• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Alors qu’elle se préparait pour les examens du HSC | Kajal Janki, 20 ans, fauchée en pleine jeunesse

La jeune étudiante caressait le rêve de devenir policère.

Cette jeune étudiante rentrait d’une virée avec des amis lorsque l’impensable s’est produit. Elle est décédée quand sa voiture, conduite par un de ses amis, est entrée en collision avec un camion. Le lendemain, elle allait participer à sa première épreuve du HSC. Sa famille effondrée témoigne et rend un vibrant hommage à cette jeune personne partie trop tôt… Devenant ainsi la 121e victime de la route cette semaine sur 122 morts en tout.

Elle n’avait que 20 ans. Et comme tous les jeunes de son âge, elle avait des rêves et des projets plein la tête et pensait avoir tout son temps pour les réaliser. Malheureusement pour elle, la mort ne regarde pas le nombre des années. Bhavna Janki, plus connue comme Kajal, est décédée dans de tristes circonstances le jeudi 5 octobre, à la veille de commencer ses examens du Higher School Certificate (HSC)tant attendus. La voiture dans laquelle se trouvait la jeune fille est entrée en collision avec un camion à la route Bassin. Elle est morte sur le coup.

 

Kajal laisse derrière elle une famille anéantie par le chagrin. Parmi ceux qui la pleurent amèrement, il y a Preeti, la cousine de son père. Elle considérait la jeune fille comme la sienne et l’avait même recueillie chez elle à la mort de son père quand elle avait 13 ans. «Mo ti konsider li kouma mo prop zanfan et nou ti touzour ansam. Dimounn ti panse nou ti mama ek tifi. Mo mem ki ti pe get li. Li ti pe manze bwar kot mwa ek li ti pe dormi kot mo granmer parski ti ena Internet laba pou so bann devwar. Zame li pann mank kitsoz sa tifi la. Ziska ler mo pa krwar linn mor. Sak fwa mo ferm mo lizie mo trouv li anba lor koltar anba enn tapi. Bien dir pou nou fami. Kajal ti enn zanfan ki zot tou ti bien kontan», confie Preeti, les larmes aux yeux. 

 

Le jour du drame, elle a appris par un ami de Preeti que celle-ci venait de mourir dans un accident. «Je me préparais à sortir quand j’ai reçu un appel. Un jeune homme qui s’est présenté comme l’ami de ma petite cousine me demandait de me rendre à la route Bassin où Kajal était morte dans un grave accident. J’ai d’abord cru à une mauvaise blague mais la personne avait l’air sérieuse.»

 

Paniquée, Preeti est incapable de rester calme. «Mo lipie ti pe tranble. Monn bizin respir enn bon kout avan sorti. Enn kouzin inn amenn mwa laba. Letan nou pe sorti, nou tann siren la polis. Bann transpor la ti pe roul bien vit. Nou ti panse Kajal ankor vivan ek ki zot pe fer demars pou amenn li lopital. Monn gagn enn extra sok kan monn ariv laba. Sime ti bloke net. Monn remark so loto. Monn desann ek galoupe pou koste pli pre. Mo leker ti kapav aret la mem. Kajal ti fini mor ek li ti rekouver ek enn tapi.»

 

Et dire qu’un peu plus tôt, le cœur de Preeti et de Kajal était à la joie. Elles s’étaient rendues chez la coiffeuse en début de matinée en vue d’un événement dans la famille. «Mon fils fête ses 18 ans, le lundi 9 octobre. Ma sœur Mimi fête, elle, ses 35 ans. On avait prévu d’organiser une fête pour eux ce jour-là. Nous sommes ensuite retournées chez moi. Kajal est sortie vers 11h30 en me disant qu’elle se rendait chez ma grand-mère. Elle est venue récupérer sa voiture vers 13h30 alors que je regardais ma série. Elle est partie sans me dire où elle allait», raconte Preeti.

 

Selon elle, Kajal avait acheté une Hyundai de seconde main il y a quatre mois avec les économies que lui avait laissées son père. Elle avait obtenu son permis de conduire quelque mois plus tôt et «conduisait très bien», selon Mimi, la sœur de Preeti. Cette dernière confirme : «On s’était rendus en voiture à Grand Bassin le 29 septembre pour une séance de prière en marge du Durga Pooja. Elle avait une bonne conduite.»

 

Dépassement dangereux

 

Mais le jour du drame, ce n’était visiblement pas elle qui était au volant de sa voiture mais un de ses amis, âgé de 24 ans. Et quatre heures après que Kajal soit sortie, c’est une atroce nouvelle qui est parvenue à sa famille. Preeti et les siens sont en présence de plusieurs versions sur les circonstances du drame. «Plusieurs personnes sont venues nous raconter ce qui se serait passé. Des gens nous disent que l’accident s’est produit lorsque la voiture conduite par l’ami de Preeti effectuait un dépassement dangereux. La voiture roulait en direction de Vacoas et le camion impliqué dans l’accident roulait en sens inverse, vers Beaux-Songes. Selon des témoins, l’ami de ma nièce a abandonné les autres passagers sur place après la collision», souligne Preeti.

 

Les deux autres occupantes de la voiture, une amie de Preeti âgée de 17 ans et une fillette de 7 ans, blessées, sont toujours admises à l’hôpital. Elles habitent toutes deux à Vacoas. Le chauffeur du camion, un homme de 67 ans habitant Beaux-Songes, s’en est sorti avec des blessures sans gravité ainsi que son aide-chauffeur, un laboureur de 51 ans, employé par Medine Sugar Estate. Le sexagénaire a été soumis à un alcotest qui s’est révélé négatif. 

 

Au moment de l’accident, les jeunes gens revenaient apparemment de Flic-en-Flac. «Dimounn inn trouv zot laba. Zot dir nou garson la ki ti pe kondir. Kajal ti lor sez pasaze devan. Nu pa arive konpran kifer garson la kinn pran volan parski selon bann temwin, li ti ena kann la bier dan so lame bor la mer. Lezot temwin dir nu linn kasiet dan karo kann apre aksidan. Apre linn al dan enn van ki so frer ti pe kondir. Kan dimounn inn al get li kot li pa ti ena personn. Lerla mem nou aprann ki li ti fini admet clinik. Seki finn arive finn arive. Nou les la polis fer so lanket», soupire Preeti.

 

Les funérailles de Kajal ont eu lieu le vendredi 6 octobre, le jour même où elle devait participer à sa première épreuve du HSC. Elle était en Upper VI à la State Secondary School de Quatre-Bornes. «Elle devait passer l’épreuve de Travel & Tourism. C’était son sujet préféré», indique Preeti, tristement. Ses proches et elle n’ont que des mots élogieux pour Kajal. «Elle était belle, amicale, populaire. Elle était très appréciée. Le grand nombre de personnes présentes à ses funérailles témoigne de sa popularité.»

 

Kajal, dit-elle, était une fille épanouie et bien dans sa peau, même si elle n’avait pas eu une vie facile. Ses parents ont divorcé quand elle n’avait qu’un an et demi, et elle habitait avec son père depuis. Hélas, alors qu’elle avait 13 ans, son papa est décédé d’un arrêt cardiaque au volant de son van alors qu’il faisait une course à Grand-Baie. En plus d’être une fille pleine de vie, elle était aussi intelligente, selon sa cousine.

 

Rêve d’enfant

 

La jeune fille caressait le rêve de devenir policière. Elle avait postulé en ce sens l’année dernière et sa candidature avait été retenue. Toutefois, après les tests de rigueur, il s’avérait qu’il lui manquait un centimètre pour répondre à la taille minimum requise. «Elle avait fini par se faire à l’idée qu’elle n’allait pas pouvoir réaliser son rêve d’enfant, même si elle envisageait de fréquenter une gym pour faire des exercices afin de grandir encore. Elle avait alors opté pour une carrière dans l’hôtellerie. Après son HSC, elle devait suivre des cours dans ce domaine. Elle voulait aussi travailler sur un bateau de croisière comme hôtesse», souligne Preeti.

 

À Hollyrood où habitent les proches de Kajal, la vie reprend difficilement son cours. En ce dimanche 8 octobre, ils organisent une séance de prière spéciale à partir de 8 heures pour marquer le troisième jour de deuil. Un moment difficile en perspective. Mimi, la sœur de Preeti, ne dira pas le contraire. Les yeux cernés et bouffis à force d’avoir versé des larmes, elle lâche, le cœur en miettes : «Enn ti la prinses ki nou finn perdi. Si nou ti kone pou ariv kitsoz sa zour-la zame nou pa ti pu les li sorti.»

 


 

Le conducteur toujours admis en clinique

 

Il y a plusieurs allégations contre lui mais à l’heure où nous mettions sous presse, nous n’avons pu obtenir sa version des faits ni celle de sa famille malgré plusieurs essais. Le conducteur de la voiture où se trouvait Preeti Janki était toujours admis dans une clinique privée des Plaines-Wilhems. L’état de santé de cet habitant de La Source, Quatre-Bornes, est jugé stable, selon une source policière qui avance qu’il sera certainement interpellé lorsque le personnel soignant l’autorisera à rentrer chez lui. Il fera probablement l’objet d’une charge provisoire d’homicide involontaire, de conduite dangereuse et peut-être aussi de conduite en état d’ivresse. La police attend de prendre connaissance des différents résultats d’examens sanguins effectués sur lui lors de son admission en clinique après l’accident pour savoir s’il était sous l’influence de l’alcool, comme l’attestent certains témoins oculaires.