• Kaviraj Pather : «Les jeunes ont un rôle-clé à jouer dans le nouveau souffle que requiert notre pays»
  • Entraîneur d’athlétisme au Canada : La «sucess story» de Thiadeeren Ponambalum
  • Elle restitue 79 boulettes d’héroïne : les complices de la passeuse Sud-Africaine recherchés
  • Une adolescente perd son combat contre la leucémie : Le cri de douleur et de révolte des proches de Shristi, 15 ans
  • Hippisme 29e journée | Horse Guards démarre en trombe !
  • Astrid Nelsia : Un visage de la télé-réalité française sous le soleil mauricien
  • Rentrée parlementaire : l’opposition face à ses enjeux
  • Johnny Clegg : «Ma motivation est celle du partage»
  • Des dates démocratiques !
  • Un «Venom» galimatias

Ils ne veulent pas mettre de condom

Mon problème est le suivant. Avec chacun des partenaires sexuels que j’ai eus, l’usage du condom a été un réel problème. Peu importe leur réaction, ça revient toujours au même : ils ne veulent pas en mettre. J’ai commencé à prendre la pilule lorsque j’étais en relation avec mon premier copain. C’est avec lui que cela a commencé. Nous étions tous les deux vierges, un  peu nerveux et sans expérience. Le premier essai avec le préservatif a donc été désastreux. Il a eu beaucoup de mal à l’installer. Cette situation a été tellement compliquée et stressante pour lui qu’il a perdu son érection. Il s’est donc mis à appréhender la prochaine relation sexuelle.

 

Lorsque nous avons réessayé, cela s’est mieux passé, mais il s’est plaint de ne pas ressentir grand-chose. Il a donc commencé à me demander à répétition de prendre la pilule, prétextant détester le condom. J’ai donc accepté, sans trop me poser de question, car je l’aimais. Vous comprendrez que, de mon côté également, le port du condom n’a pas été une partie de plaisir. J’ai moi aussi associé le condom à quelque chose de désagréable. Lors de ma rupture avec ce gars, j’ai continué à prendre la pilule. Je me sens donc en confiance de me protéger contre une grossesse que je ne serai pas prête à vivre maintenant. Mais je tiens à me protéger contre une ITSS (infection transmise sexuellement et par le sang) et on dirait que les gars n’ont pas cette même préoccupation.

 

Ils ont l’air de s’en foutre et de n’être centré que sur l’objectif d’avoir du plaisir. Il m’est très difficile d’argumenter avec eux. On dirait que je n’arrive pas à trouver les mots pour les convaincre d’en porter. Je trouve cela vraiment ennuyeux d’avoir à négocier le port du condom. Il me semble que cela devrait être un must de se protéger. Certains se plaignent, comme mon ex, de ne rien ressentir. D’autres disent : «Oui, oui, on va en mettre», pour finalement ne pas respecter leur parole. Un autre a accepté de porter un condom. Plus tard dans la nuit, on s’était remis à se caresser. Et bien, il m’a pénétrée sans condom la deuxième fois. Prise par surprise, je n’ai pas su comment réagir et je me suis laissée faire. Je vous avoue aussi qu’il m’est déjà arrivé d’avoir pris un verre de trop et de ne pas avoir essayé de convaincre mon partenaire d’en porter.

 

Alors voilà, que pouvez-vous faire pour m’aider ?