• Jean-Philippe Lebon : Moi, Mauricien et militaire dans la Légion étrangère
  • Shotokan : le JKAM passe à la vitesse supérieure
  • Après un jour d’hospitalisation : Un jeune tatoueur succombe à ses blessures
  • Ujwantee Fekna tuée dans une collision à Piton : Ses enfants réclame la vérité sur les circonstances du drame
  • NRJ Maurice : une arrivée dans la polémique
  • Stéphane Huët : «Le label “I love” témoigne du soutien d’une entreprise aux droits humains»
  • Jean-Pierre, 55 ans, meurt après une agression | Michel Appavou : «Mon fils a connu une fin atroce»
  • Vol audacieux de bijoux | Le policier Agathe : «Comment j’ai arrêté Bimla Ramloll»
  • Fans Voice | Jessy la Madrilène vs Nadiim le Red : deux Mauriciens chez les finalistes
  • Ligue des Champions : Quand le Gegenpress de Klopp conduit à la finale

Indigestion de ballon rond

La planète foot ne s’arrête jamais de tourner. Même si les phases de poule de la Ligue des champions se sont achevées et que les championnats européens les plus suivis s’apprêtent à faire relâche, le roi incontesté du prime-time, le ballon rond, n’est pas près de se dégonfler, même en cette période festive. L’exemple parfait est le championnat anglais.

 

Comme à l’accoutumée, les Anglais vont disputer trois journées en… une semaine, soit le 26, 28 décembre et un dessert  le 1er janvier. La Premier League ne connaît pas la trêve et nous offre comme chaque année une semaine intensive de football.

 

Créé en 1888, le Boxing Day, le 26 décembre, s'est imposé comme une date symbolique majeure dans le calendrier anglais. Une tradition so British, période la plus chargée de l'année avec une succession de rencontres suivies, avec passion, par les fans anglais dans des stades combles.  Pour remonter aux origines du Boxing Day, il faut se replonger dans la société anglaise victorienne de la fin du XIXe siècle. La genèse du terme «Boxing Day» pour désigner ce jour férié reste floue. Pour certains, le mot vient de la journée où l'on ouvrait les troncs d'églises (boxes) pour collecter les aumônes. Pour d’autres, il fait référence au même jour quand les fournisseurs faisaient la tournée des clients, boîte à la main (box), pour y recevoir leur argent.

 

Les quatre-vingt douze clubs de soccer professionnel anglais génèrent des revenus colossaux qui s’élèvent à plusieurs milliards de livres  de chiffre d'affaires, selon une étude du cabinet de consultants Deloitte and Touche.

 

La majeure partie provient des droits télévisés et cette surcharge du calendrier est faite pour  que les clubs exploitent au maximum cette poule aux oeufs d'or.

 

Entre 95 % et 100 % : c’est le taux de remplissage des stades de Premier League lors du Boxing Day. Les familles se déplacent en masse, des grands-parents aux petits-enfants, pour assister à la rencontre de leur club favori.  De ce moment de convivialité découle l’une des meilleures ambiances de la saison en Angleterre.   Et c’est souvent en cette période que le championnat prend un tournant décisif en faveur de telle ou telle équipe.

 

Si vous voulez voir autre chose que des buts, va falloir regarder autre chose que la télé…