• Kaviraj Pather : «Les jeunes ont un rôle-clé à jouer dans le nouveau souffle que requiert notre pays»
  • Entraîneur d’athlétisme au Canada : La «sucess story» de Thiadeeren Ponambalum
  • Elle restitue 79 boulettes d’héroïne : les complices de la passeuse Sud-Africaine recherchés
  • Une adolescente perd son combat contre la leucémie : Le cri de douleur et de révolte des proches de Shristi, 15 ans
  • Hippisme 29e journée | Horse Guards démarre en trombe !
  • Astrid Nelsia : Un visage de la télé-réalité française sous le soleil mauricien
  • Rentrée parlementaire : l’opposition face à ses enjeux
  • Johnny Clegg : «Ma motivation est celle du partage»
  • Des dates démocratiques !
  • Un «Venom» galimatias

Comprendre le psoriasis pour mieux le contrôler

Cette maladie se présente souvent par l’apparition de plaques rougeâtres et d’écailles blanches sur différentes parties du corps.

Ce mal silencieux est un vrai danger pour la peau. Le psoriasis était au cœur du dernier Doctor’s Chat organisé à la Fortis Clinique Darné. Le point sur cette maladie avec la doctoresse Dilshad Paurobally, dermatologue à la Fortis Clinique Darné.

Plaques rougeâtres, démangeaisons... Ce sont autant de symptômes liés au psoriasis. Il  peut toucher les enfants comme les adultes. Cette pathologie, qui reste généralement bénigne, affecte le quotidien des personnes touchées. Et ce mal est toujours très méconnu du grand public. C’est pour changer cette situation que la doctoresse Dilshad Paurobally, de la Fortis Clinique Darné, a animé une causerie publique, le 24 janvier, à ce sujet.

 

Elle a d’abord brossé un tableau de la situation. «Plus de 100 millions de personnes à travers le monde sont touchées par le psoriasis. Cette maladie se présente souvent par l’apparition de plaques rougeâtres et d’écailles blanches et se manifeste par des éruptions cutanées. Elles peuvent apparaître à différents endroits du corps : le cuir chevelu, les ongles, les genoux, les coudes, les pieds ou encore les mains», explique notre interlocutrice. «Bien qu’aucun traitement définitif ne soit disponible jusqu’à présent, le climat tropical dont nous bénéficions à Maurice aide à mieux contrôler l’apparition du psoriasis», souligne-t-elle.

 

La dermatologue recommande une exposition modérée et régulière aux rayons du soleil et des baignades en eau salée. Car grâce à son effet anti-inflammatoire, le soleil atténue les symptômes de cette maladie et l’eau salée permet, quant à elle, de ramollir la croûte. «Maurice est privilégiée par son climat favorable pour contrôler, voire estomper, l’évolution du psoriasis chez un patient. Avoir le soleil toute l’année est aussi un atout non négligeable. Donc, il faut mettre ces privilèges à profit pour lutter contre cette maladie aussi dérangeante qu’inesthétique», nous dit notre interlocutrice.

 

À ce jour, seule la prévention aide concernant cette pathologie. «Le psoriasis reste encore mystérieux pour la science et d’ailleurs, il n’existe aucun traitement définitif à ce jour. Si des traitements par voie orale et topique ou encore des médicaments biologiques sont disponibles, les soins naturels en complément soulagent les malades», explique la dermatologue. «Nous recommandons également aux patients de s’hydrater au quotidien afin d’atténuer les démangeaisons qui sont souvent insupportables. Mise à part les traitements classiques du psoriasis, c’est-à-dire les crèmes à base de cortisone ou les traitements oraux, la pratique d’un sport doux et le port de vêtements légers ou en coton facilitent la vie des personnes atteintes de ce mal», indique Dilshad Paurobally.

 

Cette dernière souligne aussi qu’il y a des idées reçues concernant le psoriasis ! Par exemple, beaucoup pensent que c’est une maladie transmissible par contact direct. Or,  tel n’est pas le cas. «Les études révèlent que le facteur déclenchant la maladie est souvent lié à une prédisposition familiale ou au stress. La consommation excessive de boissons alcoolisées, certains traitements médicaux, ou encore des traumatismes sur la peau sont aussi des déclencheurs de cette maladie», nous dit notre interlocutrice. Le psoriasis n’est donc pas prévisible, régresse et réapparaît de manière spontanée.