• Kaviraj Pather : «Les jeunes ont un rôle-clé à jouer dans le nouveau souffle que requiert notre pays»
  • Entraîneur d’athlétisme au Canada : La «sucess story» de Thiadeeren Ponambalum
  • Elle restitue 79 boulettes d’héroïne : les complices de la passeuse Sud-Africaine recherchés
  • Une adolescente perd son combat contre la leucémie : Le cri de douleur et de révolte des proches de Shristi, 15 ans
  • Hippisme 29e journée | Horse Guards démarre en trombe !
  • Astrid Nelsia : Un visage de la télé-réalité française sous le soleil mauricien
  • Rentrée parlementaire : l’opposition face à ses enjeux
  • Johnny Clegg : «Ma motivation est celle du partage»
  • Des dates démocratiques !
  • Un «Venom» galimatias

La chiropratique en pédiatrie : Un bien nécessaire pour le bon développement de votre bébé

La chiropratique apporte un meilleur confort au bébé et rend la croissance plus harmonieuse, explique la doctoresse.

La chiropratique en pédiatrie, décrite comme une thérapie de santé manuelle, détecte, corrige et prévient les dysfonctionnements neuro-musculo-squelettiques chez les nouveau-nés. Et les techniques utilisées lors de cette thérapie aident à leur bon développement. Le Dr Julie Staub, chiropracteur, nous en dit plus.

Le temps passé dans le ventre de la mère peut soumettre le bébé à de fortes pressions car les premières contractions ressenties par la future maman ont également un effet sur l’enfant à naître. «Le premier stress physique important pour tous est sans aucun doute la naissance», explique le Dr Julie Staub, chiropracteur. Durant l’accouchement, les phases successives du travail, de l’engagement puis de l’expulsion sont autant de stress mécaniques ressentis par le nouveau-né. «C’est son crâne qui subit le plus de pression. Surtout au moment de l’expulsion qui enclenche une rotation de la tête chez le bébé ainsi que ses épaules», fait-elle ressortir. Alors que, pendant les accouchements longs ou difficiles nécessitant des forceps afin d’extraire le bébé, la pression exercée sur son crâne et ses vertèbres est multipliée et peut ainsi affecter son système nerveux. 

 

C’est justement là que la chiropratique en pédiatrie intervient. «Il est nécessaire de consulter un chiropracteur durant les trois premiers mois suivant l’accouchement. Ce, afin de détecter des dysfonctionnements et de les corriger. La chiropratique en pédiatrie utilise des techniques manuelles très douces qui aident à relâcher les tensions tissulaires afin d’optimiser le fonctionnement du système nerveuxdu nourrisson», fait ressortir la doctoresse. De plus, dit-elle, du fait que les nouveau-nés sont incapables de nous faire savoir commentils se sentent, certains comportements peuvent signaler la nécessité des soins chiropratiques. 

 

«Un bébé qui tourne la tête d’un côté plus que l’autre, qui présente des délais avec des étapes de sa croissance, comme la marche à quatre pattes, un bébé qui pleure beaucoup, qui a des coliques et des reflux gastriques ou encore qui a des difficultés à se tenir dans certaines positions sont des signes qui doivent alerter les parents», avance notre interlocutrice. Les bébés qui restent allongés dans la même position auront tendance à développer la plagiocéphalie. 

 

«La plagiocéphalie est une déformation du crâne du nourrisson, due à un mauvais positionnement répété. D’un côté, la tête du bébé est plate. Alors que de l’autre, il y a comme une petite bosse qui ressort. Cette déformation peut se corriger naturellement dans certains cas. Alors que dans d’autres, elle persiste à vie et c’est plutôt inesthétique.»Pour elle, si un parent aperçoit une déformation du crâne de son bébé, il faut consulter un chiropracteur qui travaillera alors sur la structure du crâne du nourrisson afin de libérer les tensions pour que, petit à petit, la tête retrouve sa forme. «On donne également des conseils aux parents, qui vont aider au bon développement de l’enfant.»

 

Elle explique que la chiropratique apporte également un meilleur confort au bébé et rend la croissance plus harmonieuse. «Même les premières chutes du bébé doivent être surveillées. C’est pour cela qu’on recommande aux parents de consulter un chiropracteur durant les trois premiers mois de l’enfant. Cependant, les parents peuvent le faire jusqu’au huitième mois de l’enfant mais le crâne est alors consolidé et les résultats sont moins probants. Dépassant cette phase, il y a aussi la chiropratique pour les enfants âgés d’un an et plus», souligne-t-elle.

 

La croissance est une étape importante de la vie, qu’il faut bien surveiller pour le bon fonctionnement et le bon développement de l’organisme sur le long terme.

 

Bio express

 

Julie Staub est chiropracteur et est diplômée de l’Institut franco-européen de chiropratique à Paris, en France. Elle mettra bientôt le cap sur l’Angleterre pour un Master en chiropratique pédiatrique. Sa consultation est basée au Business Park de Grand-Baie, suite 002. Tel. 5498 8370. E-mail : [email protected]

 


 

Mieux comprendre la chiropratique

 

La chiropraxie apporte une réponse naturelle aux problèmes de dos et d’articulations les plus courants (lombalgie, cervicalgie, hernie discale, tendinites, entre autres). Pour calmer les douleurs et améliorer la mobilité, les chiropracteurs recourent principalement aux manipulations vertébrales et à la mobilisation des articulations.

 

Pour quoi 

La chiropraxie est une médecine manuelle visant à détecter, traiter et prévenir les affections du dos et des articulations. La chiropraxie est reconnue par les autorités de santé comme par la communauté médicale, en France et au niveau international.

 

Pour qui 

La chiropraxie convient à tous, qu’importe l’âge. Pour les enfants, de la naissance à l’adolescence. Pour les adultes, particulièrement pour les actifs, les sportifs, les femmes enceintes et les seniors.

 

Source : http://www.chiropraxie.com/