• Triste fin pour Ruwaidah, mariée et enceinte à 13 ans
  • Mesure budgétaire : Passeport et nationalité «en vente» : pourquoi ça fait peur…
  • Angleterre vs Panama (16h aujourd’hui) : Southgate en route vers le glorieux passé
  • [A L'AFFICHE] MILF : Femmes mûres au bord de la crise de séduction
  • [A L'AFFICHE] Action ou vérité : Le jeu ou la mort
  • [A L'AFFICHE] Jurassic World : Fallen Kingdom | Des raisons de se laisser croquer
  • Sanju : Sanjay Dutt à coeur ouvert
  • Hippisme 13e journée | The Great One émerge
  • [EDITO] Éduquons nos enfants, protégeons nos petites filles !
  • Dans la cuisine de Hourushaa Dowlut

Soufian Khooduruth, coiffeur «old school»

Dans son salon à la rue Ollier, ça coupe pas mal…

Un incontournable du coin. Bienvenue dans le monde de Soufian Khooduruth, 43 ans. Un monde chevelu, puisque notre interlocuteur est coiffeur à l’ancienne. 27 ans ce mois-ci depuis qu’il manie ciseaux et autres rasoirs et s’occupe des têtes et barbes, à la rue Ollier, à Rose-Hill.

 

Il faut remonter loin dans le temps, pour connaître les débuts du petit Soufian. À 12 ans, il accompagne son oncle Taleb, le coiffeur de la famille d’alors, vis-à-vis de l’église St-Patrick. «J’avoue qu’au début, je n’étais pas intéressé. Et puis à cette époque-là, il n’y avait pas d’équipements comme la tondeuse. La mode était différente aussi ! Puis petit à petit, j’ai commencé à y prendre goût. Brushing, coupes plus classiques, il y avait pas mal à apprendre», dit l’homme aux ciseaux, papa de trois enfants. 

 

À 18 ans, il aménage un petit coin, tout près de chez lui, un salon qu’il n’a jamais quitté. La tondeuse, il la connaît mais ne l’a pas encore utilisée. «La tondeuse est arrivée après. Quand je regarde les nouveaux coiffeurs, qui des fois se décrivent plus comme des esthéticiens, je me suis dit que j’ai vraiment tout appris à l’ancienne.»

 

Et veut-il s’adapter à des choses plus modernes, notre coiffeur ? «J’essaie de m’adapter à l’ère du temps et aux nouvelles modes. Mais je veux rester dans le domaine de la coiffure. Être Make Up Artist par exemple, ça ne m’intéresse pas vraiment. De toute façon, j’ai des clients fidèles, donc pas de soucis.» 

 

En tout cas, si vous voulez un coiffeur à l’ancienne, rendez-vous à la rue Ollier, Rose-Hill, dans l’antre de Soufian.