• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Blanchiment d’argent : les possibles liens entre trafiquants et casinos passés à la loupe

Le vendredi 12 mai, trois maisons de jeu appartenant au groupe Senator ont été perquisitionnées. Une semaine plus tôt, une descente avait été effectuée dans deux casinos, à Vacoas et Goodlands, appartenant au groupe Monte Games. Les enquêteurs soupçonnent ces établissements de blanchir de l’argent provenant du trafic de drogue.

Il leur est reproché de n’avoir pas tenu de «proper records» de leurs transactions financières. Le Chief Executive Officer de trois maisons de jeu appartenant au groupe Senator a été arrêté le vendredi 12 mai. Cela, après trois opérations simultanées menées par les enquêteurs de la Commission d’enquête sur la drogue ainsi que ceux de la Gambling Regulatory Authority (GRA), de la Mauritius Revenue Authority (MRA), de la Brigade des Jeux, et de l’IT Unit de la police. 

 

Les casinos Senator appartiendraient à un étranger. Cependant, la police soupçonne ce dernier d’être un prête-nom pour le compte d’un directeur de bureau de change qui pourrait être arrêté pour complicité, trafic de drogue ou encore blanchiment d’argent.

 

Une semaine plus tôt, les limiers de ces différentes unités ont effectué une descente dans deux casinos du groupe Monte Games, à Vacoas et Goodlands. Des données en lien avec le blanchiment d’argent ont été récupérées dans le système informatique. Les enquêteurs soupçonnent le propriétaire de blanchir de l’argent provenant du trafic de drogue. 

 

Le directeur de ces deux maisons de jeu serait, selon certaines informations, très proche du directeur de bureau de change cité plus haut. Ce dernier, un ancien banquier, aurait effectué de nombreux déplacements en Afrique du Sud avec de grosses sommes d’argent en devises étrangères. Il devrait aussi  être appelé à s’expliquer là-dessus. 

 

Des machines «reset»

 

D’autant qu’il est également soupçonné d’être très proche d’un suspect déjà arrêté pour blanchiment d’argent dans le cadre de la saisie record des 157 kg d’héroïne dans le port et l’enquête de la Commission anti-corruption sur les karne laboutik du caïd Peroomal Veeren.

 

Durant la semaine écoulée, ce directeur de bureau de change aurait été en contact avec des personnalités politiques. Il aurait également des contacts au Champ de Mars. Nous avons tenté de le joindre au téléphone, sans succès. 

 

De leur côté, les enquêteurs s’intéressent au possible lien entre les trafiquants de drogue et les maisons de jeu. Selon nos informations, le blanchiment d’argent passerait par les roulettes automatiques. Les enquêteurs n’écartent pas la thèse selon laquelle ces maisons de jeu «reset» ces machines tous les jours pour ne pas laisser de traces. D’autant que le serveur informatique de ces casinos ne serait pas connecté à celui de la GRA. Une lacune dont ils profiteraient au maximum. 

 

Navind Kistnah interrogé sur ses relations avec Dade Azaree

 

Son interrogatoire, en présence de ses avocats Rama Valayden et Neelkant Dulloo, s’est poursuivi durant la semaine écoulée. Le DCP Bhoyjoo, qui supervise l’enquête, le SP Azima et les ASP Ramgoolam et Hosseny, s’intéressent cette fois à la relation entre Navind Kistnah, le présumé importateur des 157 kg d’héroïne, et Dade Azaree, directeur de Gloria Fast Food Ltd. Ces derniers se seraient déjà rendus en Angleterre ensemble. Navind Kistnah continue de collaborer avec les limiers. 

 

Le détenu Nevil Rome intéresse la brigade antidrogue

 

Nevil Rome est, lui aussi, dans le collimateur de la brigade antidrogue dans le cadre de l’enquête policière qui a démarré après la saisie record de 157 kg d’héroïne dans le port. Cet homme, condamné à 30 ans de prison pour trafic de drogue, est actuellement détenu à la prison centrale de Beau-Bassin. Il était, au préalable, détenu à la prison de Melrose. Il a été transféré en même temps que Peroomal Veeren après que ce dernier a célébré son anniversaire lors duquel de la drogue aurait été distribuée. La police le soupçonne d’avoir participé à cette fête et de s’être occupé de la distribution de drogue. 

 

Selon nos informations, le détenu Rome, marié à une policière suspendue de ses fonctions, ferait rentrer de la drogue dans la prison par des colis lancés par-dessus les murs. Nevil Rome serait également en contact avec l’Ougandais Kanawanjee. 

 

Des policiers et avocats bientôt devant la Commission d’Enquête 

 

Le défilé des gardes-chiourmes devant la Commission d’Enquête sur la Drogue devrait prendre fin incessamment. À ce jour, une dizaine d’entre eux ont déposé alors qu’une cinquantaine de gardes-chiourmes au moins sont dans le collimateur des enquêteurs. Selon nos recoupements, Paul Lam Shang Lim et ses deux assesseurs devraient ensuite convoquer des policiers et avocats. Des rebondissements de taille sont attendus.

 

Les frères Aulum interpellés par la brigade anticorruption

 

 

L’opération karne laboutik a permis aux enquêteurs de la Commission anticorruption d’y voir plus clair dans le réseau dirigé par Peroomal Veeren. Cette semaine, les limiers de cette unité ont interpellé les frères Aulum. Amir et Aslam sont soupçonnés de blanchiment d’argent pour le compte de Peroomal Veeren. Aslam Aulum était déjà fiché à la police. Il a été condamné pour trafic de drogue et a fait la connaissance de Peroomal Veeren lors de son séjour en prison. 

 

Son nom figure d’ailleurs dans le karne laboutik de ce dernier. La Commission anticorruption s’est également intéressée à Bernard Marie cette semaine. Elle soupçonne l’homme de loi d’avoir bénéficié d’un paiement de Rs 50 000 de la part de Peroomal Veeren, émanant d’une somme de Rs 1,5 million payée au cabinet de Me Rex Stephen où il collabore. 

 

Ce dernier, qui est l’avocat de Peroomal Veeren, avait été interrogé par les limiers de la Commission anticorruption le vendredi 5 mai au sujet de cet argent dont une partie devait servir à payer les honoraires de son cabinet pour les affaires en cours et à venir. Lors d’une fouille à son bureau, les enquêteurs avaient retrouvé un montant de Rs 748 500. Le Directeur des poursuites publiques attend un complément d’information avant de décider de la marche à suivre dans cette affaire.