• Scalpel Victor, rappeur sentimental
  • Mo sir
  • Le journal d’une vieille folle : intense «fam fouka»
  • Tour de Maurice 2018 : Gustav Basson abat la concurrence
  • Culturisme - Rodrigues : Le sacre de Gontrand Emilien Agathe
  • «Non» aux accords de pêche : au nom des baleines, des dauphins, des thons
  • Harry Mootoosamy : L’as des portraits
  • Championnat de Maurice Snooker : Une première nationale pour Salman Moosa
  • Vanessa Lindor, le spa de ses rêves
  • Menace de déportation | Arnaud Poulay : «Ce n’est pas mon combat mais celui de tous les Agaléens»

Gino Lapunaire : Disparition d’un grand de la ravanne

Un visage connu. Et aussi très apprécié. Hélas, Gino Lapunaire, connu pour son travail de batteur et de ravannier au sein de plusieurs formations locales (Zot Sa, Cassiya, entre autres), est décédé le 10 octobre des suites d’une maladie  qui le rongeait. Gino Lapunaire a joué de la ravanne sur quasiment tous les albums où on pouvait en entendre et a fait partie de plusieurs délégations d’artistes qui se sont rendus à l’étranger pour faire vibrer notre musique.

 

Sur les réseaux sociaux, ils sont plusieurs, artistes, proches, amis, à faire ressortir son grand talent d’artiste, à l’instar d’Alain Ramanisum qui le décrit comme «l’irremplaçable roi de la ravanne» ou Chrisjo Clair qui parle «d’une grande personne, une grande perte pour la musique locale…»