• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Élection partielle au no 18 : en attendant le 17 décembre

C’était la date la plus attendue du calendrier politique de cette année et elle est finalement tombée. Alors que le 17 décembre a été officiellement désigné comme la date des élections partielles au nº 18, tous les partis politiques ou presque s’activent à labourer le terrain. À savoir que le Nomination Day aura lieu le 4 novembre prochain. 42 052 électeurs seront appelés aux urnes pour élire le remplacant de Roshi Bhadain à l’Assemblée nationale.

 

À ce jour, la plupart des candidats sont connus. Roshi Bhadain, leader du Reform Party, Jack Bizlall du Muvman Premye Me, Dhanesh Maraye du PMSD, Nita Juddoo du MMM, Nitish Joganah et Pramode Jaddoo, candidats indépendants, Alexandre Barbès-Pougnet du Ralliement citoyen pour la patrie, Kugan Parapen de Rezistans ek Alternativ, Kaviraj Bokhoree d’En marche Maurice et Arvin Boolell du PTr. Il manque à cette liste les candidats du MSM et du Mouvement patriotique d’Alan Ganoo. Une absence qui alimente de nombreuses rumeurs selon lesquelles certaines négociations seraient en cours sous le tapis. 

 

Face à l’incertitude qui entoure la participation du gouvernement qui y a pourtant perdu un siège, Étienne Sinatambou, porte-parole du gouvernement, a préféré jouer la carte de la discrétion lors de sa conférence de presse. «L’alliance gouvernementale n’a pas encore pris de décision d’aligner un candidat lors de la partielle au nº 18», a déclaré le ministre avant de souligner que cette décision revient uniquement au Premier ministre. Pour sa part, Paul Bérenger, leader du MMM, a tenu à démentir tout rapprochement avec le MSM, affirmant que le MMM «est le seul parti politique à avoir les mains propres»

 

Pour sa part, Roshi Bhadain est persuadé que cette élection sera une grande victoire pour les habitants de cette circonscription et qu’elle marquera la fin «des dinosaures, des dynasties et des vautours politiques».