• Linzy & friends pour un méga-concert
  • Pascal Herry : «L’accès à un logement décent demeure difficile malgré les récentes initiatives»
  • Shotokan - Formation : Passage remarqué du sensi Koichiro Okuma
  • Approvisionnement en eau : La grogne de certains citoyens
  • Importation de drogue dangereuse : Le monde du foot sous le choc après l’arrestation de L’Enflé
  • Collision fatale : Lorenzo Riche n’ira pas en croisière
  • Été : soyez au top pour vos sorties à la plage
  • Libéré après six jours en détention : Hans Nayna : «Ça m’a cassé mais…»
  • Bientôt un film sur les Chagossiens…
  • «Leve si to enn bon mari» : Quand les hommes de P&P Link se mobilisent pour… les femmes

Hey ! Pikmin : Tibolom et plateformes

Les étranges petits êtres quittent donc la stratégie pour un autre genre. Voici que nous vient, depuis peu, Hey ! Pikmin sur 3DS, une nouvelle incursion dans l’univers de ces petits extraterrestres à la fois humanoïdes et végétaux. Sauf que nous quittons la 3D, les puzzles et la stratégie qui caractérisait la franchise de Shigeru Miyamoto, créateur notamment des franchises Mario, The Legend of Zelda et Star Fox. Hey ! Pikmin s’annonce donc comme un jeu de plateformes en scrolling horizontal, avec toutefois des nuances. Autre fait intéressant : le jeu est développé par les studios de Arzest, dont l’un des cofondateurs est Naoto Oshima, co-créateur de la franchise Sonic.

 

Revenons au petit jeu rempli de cuteness : le Capitaine Olimar n’a pas fini avec ses soucis. Voici que son vaisseau spatial crashe à nouveau sur une planète inconnue. Pire, 30 000 graines de lumium sont nécessaires pour faire fonctionner l’appareil. L’exploration commence, avec l’aide, bien sûr, des petits pikmins

 

Pour évoluer dans ce monde visuellement coloré, vous n’allez avoir besoin que du stylet et du pad circulaire (pour déplacer le capitaine). Le jeu propose une série de tableaux (classique schéma d’un niveau plus ou moins linéaire qui se termine par un boss) où votre capitaine ne pourra que se déplacer, des fois en hauteur à l’aide d’un jet pack. Pour la bagarre et les autres actions (déplacements d’objets, dans l’eau, dans le feu, etc.), c’est du côté des pikmins de différentes couleurs, et si l’on suit la logique du jeu, différentes aptitudes. Un côté old school bien assumé. Les niveaux se terminent par les lumiums qui font leur entrée dans le parc Pikmin qu’il faudra configurer.

 

Tout ceci est donc bien bucolique, le rythme du jeu étant lent aussi (comme dans les autres jeux Pikmin), et c’est peut-être ce qu’on pourrait reprocher à ce jeu qui est un peu sage. Mais en tout cas bien agréable à prendre en main, facile à comprendre même pour un gosse. Bref, à défaut d’être un Nintendo farfelu, ce Hey ! Pikmin est un Nintendo comme on les aime : inventif, accessible, coloré et fun.