• Grand Prix Historique de Monaco 2018 : Les Mauriciens de MFT Racing de la course
  • Elle enterre ses deux filles et son petit-fils en deux mois : La terrible tragédie d’une mère
  • Candidate à l’élection du comité central mauve | Joanna Bérenger : «Le MMM ne peut être légué à qui que ce soit !»
  • Tennis de Table | Patrick Sahajasein : Ryan, mon fils, mon champion
  • Kusraj Lutchigadoo : Zoom sur l’homme derrière l’escapade du Vacoas Detention Centre
  • Holdem Healthcare : Un centre médical familial à votre service
  • Fête des Mères : Mamans solos et heureuses
  • Hippisme 9e journée | Lee’s Star s’offre une victoire de Groupe
  • Pierre Lapin : Les animaux à l’assaut
  • Red Sparrow : Joli moineau habite nid vide

Betamax : l’affaire qui valait Rs 4,5 milliards…

L’homme d’affaires Veekram Bhunjun avait demandé réparation.

Le Singapour International Arbitration Centre (SIAC) a tranché en faveur de Betamax. Et ça va coûter cher, mais alors là, très cher. L’état mauricien est condamné à payer Rs 4,5 milliards à Veekram Bhunjun et sa firme Betamax. C’est la sentence prononcée par le Singapour International Arbitration Centre (SIAC) dans ce qu’on appelle maintenant l’affaire Betamax. 

 

Celle-ci remonte à janvier 2015, lorsque l’état résilie le contrat de Betamax, un mois après la victoire de l’Alliance Lepep aux élections générales. Un contrat de Rs 10 milliards signé en novembre 2009, entre cette firme et la State Trading Corporation. L’objectif : l’approvisionnement, pendant 15 ans, en carburant grâce au pétrolier de Betamax, le MT Red Eagle. En avril 2016, le directeur de Betamax porte l’affaire devant le SIAC, estimant qu’il a encouru des pertes de plus de Rs 5 milliards.

 

Cependant, on apprend que l’état n’a pas dit son dernier mot. En effet, il compte saisir la Cour suprême pour contester la sentence prononcée par le SIAC. Mais l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam est catégorique : l’état ne pourra pas faire appel et devra passer à la caisse.