• Pascal Tsin : Mon business autrement
  • Anoushka Shankar : en attendant mercredi
  • Kyokushinkai – All Asia Championship : Zakariyya Ozeer offre le bronze à Maurice
  • Un «Beautiful Cocktail» signé Curty Laviolette
  • Lari Napa Enn Labri : pour un «waouf» de solidarité
  • Ils dénoncent un policier et sont arrêtés pour vol | Les frères Hazemoth : «Il s’agit d’une injustice»
  • Arnaud Poulay : «Les Agaléens sont tous révoltés»
  • Décès de Mathieu Leveque, 14 ans, en classe : Tristesse et révolte d’un père en quête de vérité
  • Agnès Cateaux : oh my look !
  • Batti Gul Meter Chalu : Laissons entrer la lumière

Dragon Quest XI : Echoes of An Elusive Age : Du très bon JRPG «old school»

En cette fin d'année, ça risque d'être la grande bousculade. Entre les derniers Tomb Raider, PES, Assassin’s Creed, le nouveau jeu Spider-Man et autres, le porte-monnaie risque de souffrir un peu. Mais attention, il y a aussi des jeux moins pétaradants qui mériteraient tout de même de l’attention.

 

Voici que nous vient une franchise «vétérane», avec le tout dernier Dragon Quest qui débarque dans le reste du monde près d'un an après sa sortie au Japon (où la franchise fait presque partie du patrimoine local) sur PC et PS4. Ce nouveau jeu se veut très old school, ce qui est à la fois sa grande force et sa faiblesse. 

 

Encore une histoire de royaumes en péril dans ce nouveau Dragon Quest, sous-titré Echoes of An Elusive Age. Le ton est toujours bon enfant, comme d'habitude avec la franchise : on suit les aventures d'un ado qui découvre qu'il est probablement celui qui va sauver le royaume d’une grosse menace. Bien sûr, il va rencontrer d'autres personnages hauts en couleur lors de son périple qui va vous demander une bonne cinquantaine d'heures, sinon plus (on est dans un RPG, avec une grosse quête principale et d'innombrables quêtes et activités annexes).

 

Niveau gameplay, on est en terrain connu avec des combats au tour par tour très classiques et comme seul ajout une barre qui se remplit pour déclencher des limit breaks, un peu comme dans plusieurs autres franchises du même genre. Et si encore une fois, c'est du plutôt très classique, ce gameplay a bien fait ses preuves et ne devrait pas déranger, même si on aurait aimé plus de prises de risques parce que la concurrence n’y va pas de main morte.

 

Aucun doute que les fans seront aux anges, d'autant que le titre se défend plutôt bien techniquement : en plus du character design propre à la série par Akira Toriyama (aussi papa de la franchise Dragon Ball), Dragon Quest XI propose souvent des environnements colorés de toute beauté, nous immergeant dans des mondes fantasy remplis de caractère et de magie.

 

Pas de prises de risques non plus au niveau de la mise en scène : on a droit à de longues cinématiques avec pas mal de fondus au noir, comme au bon vieux temps. Et la musique et les bruitages devraient même arracher des larmes aux diehards de la franchise. 

 

Bref, s’embarquer dans le dernier Dragon Quest, c'est découvrir un jeu qui conserve tout le charme visuel et technique de la franchise, en ne prenant pas de gros risques mais en assumant totalement ce côté old school.