• Triste fin pour Ruwaidah, mariée et enceinte à 13 ans
  • Mesure budgétaire : Passeport et nationalité «en vente» : pourquoi ça fait peur…
  • Angleterre vs Panama (16h aujourd’hui) : Southgate en route vers le glorieux passé
  • [A L'AFFICHE] MILF : Femmes mûres au bord de la crise de séduction
  • [A L'AFFICHE] Action ou vérité : Le jeu ou la mort
  • [A L'AFFICHE] Jurassic World : Fallen Kingdom | Des raisons de se laisser croquer
  • Sanju : Sanjay Dutt à coeur ouvert
  • Hippisme 13e journée | The Great One émerge
  • [EDITO] Éduquons nos enfants, protégeons nos petites filles !
  • Dans la cuisine de Hourushaa Dowlut

Gino Lapunaire : Disparition d’un grand de la ravanne

Un visage connu. Et aussi très apprécié. Hélas, Gino Lapunaire, connu pour son travail de batteur et de ravannier au sein de plusieurs formations locales (Zot Sa, Cassiya, entre autres), est décédé le 10 octobre des suites d’une maladie  qui le rongeait. Gino Lapunaire a joué de la ravanne sur quasiment tous les albums où on pouvait en entendre et a fait partie de plusieurs délégations d’artistes qui se sont rendus à l’étranger pour faire vibrer notre musique.

 

Sur les réseaux sociaux, ils sont plusieurs, artistes, proches, amis, à faire ressortir son grand talent d’artiste, à l’instar d’Alain Ramanisum qui le décrit comme «l’irremplaçable roi de la ravanne» ou Chrisjo Clair qui parle «d’une grande personne, une grande perte pour la musique locale…»