• Pascal Tsin : Mon business autrement
  • Anoushka Shankar : en attendant mercredi
  • Kyokushinkai – All Asia Championship : Zakariyya Ozeer offre le bronze à Maurice
  • Un «Beautiful Cocktail» signé Curty Laviolette
  • Lari Napa Enn Labri : pour un «waouf» de solidarité
  • Ils dénoncent un policier et sont arrêtés pour vol | Les frères Hazemoth : «Il s’agit d’une injustice»
  • Arnaud Poulay : «Les Agaléens sont tous révoltés»
  • Décès de Mathieu Leveque, 14 ans, en classe : Tristesse et révolte d’un père en quête de vérité
  • Agnès Cateaux : oh my look !
  • Batti Gul Meter Chalu : Laissons entrer la lumière

Pour une histoire de bonbons… | Le cycliste Fabio Catherine : «L’ADSU m’a humilié»

Le jeune homme, blessé au genou suite à son accident, dit avoir vécu la pire expérience de sa vie.

Ce jeune champion de cyclisme, victime d’un accident de la route lors d’une séance d’entraînement, allègue avoir passé un sale quart d’heure entre les mains des officiers de la brigade antidrogue. Cela, dit-il, après qu’un médecin aurait mal analysé les résultats d’un X-ray et pris des bonbons pour de la drogue. Il témoigne.

Sa participation au Tour de Maurice de cyclisme, le lundi 10 septembre, aurait pu être compromise… Le vendredi 31 août, Fabio Catherine, champion de Maurice junior du contre-la-montre, a été victime d’un accident de la route lors d’une séance d’entraînement à Pointe-aux-Feuilles.

 

Alors qu’il roulait en direction de Mahébourg, le pensionnaire de la KFC Faucon Flacq Team aurait été percuté par un 4x4. S’il en est sorti avec des égratignures sur plusieurs parties du corps, le jeune homme dit cependant avoir passé un mauvais quart d’heure entre les mains des officiers de l’Anti-drug and Smuggling Unit (ADSU) suivant une histoire de bonbons. Il revient sur sa mésaventure…

 

Vers 16h45, le vendredi 31 août, «je roulais lorsqu’un 4x4 m’a percuté. Je me suis retrouvé sur l’asphalte. Ma bicyclette a été sérieusement endommagée. Une ambulance du Samu m’a, par la suite, transporté à l’hôpital de Flacq», raconte le jeune homme de 18 ans. Sur place, il aurait été examiné par un médecin qui lui aurait recommandé de faire une radio puisqu’il avait subi des blessures au genou, au coude et au dos. «Je portais toujours mon maillot. J’ai dit à la personne qui allait faire la radio que j’avais des bonbons dans les poches. Il m’a dit de ne pas m’en faire. Peu après, j’ai été conduit dans une salle où j’ai été placé en observation pour la nuit», explique-t-il. «Le lendemain, j’ai fait une deuxième radio avant d’être autorisé à rentrer à la maison. J’étais à peine rentré que j’ai reçu un appel de l’hôpital me demandant de retourner pour d’autres examens.» Ce qu’il fait.

 

Sauf que le médecin, dit-il, ne l’aurait jamais examiné ce samedi-là ni le lendemain. Ce n’est que lundi, selon ses dires, qu’un médecin l’a vu brièvement peu de temps après avoir analysé ses deux radios. «Quelques minutes plus tard, une équipe de la brigade antidrogue a débarqué dans la pièce où j’étais. Il y avait six policiers. Ils ont commencé à m’interroger dans une autre pièce», raconte Fabio Catherine, un habitant de Camp-Marcelin.

 

Déposition

 

«Il n’arrêtait pas de me bousculer, de me poser des questions embarrassantes. Ils m’ont également insulté. Toutes les questions avaient un lien avec les résultats d’une des deux radios. Les policiers m’ont dit que le médecin qui a analysé mes résultats a trouvé que j’avais des objets dans mon estomac. Ils disaient sans cesse que c’était de la drogue. Je leur ai dit à plusieurs reprises qu’il s’agissait de quelques bonbons.»

 

Un policier aurait alors pris sa défense sur la base qu’un sportif de haut niveau doit régulièrement avoir recours à des contrôles antidopage. «Mais ses collègues me disaient sans cesse : ‘‘Aret amenn rol ek zot.’’ Il m’a alors demandé d’aller me reposer», explique notre interlocuteur.

 

De retour en salle, Fabio Catherine téléphone à ses parents et est autorisé à rentrer chez lui juste après leur arrivée. Traumatisé, il a consigné une déposition au poste de police de Flacq. «L’ADSU m’a humilié. J’ai vécu la pire expérience de ma vie. On m’a injustement traité de toxicomane», se lamente le jeune champion. 

 

Contacté au sujet de cette affaire, le service de presse de la police a tenu à apporter quelques précisions. «Des officiers de l’ADSU ont effectivement interrogé le jeune homme après qu’un médecin a diagnostiqué qu’il y avait des foreign bodies dans son estomac suivant les conclusions d’un radiologue. Les objets en question étaient visibles sur la première radio seulement. Cependant, à aucun moment, les policiers ne l’ont brutalisé. Il a été autorisé à rentrer chez lui car ses explications étaient satisfaisantes», précise l’inspecteur Shiva Coothen.

 

Du côté du ministère de la Santé, une source avance qu’une enquête va bientôt démarrer pour savoir si un médecin a mal analysé les résultats des deux radios en faisant passer des bonbons pour de la drogue. Fabio Catherine va, pour sa part, décider de la marche à suivre après le Tour de Maurice, où il espère faire une bonne performance avec son équipe malgré le traumatisme engendré par son accident et son «humiliante» mésaventure.