• Chanmoonee Gonoo, 68 ans, égorgée lors d’un cambriolage | Sa petite-fille : «Notre famille est traumatisée»
  • À Vandermeersch : Instantanés d’une promenade
  • Dans le cocon de Sharmeen Choomka
  • Bientôt dans l’île : L’humoriste Kevin Razy : «J’espère que les Mauriciens sont fiers de moi»
  • La Cour accorde la liberté conditionnelle à son mari-bourreau | Yashna Joygobin : «Je ne me sens pas en sécurité»
  • Championnats d’Afrique de badminton : Les Mauriciennes croquent l’or
  • De nouvelles têtes à la conquête de «B-Town»
  • Et on patiente pour «Black Panther» !
  • Wolf Warrior 2 : Gros «boom boom» en terre africaine
  • Il était une fois…  «50 nuances plus claires»

Crypto-monnaie : une conférence pour convaincre

Dans le monde financier et techno, c’est un terme incontournable. La crypto-monnaie est de plus en plus courante à travers le monde. À l'instar de Bitcoin et Ethereum. Car la monnaie virtuelle faciliterait un grand nombre de transactions financières, avec toutefois des risques car elle ne possède pas une valeur légale as such. À l'heure où nous mettions sous presse, un bitcoin était évalué à environ 12 000 dollars (un peu moins de Rs 400 000).

 

Demain, lundi 29 janvier, une conférence se tiendra sur le sujet à partir de 10h15 au siège de Mauritius Start Up Incubator, à l’avenue William Newton, Quatre-Bornes. Il sera question de se familiariser avec le concept de crypto-monnaie, avec le cadre légal qui doit entourer ce système financier à risques, et avec les perspectives mauriciennes qui entourent ce même système.

 

Suyash Sumaroo interviendra pour l’occasion. «Nous sommes en retard par rapport à d'autres pays concernant notre connaissance et la pratique de la crypto-monnaie. Mais les choses bougent petit à petit et ceux intéressés par ces systèmes de monnaie virtuelle montrent de l'intérêt. Une conférence comme celle de lundi permet des prises de contact, de mesurer l'intérêt et de vulgariser cet univers tout en discutant sur les risques», explique le directeur de la compagnie Codevigor, spécialisée dans le développement d'applications (mobiles et Blockchain, entre autres).

 

Plusieurs économistes ainsi que la Banque de Maurice ont mis en garde quant à la dangerosité présumée de ce concept car les monnaies virtuelles n’ont pas de valeur légale en comparaison à l’euro, au dollar ou à la roupie. En octobre dernier, un comité a été mis sur pied par le ministère des Services financiers et de la bonne gouvernance pour faire un état des lieux de ce secteur, l'évaluer, entre autres. Le comité est composé de techniciens de la Financial Services Commission et du Board of Investment.