• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

J’ai peur qu’elle me fracture le pénis

Bonjour, je me sens un peu ridicule de vous exposer cette crainte, mais je souhaite vraiment être éclairé par rapport à ce que je vis. Voilà, la position de pénétration que ma partenaire préfère, c’est lorsqu’elle est positionnée au-dessus de moi et qu’elle me chevauche. Lorsqu’elle est ainsi au-dessus de moi, je sens que je n’ai aucun contrôle sur les mouvements car c’est elle qui exécute les va-et-vient de pénétration. Tout va bien au début car elle y va doucement et lentement. Mais lorsqu’elle accélère le rythme et qu’elle semble se laisser aller à son plaisir, je me mets à avoir peur que mon pénis se fracture.

 

J’ai déjà entendu dire que des hommes se sont déjà fracturé le pénis.  C’est arrivé plus d’une fois qu’elle ait fait un faux mouvement et que ça me fasse très mal. Je lui avais alors dit que ça m’avait fait mal. Elle s’était montrée compréhensive et nous avions changé de position. Par contre, elle aime tellement cette position qu’elle grimpe souvent sur moi. Puisque je ne veux pas la brimer dans son plaisir, je n’ose pas lui faire part de mes peurs et je la laisse faire. J’ai moins de plaisir dans cette position-là car j’ai tendance à surveiller au cas où. J’aimerais donc savoir si j’ai raison d’avoir peur et s’il y a vraiment des risques.

 

Réponse. Bonjour, vos craintes sont effectivement fondées. Il existe des cas de fracture du pénis, mais rassurez-vous, cela arrive assez rarement. On continue d’utiliser le terme fracture, peut-être parce que ça fait plus spectaculaire. Mais en fait, ce n’est pas une fracture puisqu’il n’y a pas d’os dans le pénis. Une rupture de l’albuginée et des corps caverneux du pénis serait un terme plus adéquat à employer.

 

Cette malencontreuse situation survient surtout lors de la pénétration, mais elle peut aussi être le résultat d’une manipulation trop vigoureuse du pénis en érection. Cela survient lorsqu’au cours d’un rapport sexuel, un faux mouvement se produit et que le pénis se bute au mauvais endroit. Il peut, par exemple, aller se cogner sur le périnée lorsque la femme est en position au-dessus. Cela peut également survenir lors d’un va-et-vient vigoureux au cours duquel le pénis sort du vagin inopinément et qu’il est suivi d’un retour brutal dans le vagin. Il entre alors à nouveau dans le vagin en allant se cogner dans le mauvais angle de pénétration.

 

Lors d’un tel «faux pas», survient une pression trop importante sur le pénis en érection. Le pénis se courbe et lorsque ça arrive, un gros craquement se fait souvent entendre, une vive douleur se fait sentir et s’ensuit une détumescence (NdlR : le retour au volume de repos) du pénis. Ensuite, apparaîtra un hématome et l’apparence du pénis deviendra de couleur bleu indigo. Les testicules peuvent aussi augmenter de volume. Lorsque ces symptômes apparaissent, on peut penser que les corps caverneux du pénis se sont rompus sous l’effet d’une flexion brutale. L’enveloppe rigide qui entoure le pénis, appelée albuginée, peut s’être déchirée, d’où l’impression d’avoir le pénis fracturé.

 

Quoi faire si ça arrive ? Rendez-vous à l’urgence le plus rapidement possible en prenant soin d’envelopper de la glace dans un linge et de l’appliquer sur l’hématome. Les inquiétudes et la douleur devraient vous faire agir vite, chose qui est importante pour qu’un traitement se fasse rapidement et ainsi écarter les risques de complication. Une fois rendu à l’hôpital, le médecin évaluera les dommages. Un traitement chirurgical pourrait être nécessaire pour évacuer l’hématome de corps caverneux, réparer la déchirure de l’albuginée en y pratiquant une suture. Et si l’urètre est atteint, une intervention sera également faite à ce niveau. Sans celle-ci, il y a des risques de complications.

 

Une courbure du pénis pourrait s’ensuivre ainsi que des troubles de l’érection. Un traitement chirurgical rapide permet d’éviter de telles conséquences. Suite à l’intervention, quelques semaines sont nécessaires à la complète cicatrisation. Dans les cas moins graves, le traitement médical consiste à prendre des anti-inflammatoires et des médicaments contre la douleur.

 

La semaine prochaine, nous verrons comment vous pouvez aborder cette question avec votre partenaire et vous adapter l’un à l’autre sexuellement.