• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Forza Motorsport 7 : Bonnes vibrations automobiles

Déjà sept ! La franchise de simulation automobile Forza Motorsport est devenue incontournable sur PC et les consoles de Microsoft. Mais à l’heure où la concurrence est bien présente (le très exigeant Project Cars 2, entre autres), le nouveau bébé de Turn 10 Studios prouve qu’il en a sous la carrosserie, capable d’attirer de nouveaux venus et les fans endurcis du genre, avec contenu et plastique de fière allure. Un jeu disponible sur PC et XBOX One depuis sa sortie mondiale le 3 octobre.

 

La donne ne change pas : courses automobiles avec d’innombrables classes de voitures. Mais contrairement aux spin-offs Forza Horizon, qui misent sur les sensations, Forza Motorsport va au cœur de la conduite, de la maîtrise des circuits et de la customisation des véhicules – 700 au total. Il y a de quoi faire dès que vous installez le jeu (67 GB sur XBOX One !) avec le mode Carrière. Vous devrez prouver que vous êtes le plus grand pilote du monde avec pas moins de six coupes à gagner, le tout en participant à plusieurs championnats. 

 

Et bien sûr, au fur et à mesure que vous progressez, vous accumulez de l’expérience pour conduire des véhicules de plus haut de gamme. Encore une fois, la customisation est exhaustive : costume et casque du pilote, peinture, moteur, roues… Vous passerez des heures à peaufiner vos bolides. Les grandes marques sont toujours de la partie : Ford, Ferrari, Porsche, etc. Le jeu intègre toutefois un système de financement où il faudra bien réfléchir avant d’acheter.

 

Autre changement par rapport au sixième volet : vous allez passer plus de temps avec un bolide sur plusieurs courses, le prix des véhicules ayant grimpé, et certains défis ne se feront qu’en fonction de l’état de votre garage et de vos sous. Cela ajoute du piment au bitume, même si les phases de qualification pour le placement sur la piste sont absentes : vous commencerez au milieu du groupe quel que soit votre performance précédente. La partie multijoueurn’est pas oubliée, avec leagues, matchs, championnats, ladders. Fouf !

 

En tout cas, manette en main, les sensations sont là et le plaisir de jeu est quasiment immédiat. Donc, en plus de pimp your ride, c’est bien parti pour d’autres heures de plaisir avec toutes sortes de voitures : rétro, modernes, nouvelles. Bref, c’est du fun automobile ! 

 

Ce contenu gargantuesque est soutenu par une technique aux petits oignons. Le tout tourne à 60 images par seconde et sur PC, les textures 4K (avec, bien sûr, une configuration plutôt grosse) devraient faire pétiller les yeux. Tout ça pour dire que Forza Motorsport 7 est beau, fluide, avec des modèles de véhicule qui privilégient la fidélité réaliste et un sens du détail de malade, plus que dans le précédent volet qui plaçait déjà la barre haute. Encore mieux, les intempéries s’invitent à la fête pour encore plus de beauté, d’immersion, d’ambiance, avec en plus la conduite adéquate qu’il faut prendre en compte.

 

Ainsi, on a là une simulation de course extrêmement complète, belle, qui apporte des améliorations techniques et de gameplay. Une suite comme on les aime. On n’en attendait pas moins de la franchise.