• De nouvelles têtes à la conquête de «B-Town»
  • Et on patiente pour «Black Panther» !
  • Wolf Warrior 2 : Gros «boom boom» en terre africaine
  • Il était une fois…  «50 nuances plus claires»
  • Comme des moules à leur rocher
  • National Division One : L’AS Vacoas/Phoenix en force
  • Championnats nationaux : Port-Louis flambe
  • Coupe de la CAF 2018 : L’ASPL 2000 fait durer le plaisir
  • Jeux de la CJSOI : Le Baby Club M U17 s’active
  • Republic Cup 2018 : Deux matchs pour le coup d’envoi

Shenaz Patel et Emmanuelle Tchoukriel : leurs animaux fantastiques

Neuf contes, neuf animaux mauriciens et de beaux messages pour la jeunesse.

Il était une fois… des ti bebet chez nous. Les mots de Shenaz Patel et les illustrations d’Emmanuelle Tchoukriel le prouvent avec leur livre Le bestiaire mauricien, lancé hier à l’Institut français de Maurice. Un ouvrage dédié à la jeunesse, où le duo propose neuf contes originaux, mettant en scène des animaux d’ici : l’ourit, le pekpek, le tivitess, le bebet ciseaux, le gecko, l’étoile de mer, le papillon, le paille-en-queue et la chauve-souris. 

 

Les histoires parlent d’écologie, de la différence et encouragent à découvrir et à aller vers l’autre dans l’île Maurice d’aujourd’hui. Une publication de l’Atelier des Nomades, qui a déjà sorti un livre pour la jeunesse avec Shenaz Patel en 2014, Contes de l’île Maurice, illustré par le Français Sebastien Pelon. 

 

 

L’auteure a voulu se démarquer des contes traditionnels pour offrir un produit bien dans le ton local : «On revient souvent avec les mêmes contes. Or, je trouve qu’il faut en créer encore et encore. Et dans les contes, on retrouve la plupart du temps des loups, des lions, des chevaux. Je me suis dit : pourquoi ne pas aussi parler des animaux bien de chez nous ?» Le résultat est le petit livre illustré que vous pourrez bientôt tenir entre les mains.  

 

Emmanuelle Tchoukriel, originaire de Lyon, en est à son premier livre avec une Mauricienne et à sa première visite chez nous. L’illustratrice a connu les petites bêtes mauriciennes avant de connaître les Mauriciens eux-mêmes. «Il y a eu un travail de documentation important sur les animaux. Je connais un peu les geckos de La Réunion. Par contre, pour les pekpeket tout, il a fallu se documenter auprès de l’éditeur et ailleurs», explique-t-elle, en confirmant que la littérature pour la jeunesse se porte très bien en ce moment en France. 

 

Les planches originales d’Emmanuelle Tchoukriel pour Le bestiaire mauricien seront exposées jusqu’au 1er mars à la médiathèque de l’Institut français de Maurice. 

 

Le livre est en vente dans les grandes librairies de l’île.