• Reconstruction mammaire : ce qu’il faut savoir…
  • Boxe – Championnats du Monde Jeunes : Hellène et Antalika défient l’élite mondiale
  • Le Marchand : un «one stop shop» signé Boris de Chazal
  • Rashid Edoo ou l’histoire d’un aveugle qui retrouve la vue
  • Saisie de cocaïne et de cannabis chez un jeune directeur à Flic-en-Flac : L’ADSU sur la piste de Patrice Rungasamy depuis une semaine
  • Yaadav Damree : «Les leçons particulières m’ont aidé à améliorer mes résultats»
  • NHDC de Palma : Maisie Latrompe, son histoire… d’eau
  • L’Ultra Trail Raidlight 2018 : Widley Pierre Jean, course éperdue pour un frère perdu
  • Partie de pêche fatale pour Kishore Kumar Abeeluck
  • Fête de l’Assomption : Ma recette de gâteau Marie

Wind River : Le meurtre des neiges

Jeremy Renner et Elizabeth Olsen dans une enquête tendue…

Dans une réserve indienne quelque part aux États-Unis, un corps est découvert. C’est celui d’une Amérindienne. Sur place, une jeune agent du FBI soupçonne un homicide. Et avec le pisteur des neiges qui a découvert le corps, elle va mener une enquête qui va faire ressortir les tensions entre les Amérindiens et les autres…

 

Taylor Sheridan, scénariste de talent (Sicario, Hell or High Water) s’essaie ici à un sujet engagé, celui des Amérindiens qui disparaissent sans laisser de traces dans des régions lointaines aux États-Unis. Ce film lui a valu le Prix de la Mise en Scène dans la compétition Un Certain Regard au dernier Festival de Cannes. 

 

À l’écran, cela donne un film qui prend son temps pour s’installer, nous immergeant dans de grands espaces enneigés de toute beauté et des personnages très solitaires au milieu de toute cette nature. Mais dans la seconde partie, nous sommes assénés avec
une violence inou
ïe, des affrontements réalistes et musclés. Les prestations du duo d’acteurs, Elizabeth Olsen et Jeremy Renner, ne sont pas en reste avec des rôles intenses, qui rappellent par moment des Western

 

En somme, un film engagé qui n’épargne ni personnages ni spectateurs, et qui s’interroge sur l’isolement des hommes en pleine nature...