• «Non» aux accords de pêche : au nom des baleines, des dauphins, des thons
  • Harry Mootoosamy : L’as des portraits
  • Championnat de Maurice Snooker : Une première nationale pour Salman Moosa
  • Vanessa Lindor, le spa de ses rêves
  • Menace de déportation | Arnaud Poulay : «Ce n’est pas mon combat mais celui de tous les Agaléens»
  • Appel à l’aide : Pour que Shahana puisse entendre…
  • Accident fatal : Un septuagénaire succombe à ses blessures après une collision
  • Anjanita Mahadoo : Son rêve américain
  • Wilfried N’Sondé : littérature, esclavage et jeunesse
  • Trail – Gaël Aliphon : Un Mauricien sur le Mont Blanc

Collision fatale en mer : L’émouvant adieu à Hervé Duchenne

Le skipper Steeve Adeline est provisoirement accusé d’homicide involontaire.

Cet homme de 68 ans rentrait d’une balade en mer avec son épouse lorsque son speedboat est entré en collision avec un autre bateau naviguant à grande vitesse. Le choc lui a été fatal. Alors que le skipper de la deuxième embarcation nie toute responsabilité dans cet accident, les membres de la famille Duchenne, eux, n’en démordent pas. C’est bien lui, disent-ils, qui en est responsable. 

Un bien triste jour pour les Duchenne. Celui où ils ont rendu un dernier hommage à celui qu’ils aiment tant et qui est parti si subitement et tragiquement. Emporté par un accident de bateau, le dimanche 6 mai. Ses funérailles ont eu lieu quatre jours plus tard, le jeudi 10 mai, en présence de ses proches éplorés. Après la cérémonie religieuse fort émouvante à l’église Ste-Thérèse, à Curepipe, sa dépouille a été transportée au crématoire du cimetière Bigarra pour un autre moment très fort.

 

Il est 15h50 en ce jeudi après-midi. Dans la salle du crématoire, des chaises sont placées du côté droit pour permettre aux membres de la famille de s’asseoir au premier rang pour la dernière bénédiction avant l’incinération. Des proches et amis, venus en grand nombre, se sont, eux, placés de l’autre côté de la salle pour rendre un dernier hommage à celui qui était connu de tous comme Gate.

 

À 16 heures, Maria Duchenne, un l’épouse du défunt, descend de la voiture de son fils Gaël pour rejoindre ceux venus leur témoigner de la sympathie. Elle se déplace difficilement. Grièvement blessée dans l’accident qui a coûté la vie à son époux, elle porte sur la tête un foulard qui masque un pansement. Elle a été autorisée à quitter la clinique pour pouvoir assister aux funérailles de son mari. Tous les regards sont braqués sur Maria Duchenne qui rejoint le premier rang avec les autres membres de sa famille qui sont aux petits soins pour elle, pour l’aider à tenir le coup.

 

Quelques secondes plus tard, une dame prononce une dernière prière, suivie de la chanson Ce n’est qu’un au revoir que tous entonnent d’une seule voix. Les enfants – deux garçons et une fille – et les belles-filles d’Hervé Duchenne accompagnent ensuite la dépouille jusqu’à l’incinérateur. Peu après, Maria Duchenne quitte la salle. «Elle est encore sous le choc», confie son fils Gaël, très ému.

 

Car toute la famille est très marquée par la terrible tragédie qui s’est abattue sur elle, le dimanche 6 mai. Ce jour-là, vers 11h35, Maria et Hervé Duchenne se trouvaient sur leur speedboat dans le lagon de Pointe-d’Esny lorsqu’un autre bateau naviguant vraisemblablement à grande vitesse, est entré en collision avec le sien. L’accident a eu lieu à proximité de l’île-aux-Aigrettes.

 

Hervé Duchenne, âgé de 68 ans, est mort sur le coup. Le rapport d’autopsie indique qu’il a rendu l’âme suite à un choc provoqué par ses multiples blessures. Également blessée, son épouse a été transportée à une clinique où elle a été admise. Elle a, par la suite, subi une intervention chirurgicale à la tête. L’autre speedboat avait trois touristes français à son bord – une dame de 44 ans, un mineur de 10 ans et une jeune femme de 21 ans. Légèrement blessés, ils ont reçu des soins à l’hôpital avant de rentrer.

 

Arrestation

 

Le skipper, Steeve Adeline, un habitant de St-Hubert, a été soumis à un alcotest qui s’est révélé négatif. La police a toutefois procédé à son arrestation après l’avoir interrogé en présence de son avocat Assad Peeroo. Cet homme de 40 ans explique, dans sa déposition, qu’il venait de déposer des touristes sur une île et s’était engagé dans une passe quand il a vu le speedboat des Duchenne fonçant dans sa direction. Il dit avoir ralenti mais n’avoir pu éviter la collision. Il raconte être tombé à l’eau et avoir ensuite voulu secourir Hervé Duchenne mais que ce dernier était déjà mort.

 

Steeve Adeline a, par la suite, été relâché sur parole. Mais il a dû retourner au poste de police de Blue Bay le lendemain avant de comparaître devant le tribunal de Mahébourg, sous une accusation d’homicide involontaire. Il a fourni une caution de Rs 20 000 pour retrouver la liberté conditionnelle.

 

La famille Duchenne contredit vigoureusement la version de l’habitant de St-Hubert. Gaël Duchenne s’est confié à l’express à ce sujet : «Ma mère m’a confié qu’ils n’allaient pas vite. C’est l’autre bateau qui arrivait à grande vitesse.» Les Français qui voyageaient à bord du speedboat de Steeve Adeline abondent dans le même sens dans leurs dépositions respectives, selon une source policière. Selon eux, leur skipper allait très vite. Gaël Duchenne soutient également que le bateau de ses parents était «presque à l’arrêt et ils étaient près d’arriver à terre lorsqu’ils ont été percutés de plein fouet.» Le jeune homme souligne que sa famille va retenir les services d’un avocat pour engager des poursuites contre le skipper Steeve Adeline.

 

Au revoir champion

 

Un amoureux du sport. C’est ce qu’était Hervé Duchenne. Il avait d’ailleurs été champion d’athlétisme dans sa jeunesse et avait même établi un record sur 1 500 mètres. Il a fallu 20 ans pour que quelqu’un d’autre brise celui-ci. Le jour du drame, l’homme de 68 ans avait fait du vélo avant de sortir en mer avec son épouse Maria.

 

Des speed cameras installées bientôt

 

La collision fatale ayant coûté la vie à Hervé Duchenne est, semble-t-il, la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Pour éviter d’autres drames en mer, la National Coast Guard envisage de faire installer des speed cameras dans des lieux stratégiques pour contrôler le va-et-vient des bateaux dans nos lagons. Les gardes-côtes utilisent déjà des radars Falcon pour contrôler la vitesse mais les skippers arrivent à les éviter.