• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Sunlight : Moi, jeune, pourquoi je m’engage

Ensemble, ces jeunes veulent se mettre au service des autres pour créer une meilleure île Maurice.

Las de rester les bras croisés face à la pauvreté et à la drogue, des drames qui causent de jour en jour de plus en plus de tristesse et de dégâts, ce groupe de jeunes a décidé de descendre sur le terrain et de tendre une main bienveillante à ceux qui ont besoin d’aide.

Face à la pauvreté qui tire de nombreuses familles mauriciennes vers le bas. Face à la drogue qui s’immisce dangereusement dans les foyers, qui détruit l’avenir des jeunes et de leurs familles respectives. Face à des jeunes qui préfèrent délaisser les bancs de l’école pour se retrouver prisonniers des fléaux qui gangrènent notre société, ce groupe de jeunes a décidé de s’élever, de dire non et de s’engager pour essayer de changer les choses. Ces jeunes hommes et jeunes femmes forment Sunlight, un regroupement de volontaires à travers tout le pays, qui ont décidé de se mettre ensemble pour apporter de l’aide et du soutien à ceux qui sont dans le besoin. 

 

Leur rassemblement, souligne Aadil Jhumka, le leader du groupe, s’est fait tout naturellement.«Nous sommes un groupe d’amis et de connaissances qui a décidé de travailler ensemble pour un meilleur futur.» S’ils veulent apporter leur pierre à l’édifice, ils souhaitent aussi incarner la multiculturalité de leur pays, représenter mais aussi renforcir l’harmonie sociale qui existe entre toutes les communautés. Le nom du groupe n’a d’ailleurs, précise Ashfaq Abdoola, pas été choisi au hasard. «La vision de Sunlight est justement d’apporter de la lumière dans la vie de ceux qui vivent dans le noir, qui connaissent des moments difficiles et qui ne savent pas comment s’en sortir.» Tendre la main à ceux qui s’enlisent dans la pauvreté et l’addiction à la drogue sera, lance-t-il, leur priorité. 

 

Sensibilisation

 

Pour y arriver, le groupe, qui compte à ce jour une quinzaine de volontaires pour la majorité des étudiants d’université et des jeunes professionnels, compte mener plusieurs actions comme des sessions de sensibilisation et de prévention, des causeries, l’organisation de plusieurs activités, entre autres. «Nous allons suivre les jeunes qui ont besoin d’aide. Nous allons les guider, les accompagner pour expliquer à ceux qui sont dans la drogue par exemple qu’il y a des choses qui sont meilleures pour eux et qui ne leur causeront pas de tort», explique Zafiirah Choomka. «Nous allons parler aux parents. Aujourd’hui, trop d’enfants sont livrés à eux-mêmes. Nous allons aussi organiser plusieurs activités pour qu’ils puissent non seulement s’amuser mais aussi montrer leurs talents»,souligne la jeune femme. 

 

Justement, pour donner le coup d’envoi de Sunlight, une grande journée récréative a été organisée le 30 juillet. Cette journée a été consacrée à la création et au sport. «Certains sont doués académiquement mais d’autres non. Cependant, ça ne veut pas dire qu’ils ne savent rien faire. Nous avons tous un don, quelque chose d’unique en nous. Nous voulons leur faire prendre conscience de cela», dit-elle. Aadil Jhumka abonde dans le même sens. «Ces enfants seront motivés car ils auront le sentiment que bien qu’ils ne réussissent pas académiquement, ils ont du potentiel et peuvent encore faire quelque chose pour réussir autrement.»

 

Créer un réseau

 

La prochaine étape sera, explique Ashfaq Abdoola, de contribuer une fois par mois pour acheter des denrées alimentaires de base pour les offrir aux familles qui vivent dans une situation d’extrême pauvreté. «Nous allons commencer à cotiser entre nous dans un premier temps. Au fur et à mesure que le groupe grandira, nous pourrons toucher plus de personnes», confie le jeune homme. Conscients qu’ils ne peuvent pas travailler seuls et qu’ils ont besoin de plus de mains pour pouvoir toucher plus de monde et pour espérer apporter un changement, ils lancent un appel à la jeunesse mauricienne. «Nous invitons tous les jeunes à venir nous rejoindre. Nous espérons pouvoir créer un réseau et travailler avec les ONG ainsi que les autorités pour être encore plus efficaces sur le terrain», déclare Aadil Jhumka. 

 

Se mettre au service des autres pour les aider à retrouver la joie de vivre, c’est ce qui a motivé Sharmeem Mandary à s’investir dans ce projet. Elle a toujours baigné dans l’univers du social, s’engager était pour elle comme une évidence, déclare-t-elle. «Depuis que je suis toute petite, je vois mes parents aider les plus démunis, ce qui fait que j’ai cette culture en moi.» Aujourd’hui, la jeune femme compte, à son tour, accompagner ceux qui vivent dans la précarité. Aneesa Lallmahomed a elle aussi choisi de s’engager avec Sunlight, persuadée qu’il vaut mieux être plusieurs pour mener le combat :«J’ai eu une formation en leadership. Je suis sûre que ça va m’aider dans cette nouvelle mission.»