• Décès de Mathieu Leveque, 14 ans, en classe : Tristesse et révolte d’un père en quête de vérité
  • Agnès Cateaux : oh my look !
  • Batti Gul Meter Chalu : Laissons entrer la lumière
  • Championnat du monde junior de Kick-Boxing : Warren Robertson, la fierté de ses proches
  • La Nonne : Maser fer per pe vini
  • Peppermint : Jennifer Garner est une «fam souper»
  • Braqueurs d’élite : Opération fond du lac
  • BlacKkKlansman : Ku Klux Noir
  • Suite au décès de sa belle-fille dans l’accident de La Prairie : L’appel à l’aide de Shirley pour ses petits-enfants
  • Hippisme 25e journée | King’s County réussit son pari

Enn Rev Enn Sourir : Offrir un meilleur demain aux enfants malades

Plus qu’un rêve, rendre accessibles  les soins pédiatriques et mettre un sourire sur le visage des enfants malades est pour Karan Juglall une véritable mission.

Que les enfants malades retrouvent leur santé, c’est la priorité de Karan Juglall et de son équipe. Depuis la création de l’association Enn Rev Enn Sourir, ils s’occupent des enfants gravement malades en leur permettant d’avoir accès à des soins pédiatriques de qualité.

Luna Vencatasamy a 2 ans. Depuis quelques jours, elle est de retour dans cet établissement hospitalier où elle doit subir de nouvelles séances de chimiothérapie. Elle a le visage fatigué et les yeux larmoyants mais malgré ces moments difficiles, elle ne peut s’empêcher de sourire aux blagues de sa mère Anièle. «Depuis le 15 février, notre vie a été complètement chamboulée. Elle est tombée dans la salle de bains et je l’ai emmenée à l’hôpital. Là-bas, on m’a dit que tout allait bien. Nous sommes rentrées mais Luna a commencé à se plaindre de douleurs au ventre. Nous sommes repartis à l’hôpital et après une échographie, on a découvert qu’elle avait une tumeur», raconte la maman.

 

Pour les parents de Luna, c’est le choc. Ils passent par plusieurs hôpitaux et Luna enchaîne les examens. «Les médecins lui ont fait faire une biopsie et nous ont dit qu’il fallait attendre un mois pour avoir les résultats», se souvient la mère de la petite. Lorsqu’un membre de sa famille lui parle d’un certain Dr Kevin Teeroovengadum, chirurgien néonatal et pédiatrique, qui, après quelques années dans le service public, travaille désormais dans le privé, Anièle prend immédiatement rendez-vous. «Il l’a vue et son constat était sans appel. Le ventre de Luna avait commencé à grossir et elle était fiévreuse. Il fallait l’hospitaliser immédiatement et commencer le traitement.»

 

Sauf que faire admettre Luna dans un établissement privé implique de grosses sommes d’argent qu’Anièle, qui a arrêté de travailler pour veiller sur son enfant, et son époux, peintre de profession, n’ont pas. «Le médecin nous a alors parlé de l’association Enn Rev Enn Sourir qui vient en aide aux enfants malades. Nous avons rencontré Karan Juglall et son équipe, et depuis, ils nous aident et nous soutiennent dans tout ce que nous devons faire pour Luna», explique Anièle. Sans l’association, dit-elle, sa fille n’aurait pu être soignée dans de telles conditions. «Elle a été opérée et les médecins ont enlevé la tumeur. En ce moment, elle fait ses premières séances de chimio.»

 

Comme Luna, ils sont une cinquantaine d’enfants à être passés par Enn Rev Enn Sourir. Cette jeune association a été créée il y a deux ans par Karan Juglall, un jeune homme qui a tout fait pour réaliser son rêve. «J’avais environ 15 ans quand j’ai vu un enfant demander l’aumône. Cette image est restée gravée dans ma tête et m’a donné l’envie de me lancer dans le social pour aider les enfants. Je suis grandement soutenu par Odile Desjardins, la vice-présidente. Nous sommes une petite équipe mais nous voulons faire du social autrement.» Après avoir travaillé dans quelques ONG et acquis de l’expérience, il décide de lancer sa propre association en faveur des enfants atteints de maladies graves. «Notre objectif est que tous les enfants malades puissent avoir accès à un traitement de qualité afin d’avoir toutes les chances d’être sauvés et de pouvoir vivre une vie normale. Nous offrons principalement une aide financière aux parents.»

 

Accès à la médecine pédiatrique de qualité

 

Enn Rev Enn Sourir prend ainsi en charge les enfants atteints de maladies ou pathologies graves qui doivent se faire soigner dans le privé ou à l’étranger. «Les cas nécessitent l’intervention de spécialistes tels que le Dr Kevin Teeroovengadum qui est le seul chirurgien spécialisé en pédiatrie à exercer à Maurice. Les procédures et les listes d’attente peuvent être très longues dans les hôpitaux. Comment faire dans ce cas si un enfant a besoin d’être soigné en urgence ? C’est là que nous intervenons», souligne Karan Juglall, président et fondateur de l’association. 

 

Pour permettre aux enfants, principalement ceux venant de milieux vulnérables et modestes, d’avoir accès à la médecine pédiatrique de qualité, Enn Rev Enn Sourir compte sur sa collaboration précieuse avec trois médecins. Le Dr Reshma Gaya, anesthésiste, le Dr Riyad Joomye, spécialiste en réanimation pédiatrique, et le Dr Kevin Teeroovengadum interviennent d’abord sur un comité médical. «Ils identifient les enfants, les auscultent, évaluent les besoins. Plusieurs critères doivent être respectés pour que les familles puissent devenir bénéficiaires. Nous regardons le background de la famille et les revenus financiers.» Outre la prise en charge financière, l’association offre un accompagnement et un encadrement psychologique ainsi qu’un soutien moral à la famille qui, face à la maladie d’un enfant, vit des moments pénibles.

 

Pour promouvoir l’association et la cause pour laquelle Karan et son équipe se battent, Enn Rev Enn Sourir compte aussi sur trois ambassadrices, trois figures connues de la scène locale qui ont été touchées par le combat de ces enfants et de l’association, qui ont voulu apporter leur pierre à l’édifice. Delphine Dholah, Anne-Sophie Lalanne et Sheryl Smith sont les ambassadrices d’Enn Rev Enn Sourir. Leur rôle : faire la promotion de l’association et des enfants pour interpeller le public mais surtout, faire un appel aux sponsors pour qu’Enn Rev Enn Sourir puisse continuer à venir en aide aux petits. «J’ai toujours voulu faire du social et participer à ce projet pour que des enfants puissent avoir une vie saine et heureuse est extraordinaire. Finalement, c’est moi qui suis chanceuse. J’aime les enfants et participer à l’évolution de la médecine pédiatrique à Maurice n’a pas de prix à mes yeux», confie Sheryl Smith. C’est là, dit-elle, la plus belle des missions.