• Dans la petite «Kazafleurs» de Natacha
  • Jeux Africain de la Jeunesse : Le Club Maurice commence à prendre forme
  • Esafodaz : Prendre par la main les petits entrepreneurs
  • Un ado accuse un policier de Curepipe de brutalités
  • Vaccin anti-grippe, le «must» pour affronter l’hiver
  • Politique de confidentialité
  • Jean-Philippe Lebon : Moi, Mauricien et militaire dans la Légion étrangère
  • Shotokan : le JKAM passe à la vitesse supérieure
  • Après un jour d’hospitalisation : Un jeune tatoueur succombe à ses blessures
  • Ujwantee Fekna tuée dans une collision à Piton : Ses enfants réclame la vérité sur les circonstances du drame

Les aventures de Joshila Dhaby

Des grafitis et de l’art au Danemark.

On l’appelle Jay Dee. Mais on peut aussi l’appeler Joshila Dhaby. Et il s’est fait un nom dans le street art ici… comme ailleurs. L’artiste de 36 ans, très impliquée dans les projets artistiques du collectif Meta-Morphosis,a participé au Meeting of Styles à Copenhague, au Danemark, grande réunion d’artistes de plusieurs pays, dédiée à l’art pictural urbain (grafiti, street art, etc.) qui s’est tenu fin juillet. Une première pour notre compatriote qui a peint une œuvre où l’on retrouve une tortue et une jeune fille. Cette année, le thème de ce rassemblement – qui existe depuis 1997 – était Age of Abundance. 

 

«Je qualifierais cette expérience d’enrichissante. Nous avons tous appris de l’autre, nous avons collaboré, avons partagé nos expériences, nos tips, nos techniques. J’ai réalisé qu’il n’y avait pas de frontières et que si l’on veut quelque chose, on peut l’avoir. Et c’est très motivant d’avoir un bon feedback par la suite. J’ai aussi réalisé que quand on parle du manque de soutien aux artistes, c’est surtout parce qu’il y a un manque de compréhension par rapport à ce que l’art peut apporter», s’exclame l’artiste. 

 

Connue pour avoir conçu tout le «décor» de la capsule temporelle de Moris Dime, Joshila Dhaby a aussi fait parler d’elle, lorsque, par exemple, sa peinture Zanfan Nu Cite a été sélectionnée pour le concours Art needs you, à Johanesburg. Ici, elle est sortie deuxième au concours d’art 2016 de la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Maurice. 

 

En tout cas, de retour en terre mauricienne, notre artiste a déjà pris tout son attirail pour un projet destiné à une compagnie privée. Avec des images artistiques de Copenhague plein la tête.