• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Drogue : Pourquoi la tête de Lam Shang Leen et Tuyau est mise à prix

La mafia de la drogue locale aurait déboursé Rs 10 millions par tête pour faire abattre Paul Lam Shang Leen et Hector Tuyau.

Ceux qui veulent avoir la peau du président de la commission d’enquête sur la drogue et celle de son responsable des enquêtes auraient déboursé Rs 20 millions pour arriver à leurs fins et pouvoir ainsi continuer leur trafic en toute impunité.

La menace serait plus que sérieuse cette fois. Durant la semaine écoulée, la tête de Paul Lam Shang Leen, président de la commission d’enquête sur la drogue, et celle de son responsable des enquêtes, l’assistant surintendant de police (ASP) Hector Tuyau, auraient une fois de plus été mises à prix. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la mafia de la drogue locale a vraiment mis le prix : elle aurait déboursé Rs 10 millions par tête pour les faire abattre. 

 

Les commanditaires seraient un consortium comprenant des caïds et leurs complices. Ils veulent en finir une fois pour toutes avec les deux hommes pour pouvoir continuer le trafic de drogue en toute impunité avec la complicité de plusieurs personnes, dont certaines sont très proches des politiques, du judiciaire et de la police.

 

Durant la semaine écoulée, l’ASP Tuyau s’est exprimé à ce sujet sur sa page Facebook : «Vous, avocats mafieux, policiers véreux, gardiens de prison pourris et autres facilitateurs des marchands de la mort, vous voulez ma perte. Ce ne sera pas facile. Je suis sous la protection du Très-Haut. Tremblez pourritures, la fin approche. À bon entendeur...»

 

Depuis la mise sur pied de la commission d’enquête sur la drogue en 2015, Paul Lam Shang Leen et Hector Tuyau ont fait l’objet de plusieurs menaces de mort. Cette fois, c’est pris très au sérieux car la police serait en présence d’éléments d’informations genuine à cet effet. «Nous prenons la menace au sérieux mais en tout cas, elle ne me fait pas peur. Je suis plus que jamais déterminé à faire mon travail», souligne Hector Tuyau. Celui qui compte 39 ans de service dans la police, dont une vingtaine d’années à la brigade antidrogue, refuse cependant d’en dire plus car ses collègues de la Central Criminal Investigation Division enquêtent à ce sujet. 

 

Au cours de sa carrière, l’ASP Tuyau a procédé à l’arrestation de plusieurs gros bonnets. Le plus connu est Peroomal Veeren qu’il est le premier à avoir arrêté. Et son combat contre les mafieux se poursuit de plus belle au sein de la commission d’enquête sur la drogue. Lui et son équipe, composée d’une dizaine d’hommes, ont fait un véritable travail de fourmi afin de réunir plusieurs éléments compromettants qui ont abouti à l’audition de nombreux présumés complices de trafiquants.

 

Il y a eu des policiers, des gardes-chiourmes, des avocats et d’autres individus. Une seule personne est venue devant Lam Shang Leen pour faire des dénonciations. Il s’agit du fameux témoin mystère dont la commission a voulu coûte que coûte préserver l’identité. Les autres ont tous été convoqués pour s’expliquer sur leurs liens présumés avec des trafiquants. La dernière personne à avoir été auditionnée est Raouf Gulbul. Après deux premières convocations ces dernières semaines, l’avocat devra à nouveau se présenter devant la commission d’enquête ce lundi 6 novembre. 

 

Selon nos informations, il sera, entre autres, appelé à fournir des explications sur la mystérieuse valise qui a terminé dans le coffre de sa voiture lors d’une rencontre nocturne au domicile de Peroomal Veeren, à St-Pierre, pendant les législatives de 2014. Lors de ses deux précédentes auditions, l’avocat Gulbul a eu du mal à s’expliquer sur ses liens présumés avec des trafiquants de drogue et sur ses nombreuses grosses transactions financières. 

 

C’est la raison pour laquelle celui qui préside la Gambling Regulatory Authority et la Law Reform Commission devra repasser ce lundi. «Ce n’est que le bout de l’iceberg», lui avait dit Paul Lam Shang Leen lors de sa première audition. D’autres avocats sont dans le collimateur de l’ancien juge. Deux d’entre eux ont déjà été convoqués mais ils n’ont pu se présenter devant la commission étant absents du pays. Ils sont déjà sur la waiting list, nous dit-on.