• Chanmoonee Gonoo, 68 ans, égorgée lors d’un cambriolage | Sa petite-fille : «Notre famille est traumatisée»
  • À Vandermeersch : Instantanés d’une promenade
  • Dans le cocon de Sharmeen Choomka
  • Bientôt dans l’île : L’humoriste Kevin Razy : «J’espère que les Mauriciens sont fiers de moi»
  • La Cour accorde la liberté conditionnelle à son mari-bourreau | Yashna Joygobin : «Je ne me sens pas en sécurité»
  • Championnats d’Afrique de badminton : Les Mauriciennes croquent l’or
  • De nouvelles têtes à la conquête de «B-Town»
  • Et on patiente pour «Black Panther» !
  • Wolf Warrior 2 : Gros «boom boom» en terre africaine
  • Il était une fois…  «50 nuances plus claires»

Des «kolams» pour le 80e anniversaire de la Tamil League

Une profusion de couleurs, de la précision et beaucoup d’imagination. Dans le cadre du 80e anniversaire du club Tamil League, une compétition de kolam a été organisée, avec pour thème Les 50 ans de l’Indépendance de l’île Maurice. Le kolam ou le raangolee, ce dessin préparé avec la farine de riz colorée et la craie, est une décoration d’inspiration géométrique faite sur le sol et qui est généralement tracée devant l’entrée de la maison pour souhaiter la bienvenue.

 

Au bout de plusieurs heures de travail, c’est l’équipe de Bel-Air-Rivière-Sèche, composée de Soundera Narayana Goundan et de sa fille Souriana, qui a obtenu les faveurs du jury, séduit par l’originalité de leur œuvre. «Je dessine le kolamdepuis l’âge de dix ans pour la fête de Divaliet dans les kovils», souligne Soundera Narayana qui a remporté un chèque de Rs 10 000. L’œuvre raconte l’histoire de notre île avec la canne à sucre, le dodo et le quadricolore.

 

Au Tamil Nadu, plusieurs femmes se réveillent tous les jours avant le lever du soleil pour dessiner le kolam sur le seuil de la porte de leur maison. C’est une coutume de longue date pour accueillir le bonheur, la prospérité et la déesse Lakhmi dans une profusion de couleurs.