• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Sept nouveaux morts sur nos routes en une semaine

Les accidents continuent à faire des victimes. Cette semaine, pas moins de sept personnes sont mortes sur nos routes, dont une à Rodrigues. Laissant derrière elles des familles plongées dans la douleur.

Keseven Valaydon ne concrétisera pas ses projets

 

 

Il avait pourtant toujours été sur ses gardes. Ayant été témoin d’accidents de la route à plusieurs reprises par le passé, Murugan Cannoo Valaydon, plus connu comme Keseven, redoublait de vigilance lorsqu’il conduisait et gardait toujours avec lui une trousse de premiers secours pour pouvoir apporter son aide à des blessés en cas de besoin. Cependant, ce mardi 7 novembre, l’habitant de Baie-du-Tombeau a lui-même été victime d’un accident qui lui a coûté la vie. Il allait faire des courses lorsque la moto qu’il conduisait a percuté de plein fouet un autre deux-roues. D’après ses proches, il serait entré en collision avec le véhicule lorsque celui-ci doublait un autobus garé. Le drame s’est produit sur la route principale de sa localité, vers 17h45. 

 

Keseven Valaydon avait célébré ses 30 ans le 26 octobre et voulait accomplir tellement de choses. Ambitieux de nature, il espérait poursuivre ses études pour ensuite évoluer dans le domaine professionnel. Un rêve qu’il n’a pu réaliser. Mais selon sa famille, sa vie était très remplie. «Il était toujours prêt à aider son prochain. Il faisait beaucoup de bénévolat et donnait des cours de natation aux enfants durant le week-end. Il avait le cœur sur la main. D’ailleurs, les enfants l’adoraient», raconte Poospavadee Valaydon, sa mère. Lorsqu’il ne travaillait pas ou ne faisait pas du travail social, le jeune homme s’adonnait à sa passion : la photographie. «Il venait même de s’acheter un appareil professionnel. Il est dommage qu’il n’ait pas eu le temps de l’utiliser.» 

 

Quelques minutes après le drame, le frère de la victime, Yavind a emprunté la route où est survenu l’accident et a reconnu son deux-roues. «Nous avons immédiatement alerté la police et cette dernière nous a dit que Keseven avait déjà rendu l’âme lorsqu’elle est arrivée sur les lieux», déclare Priscilla Valaydon, la sœur de la victime. Une autopsie a révélé que Keseven a succombé au choc de ses multiples blessures. Par ailleurs, le conducteur de l’autre moto impliquée ne s’en est pas non plus sorti indemne. Il a été admis à l’hôpital du Nord mais son état est jugé stable. Une accusation provisoire d’homicide involontaire sera logée contre lui une fois qu’il sera remis. 

 

D’après les membres de la famille de Keseven Valaydon, les raisons derrière cet accident fatal sont multiples. «L’autobus était garé au mauvais endroit. De plus, les routes sont trop étroites et les conducteurs roulent n’importe comment.»Ils espèrent que la police fera plus de patrouilles policières dans la localité à l’avenir.

 


 

 

Deepak Aujayeb identifié deux jours après son accident

 

 

 

Son corps sans vie a été identifié par son fils deux jours après son accident. Deepak Aujayeb (photo), un habitant de Mare-d’Albert âgé de 57 ans, avait été heurté par une voiture sur l’autoroute à La Vigie, le samedi 4 novembre, aux alentours de 22h40. Lorsque le personnel du SAMU est arrivé sur les lieux, il n’a pu que constater le décès de la victime. Et vu que cette dernière n’avait aucune pièce d’identité sur elle, il a été impossible pour la police de l’identifier tout de suite. 

 

Ce n’est qu’au bout de deux jours que le fils de Deepak Aujayeb, un policier, a commencé à se poser des questions. Ayant eu vent qu’un accident s’était produit deux jours plus tôt et que le corps de la victime n’avait pas encore été identifié, il s’est rendu à la morgue. À son grand désespoir, il s’agissait bien de son père. Sa famille, dit-il, ne s’est pas tout de suite inquiétée lorsqu’elle n’a pas vu le quinquagénaire rentrer car il s’était déjà absenté de la sorte dans le passé.

 

Le jour du drame, le quinquagénaire s’était rendu à la plage de Blue-Bay avec ses proches pour célébrer une fête religieuse. Cependant, au moment de repartir, le conducteur de l’autobus qu’ils avaient prévu de prendre leur a indiqué que celui-ci n’était pas près de démarrer. «Il a préféré attendre à l’intérieur et s’est assoupi. Je pense qu’il a dû se réveiller en arrivant dans les parages où l’accident s’est produit», indique un proche. 

 

Le conducteur de la voiture impliquée – un sexagénaire domicilié à Mare-Tabac – a été testé négatif à l’alcotest. Il a comparu en Cour où une accusation provisoire de meurtre a été logée contre lui. Il a ensuite été libéré sous caution.

 

Une septuagénaire a les pieds écrasés sous un autobus

Le drame s’est produit à Morcellement Raffray, Terre-Rouge, le vendredi 10 novembre. Une habitante de Camp-Levieux, âgée de 78 ans, a été grièvement blessée à sa descente d’un autobus du Triolet Bus Service. Lorsque le véhicule a démarré en trombe, la septuagénaire est tombée à terre et les roues lui sont passées sur les jambes. Admise à l’hôpital SSRN, son état de santé est jugé stable. Elle ne sait cependant pas si elle pourra remarcher. Des témoins de la scène ont porté plainte au poste de police de la localité contre le conducteur de l’autobus.

 


 

 

Judex Bazerque ne célébrera pas le mariage de son fils

 

 

Il avait des projets plein la tête mais il ne pourra les réaliser. Judex Ignace Bazerque, âgé de 56 ans, est mort tragiquement dans un accident de la route, le jeudi 9 novembre vers 19 heures, à l’avenue Antelme, Quatre-Bornes. Le rapport d’autopsie indique que la victime a succombé à ses blessures crâniennes. La moto que pilotait le quinquagénaire en compagnie de sa concubine a été percutée de plein fouet par une voiture conduite par un technicien du CEB. Ce dernier, âgé de 33 ans et résidant à Plaisance, Rose-Hill, a subi un alcotest qui s’est révélé positif. Il est maintenu en détention.

 

La concubine est toujours sous le choc. «Je ne me doutais pas que ce serait notre dernier voyage ensemble. Nous nous rendions à Quatre-Bornes chez ma fille, comme tous les jours, quand le drame s’est produit. Il adorait passer du temps en famille et se faisait un devoir de rendre visite à notre petit-fils  quotidiennement. C’est un coup dur pour la famille, surtout qu’il avait hâte de célébrer le mariage de mon fils, qu’il considérait comme le sien, en août prochain», souligne Nashreen Emamuck.

 

«Chaque lundi, toute la famille se réunissait autour d’un dîner et Judex aimait nous faire rire. Je n’arrive pas à me faire à l’idée qu’on m’ait enlevé celui que j’aime. Je suis révoltée qu’il ait perdu la vie de cette façon. C’était une personne en or et je me voyais vieillir à ces côtés», explique la concubine de Judex Bazerque. Les proches du défunt sont éplorés par la perte de ce dernier. «Tous les jours, on ne cesse de dire de ne pas conduire sous l’influence de l’alcool ! Aujourd’hui, l’imprudence d’une personne plonge notre famille entière dans la tristesse. Si le chauffeur était sobre, l’accident aurait pu être évité et notre famille n’aurait pas perdu son pilier. Il ne pourra réaliser son rêve d’organiser le mariage de mon frère et de voir son petit-fils, qu’il chérissait tant, grandir», nous dit Neezla, la belle-fille de Judex Bazerque. La victime laisse derrière elle une famille accablée et qui réclame que justice soit faite.

 


 

 

La dernière virée de Patrick Wong

 

Il revenait de son jogging hebdomadaire en compagnie de son épouse lorsque l’impensable s’est produit. Leung Yoon Wong Sing Ting, plus connu comme Patrick, a succombé à ses blessures. Cet homme de 60 ans, habitant à Rose-Hill, est mort après quatre jours d’hospitalisation. Ses funérailles ont eu lieu, le lendemain.

 

Le rapport d’autopsie indique qu’il a rendu l’âme suite à des «cranio cerebral injuries». Les faits se sont produits le samedi 4 novembre. Le défunt et son épouse traversaient la route à proximité du Plaza lorsqu’ils ont été renversés par une moto qui roulait en direction de Port-Louis.

 

Angelo Olivier Dick, âgé de 21 ans, a été arrêté sur place peu après par l’assistant surintendant de police Hector Tuyau. Ce dernier passait dans les environs en compagnie de son épouse lorsqu’il a vu l’accident. Cet habitant de St-Paul voyageait en croupe. Le pilote avait, pour sa part, déjà pris la fuite.

 

Dans sa déposition, Angelo Olivier Dick raconte qu’il ne connaît pas l’identité du pilote. Il explique qu’il l’avait rencontré à Curepipe et qu’il lui avait donné la somme de Rs 200 «pou enn kours». Ce dernier devait le déposer à Port-Louis. L’enquête policièrese poursuit.

 


 

Chundun Jogoo fauché en traversant la route

 

Le conducteur de la voiture impliquée dans cet accident fatal, un habitant de Rose-Belle, âgé de 67 ans, n’a pu éviter la victime. Le dimanche 5 novembre, vers 20h40, Chundun Joogoo, 62 ans, a été percuté mortellement par une voiture alors qu’il traversait la route sur la nationale à Mare-d’Albert. La violence de l’impact a été telle qu’il est mort sur le coup. Légèrement blessé lors de la collision, le conducteur de la voiture a reçu des soins à l’hôpital de Rose-Belle.

 


 

 

Un motocycliste périt à Rodrigues

 

Il a succombé à ses blessures un jour après son admission à l’hôpital Queen Elizabeth. Jacquelin Edouard, un habitant de Pompée, à Rodrigues, avait été admis le mardi 7 novembre des suites d’un accident de la route. Ce jour-là, il circulait à moto lorsqu’il a été fauché par un autobus sur la route principale de Petit-Brulée. Il n’a cependant pas survécu. Par ailleurs, l’alcotest pratiqué sur le conducteur de l’autobus s’est révélé négatif. Une accusation provisoire d’homicide involontaire a été logée contre lui.

 


 

 

Raffick Sunhaloo succombe à ses blessures

 

Raffick Sunhaloo n’a pas survécu. Six jours après avoir été victime d’un accident, il a rendu l’âme â l’hôpital Jeetoo. Le mardi 31 octobre, cet habitant de Terre-Rouge, âgé de 72 ans, circulait à moto lorsqu’il a percuté un autre deux-roues à la jonction des rues Dr Manilall et Subash Chandra Bose, dans sa localité. Il a rendu l’âme le lundi 6 novembre. L’alcotest pratiqué sur le deuxième motocycliste, âgé de 30 ans, s’est révélé négatif. Une accusation provisoire d’homicide involontaire a tout de même été logée contre lui.

 

Textes : Elodie Dalloo, Valérie Dorasawmy, Jean Marie Gangaram