• Pourquoi je pars aux master class de la «Mauritius Cinema Week»
  • Joe Lesjongard, un «Deputy Speaker» surprise
  • Jeux Olympiques de la Jeunesse : Terence Saramandif entre dans l’histoire
  • Accusation d’abus sexuel sur un adolescent : Le Vatican interdit au père Moctee «tout contact avec des mineurs»
  • Poignardée par son époux : Viviane Louise, 53 ans, raconte l’enfer de la violence conjugale
  • Bousculons nos consciences…
  • Urvashi Gooriah : moi, Miss Mauritius…
  • Kaviraj Pather : «Les jeunes ont un rôle-clé à jouer dans le nouveau souffle que requiert notre pays»
  • Entraîneur d’athlétisme au Canada : La «sucess story» de Thiadeeren Ponambalum
  • Elle restitue 79 boulettes d’héroïne : les complices de la passeuse Sud-Africaine recherchés

Coco : le guitar hero morbide

Des couleurs, de la musique et de l’émotion dans ce voyage au pays des morts.

Non, ne vous sauvez pas, il n’est pas question d’un film d’horreur, mais du tout nouveau film d’animation des studios de Pixar, une balade musicale au Royaume des Morts mexicain.

Ah, les ambitions de la jeunesse ! Prenons l’exemple de Miguel, petit garçon qui veut devenir un grand guitariste comme son idole Ernesto de la Cruz. Problème : la musique est bannie dans sa famille ! Une situation frustrante pour notre Miguel. Mais il va finir par vivre une aventure extraordinaire qui va tout bouleverser : il va être propulsé au Royaume des Morts, où il va se faire des amis et connaître les secrets les plus profonds de sa famille.

 

Les studios Pixar puisent donc dans la culture mexicaine pour son nouveau film réalisé par Lee Unkrich (l’un des réalisateurs du Monde de Nemo et des deux derniers Toy Story) et Adrian Molina, notamment la Fête des Morts, événement sacré du pays. Cet événement était le point central d’un autre film d’animation sorti en 2014, La Légende de Manolo. Dans ce film, on nous parlait de la quête d’un homme qui passe par le monde des morts pour conquérir sa bien-aimée.

 

Et si les styles visuels de ces deux films sont tout aussi éblouissants, Coco, comme d’habitude chez beaucoup de films des studios Pixar, est à la fois accessible et plaisant pour les petits et émouvant pour les adultes. Faut dire que le film n’est pas avare en émotions fortes. L’autre réussite du film est qu’il arrive à donner un caractère extrêmement coloré, vivant, humain et profond à une histoire finalement très morbide. Encore une fois, c’est le génie des studios qui semble avoir accouché d’une nouvelle perle. À savourer donc, comme on mangerait un succulent gâteau… coco !