• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Nusruth Ebrahim Saib : La récompense par le courage

«Tous ceux qui ont des handicaps peuvent réussir dans la vie», lance la jeune femme.

Cette Vacoassienne fait honneur au pays et suscite l’admiration de ceux qui la côtoient au quotidien. Elle a remporté le premier prix d’un concours organisé par la Thalassaemia International Federation. Rencontre.

Vivre avec une maladie n’est pas une fatalité. Comme le prouve Nusruth Ebrahim Saib. Cette Vacoassienne, qui incarne courage et volonté, a récemment brillé sur la scène internationale. La jeune femme de 35 ans, qui est atteinte de thalassémie – une maladie du sang – depuis la naissance, a remporté un concours international de photographie, organisé par la Thalassaemia International Federation en vue de sensibiliser le public à cette maladie. Loin des feux des projecteurs, cette employée d’un organisme gouvernemental tente de mener une vie «normale», malgré des passages réguliers à l’hôpital pour des soins et des transfusions sanguines.

 

Au quotidien, grâce au soutien de ses parents et des médecins qui s’occupent d’elle, Nusruth Ebrahim Saib ne s’est jamais laissé abattre. Après ses études secondaires, elle s’inscrit à des cours en informatique pour augmenter ses chances d’être employée. Son objectif : être indépendante. «C’était très difficile pour moi de décrocher un emploi en raison de mon état de santé. Il fallait être très courageuse et patiente», confie notre interlocutrice.

 

Dans la foulée, elle devient un membre actif de la Thalassemia Society of Mauritius et développe des contacts avec la Thalassaemia International Federation. C’est ainsi que celle qui désire découvrir d’autres cultures a la chance de participer à un séminaire sur la thalassémie, au Vietnam. Elle en apprend plus sur la maladie et fait de nombreuses rencontres, dont celles «de médecins et de patients atteints de thalassémie».

 

Faire face

 

Une opportunité se présente alors à elle. La Thalassaemia International Federation organise, en mai, un concours international. Les participants, des quatre coins du monde, doivent soumettre des écrits, vidéos ou photos pour raconter les étapes par lesquelles ils sont passés afin d’arriver à faire face à la maladie. Le thème : Get connected ! Share knowledge and experience. And fight for a better tomorrow in thalassemia. Plus d’un millier d’inscriptions sont recueillies. 

 

«Comme j’aime faire des photos, je me suis inscrite. Il fallait envoyer des photos pour raconter les différentes étapes de ma vie autour de cette maladie.» La jeune femme décide alors d’envoyer des photos d’elle à l’hôpital, à la maison, célébrant son anniversaire, et au boulot. «L’intitulé était : Life Goes On. Cela a plu aux organisateurs et c’est avec surprise que j’ai reçu un e-mail pour m’annoncer que j’ai remporté le premier prix, soit la somme de 500 dollars (environ Rs 17 000).»

 

Pour Nusruth Ebrahim Saib, cette récompense est un honneur mais aussi une façon d’interpeller le public. «Tous ceux qui ont des handicaps peuvent réussir dans la vie car les opportunités de réussite sont multiples. Il faut saisir les occasions qui se présentent et ne pas baisser les bras. J’encourage les personnes malades à participer à ce genre de concours et à ne pas se renfermer sur elles-mêmes.» 

 

Car vivre avec une maladie n’est pas une fatalité. Comme le prouve Nusruth Ebrahim Saib.