• Goûte à Tout : Une émission «siro disik»
  • Zwe nou lamizik veut «Kraze»
  • Jay Bhunjun Memorial Challenge Cup : AS Malherbes fait un malheur
  • Combat contre la drogue : Irna Sameeraz Jafferbeg veut maintenir la pression
  • Jason Jean Pierre, l’amuseur de «Facebook»
  • Blanchiment d’argent allégué : La commission anticorruption cible les complices du caïd Veeren
  • Baz’Art Kreasion : Sur le chemin de l’autonomie
  • Agression mortelle de Farook Chaumun : Les enquêteurs n’écartent aucune thèse
  • Rallye Automobile : Les bolides à l’assaut de Curepipe
  • Avi : «J’ai peur pour mon bébé»

Il perd la vie deux ans après sa fille de 12 ans : Le tragique destin de Roshan Teelwah

Elle s’est murée dans le silence car sa douleur est trop intense. Le lundi 30 avril, Bina Teelwah a perdu son époux Roshan, 48 ans, deux ans seulement après le décès de sa fille aînée, âgée de 12 ans, dans des circonstances tragiques. «Elle est complètement effondrée. Elle ne digère pas cette énième perte. Zot gran tifi inn mor an oktob 2015. Li ti tombe ek blese dan so pankreas. Li ti mor apre 10 mwa», confie Vishal, un proche.

 

Roshan Teelwah, qui travaillait dans un poulailler de la région, a succombé à ses blessures quelques jours après avoir été victime d’un accident. Le 15 avril, alors qu’il rentrait chez lui à bicyclette, le quadragénaire avait été renversé par un taxi conduit par un habitant de Camp-Ithier, à proximité du rond-point de l’hôtel Holiday Inn, à Plaine-Magnien. Il a été hospitalisé pendant une semaine, avant d’être autorisé à rentrer chez lui. «On lui avait plâtré la main gauche à cause d’une fracture. Il s’était également blessé au pied gauche. De retour à la maison, il avait régulièrement des vertiges», explique un proche.

 

C’est en allant à son rendez-vous à l’hôpital de Rose-Belle que Roshan Teelwah est décédé. Le rapport d’autopsie indique qu’il est mort d’une embolie pulmonaire. «So madam pe res plore mem. Li res zis so garson 9 an-la. Roshan mem ti pe fer tou dan lakaz. So madam pa travay. Li dan enn soufrans terib», confie Vishal.

 

Une souffrance tellement intense que Bina s’est murée dans le silence…