ai essayé de le joindre au téléphone mais il ne répondait jamais.»

 

C’est ce lundi soir, lorsqu’elle est sortie de l’hôpital après avoir accouché de leur deuxième enfant, qu’elle a appris ce qui était arrivé à Kevin. «Une proche a vu une vidéo circulant sur les réseaux et me l’a montrée. Mais je n’ai pas pu aller récupérer Kevin tout de suite à cause de mon état de santé. Si Ritesh avait du mal à s’occuper de Kevin, il aurait dû le déposer chez ma tante au lieu de l’abandonner à son sort», dit-elle.

 

Le jeudi 14 décembre, Sandrine s’est rendue à la CDU afin de rendre visite à Kevin. «Les responsables ne m’ont pas laissé le voir et m’ont indiqué que je devrais prendre rendez-vous. Mais je compte entamer des démarches pour avoir la garde de mon enfant», dit-il. Quant à Ritesh, il devra comparaître devant le tribunal de Bambous, le lundi 18 décembre, pour négligence sur enfant. «Je souhaite le meilleur pour mon enfant. Je préfère qu’il soit entre de bonnes mains et non pas avec sa mère. Je ferai mon possible pour que ce soit un membre de ma famille qui obtienne sa garde», dit-il. Le combat entre la mère et le père de Kevin est loin d’être terminée. En attendant, le sort du petit reste en suspens.

 

(*noms d’emprunt)