• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Island Bio : Le jardin communautaire qui vous veut du bien

Clöé Chavry et Oliver Fanfan espèrent pouvoir monter plusieurs autres jardins organiques à travers le pays.

Ils veulent soutenir ceux qui ont besoin d’un coup de pouce dans la vie mais aussi permettre à tous les Mauriciens d’avoir une alimentation organique et biologique. Oliver Fanfan et Clöé Chavry ont donc allié ces deux causes et le résultat est plus qu’admirable…

Tout est parti d'une envie d'apporter sa pierre à l'édifice, d'un besoin de faire bouger les choses dans la bonne direction. Oliver Fanfan et Clöé Chavry sont jeunes et pourtant leur implication, leur vision et leur ambition pour leur pays et les Mauriciens pourraient faire pâlir plus d'un. Toutefois, ce n'est pas le fait d'être reconnus pour ce qu'ils font qui les intéressent, ce sont plutôt les retombées de leurs actions et comment celles-ci peuvent contribuer à un meilleur lendemain. 

 

C'est ensemble que ces deux jeunes dirigent Island Bio, une entreprise à but  non-lucratif qui a germé dans l'esprit d'Oliver Fanfan il y a quelques années. Après les jardins communautaires, ils s'apprêtent aujourd'hui à ouvrir le premier Community Café à Maurice. Une première (voir hors-texte ci-contre) dont ils en sont très fiers. 

 

Lancé officiellement en 2016, Island Bio, qui a créé des jardins communautaires biologiques à Baie-du-Tombeau, Cité la Cure et Chamarel, a deux missions. D'abord, celle de privilégier le développement durable et écologique en montant des jardins organiques qui ont pour objectif de rendre plus accessible l'alimentation bio aux Mauriciens, explique Oliver Fanfan. «Aujourd'hui, les légumes bio ne sont pas accessibles à ceux qui n'ont pas les moyens. Nous proposons justement ce choix, cette possibilité de choisir entre un aliment qui est bon pour vous et un autre qui est rempli de produits chimiques. C'est apporter une justice au niveau de la santé à travers la souveraineté alimentaire.»

 

L'autre objectif est de prendre par la main des personnes généralement issues de milieux vulnérables en leur donnant les clés pour repartir sur de nouvelles bases. Des personnes qui font partie intégrantes du projet, souligne John Oliver Fanfan, et qui ont simplement besoin d'un coup de pouce dans la vie pour s'en sortir. Ces personnes bénéficient, à travers Island Bio, de formation, d'accompagnement et d'infrastructures adéquates pour l'agriculture organique. «Pour nous, ces bénéficiaires sont symboles d'héroïsme. Ils sont aujourd'hui autosuffisants et résilients.»

 

Dans le concret explique Clöé Chavry, coordinatrice du projet, ces bénéficiaires sont formés pendant trois ans. Ça commence par des thérapies et des séances de coaching qui ont pour objectif d'apporter un changement profond chez la personne, de lui redonner confiance et de développer chez elle, un sens de leadership. Des thérapies qui suscitent chez ces personnes, souvent blessées et malmenées par la vie, l'envie de se dépasser, de se surpasser. 

 

Après cette première étape, souligne-t-elle, les bénéficiaires sont formés à l'agro-écologie, à la permaculture et à l'apiculture, entre autres, pour devenir des producteurs de fruits et de légumes bio. «C'est un moyen de développement durable alternatif et ça, nos bénéficiaires l’ont compris. Ils ont aussi compris qu’ils sont des producteurs qui ont la santé d'autrui entre les mains, qu’ils sont acteurs du changement.»

 

Non seulement le jardin communautaire permet à ces bénéficiaires d'être formés et de trouver du travail, qui sont des étapes importantes dans l'allègement de la pauvreté, mais il permet aussi aux Mauriciens de pouvoir s'approvisionner en fruits et légumes, certifiés bio par Quantilab, à moindre coût. «Nos jardins sont des supermarchés à ciel ouvert avec des prix défiant toute concurrence. Non seulement, les Mauriciens peuvent consommer bio mais c'est aussi l'occasion pour eux de participer à ce commerce solidaire car ils ont pleinement conscience d'offrir, à ces producteurs, une deuxième chance dans la vie»,souligne Oliver Fanfan. 

 

Et ce n'est pas tout, le fait que ces jardins communautaires se trouvent au coeur même des régions vulnérables apporte une certaine mixité sociale qui aide à briser les clivages entre les gens et les communautés. «C'est extraordinaire parce qu'au jardin de Baie-du-Tombeau qui se trouve au Docker’s Village, vous avez par exemple des gens qui viennent du morcellement Swan ou de Port-Chambly.» Un partage qui permet, dit-il, d'élargir les horizons dans tous les sens du terme. 

 


 

Un café communautaire, une première à Maurice   

 

Réunir les Mauriciens autour de leur cause, voilà l'objectif d'Oliver Fanfan, de Clöé Chavry et tous ceux qui les suivent dans leur projet. Depuis plusieurs mois maintenant, ils travaillent sur l'ouverture prochaine du premier café communautaire à Maurice. Situé à la Place du Moulin à Port-Louis, le pré-lancement devrait avoir lieu pendant le festival Porlwi by Nature, du 29 novembre au 3 décembre. À quelques jours de ce grand événement, l'équipe d'Island Bio s'active. L'enjeu, souligne Oliver Fanfan, est majeur. Ce café communautaire aura pour but de soutenir Island Bio. 

 

S'ils peuvent bénéficier du soutien de sponsors et compter sur le CSR, aujourd'hui Oliver et Clöé veulent aller plus loin dans leur engagement. «Cependant, cela nécessite un coût conséquent», disent-ils. «Nous avons besoin de fonds pour pouvoir ouvrir d'autres jardins, payer les experts qui viennent donner les formations et continuer à offrir les infrastructures gratuitement.»

 

Pour Oliver Fanfan, ce café communautaire, dont les ventes iront directement à Island Bio, sera aussi une plate-forme pour réunir les Mauriciens de tous bords pour qu'ils puissent échanger entre eux sur des sujets comme l'éco durabilité et le développement alternatif qui concernent aujourd'hui tout le monde. «Chaque roupie dépensée dans ce café servira à soutenir notre mouvement.»

 

Ainsi, pendant le pré-lancement, les Mauriciens auront l'occasion de découvrir le café communautaire tel qu'il sera à son ouverture. «Nous comptons énormément sur ce premier rendez-vous. L'ouverture du café dépendra de l'accueil des Mauriciens, de leurs intérêts et des dons. Nous voulons monter ce café avec les Mauriciens pour les Mauriciens», dit-il. 

 

Comme un teaser, des simulations du jardin communautaire grâce à la technologie de la réalité virtuelle, des projections, des tables-rondes, des ateliers de travail, des concerts et autres activités auront lieu. L'objectif ? Inciter les Mauriciens à faire partie intégrante du projet et à se joindre à ce mouvement social.