• Grand Prix Historique de Monaco 2018 : Les Mauriciens de MFT Racing de la course
  • Elle enterre ses deux filles et son petit-fils en deux mois : La terrible tragédie d’une mère
  • Candidate à l’élection du comité central mauve | Joanna Bérenger : «Le MMM ne peut être légué à qui que ce soit !»
  • Tennis de Table | Patrick Sahajasein : Ryan, mon fils, mon champion
  • Kusraj Lutchigadoo : Zoom sur l’homme derrière l’escapade du Vacoas Detention Centre
  • Holdem Healthcare : Un centre médical familial à votre service
  • Fête des Mères : Mamans solos et heureuses
  • Hippisme 9e journée | Lee’s Star s’offre une victoire de Groupe
  • Pierre Lapin : Les animaux à l’assaut
  • Red Sparrow : Joli moineau habite nid vide

FIFA 18 : belle continuité

C’est une tradition. Tous les ans, au moment de la Champions League, nous avons droit à un nouveau jeu FIFA. Mais après tellement de générations de consoles, de versions (la première a dû sortir sur Mega Drive en 1994 !), que peut encore offrir la franchise vidéoludique de foot la plus populaire ? Eh ben, pas mal de choses…

Déjà, visuellement, le moteur Frostbite fait toujours belle impression. Avec des améliorations pour ce nouveau volet, comme vous le devinez bien. Gros soin pour les visages connus, où le réalisme a été poussé un peu plus loin. Et aussi dans les stades, avec des petites touches dans le décor, histoire de nous rappeler que nous sommes au Brésil et dans d’autres parties du monde. La maniabilité des joueurs a aussi subi des améliorations, notamment concernant le fait de dribbler : tout sera une question de rythme, avec le moteur physique du ballon encore plus accentuée pour le réalisme, ce qui rendra le style d’un joueur encore plus personnalisé.  

 

La continuité est aussi de mise, notamment avec un mode story qui suit les aventures d’Alex Hunter, jeune joueur dont vous dirigez la carrière depuis Fifa 17. La mouture 18 reprend là où on l’avait laissée précédemment, avec cette fois quelques customisations possibles pour l’apparence d’Alex. 

 

Et si tout cela ne vous suffit pas, il y a toujours le grand corps de la franchise : ligues, championnats, matchs online. Bref, il y a tout ce qu’il faut niveau contenu. Et à défaut de tout remettre à neuf, Fifa 18 propose quelques petites améliorations, comme un système de substitution plus simple une touche ou deux suffiront , il faudra aussi être bien aware de la fatigue de vos joueurs. Bref, il y a assez ici pour laisser la franchise sur son piédestal. 

 

La franchise reste la plus populaire face à la concurrence, avec le bien nommé PES,qui a aussi sorti une nouvelle mouture 2018 récemment. Franchise un peu moins connue que FIFA ici, PES 2018 a quelques soucis de licences d’équipe, ce qui n’est pas au goût des «footeux». Et la dernière mouture, saluée pour son accessibilité et son côté fun, a été critiquée pour son bug – centre + coup de tête qui garantit à chaque fois un but, et une intelligence artificielle
des gardiens de but discutable car prenant trop de risques pénalisants par la suite. Fifa 18,tout en n’oubliant pas le côté ludique, reste réaliste ; mettre un but devrait donc s’avérer moins simple. 

 

Sans tout bousculer, Fifa 18 reste une valeur sûre, aidé par une esthétique rehaussée, de nouvelles intégrations dans le gameplay, toujours autant de ligues et championnats, et un mode story qui s’inscrit dans la continuité.