• Jacqueline Dalais : son «Feuilleté d’une vie» à savourer
  • Compensation salariale : les syndicats résignés, le patronat contrarié
  • Le bon sens de Bérenger
  • Laurence Camarasa : Vamos à la playa… du R. Beach Club !
  • Sortie de route mortelle pour Mario Ratna
  • Festival Kreol | Gustave de Commarmond des Seychelles : son rêve des îles unies
  • Colour for Change : Les nouvelles couleurs de Roche-Bois
  • 7 Summits Africa 2018 : Xavier Koenig et Teshil Gangaram s’attaquent au Kilimandjaro
  • Cité Tôle, Mahébourg : Une clé pour un nouveau départ
  • Le couple Lo-Thiap-Hing décède à neuf jours d’intervalle : Vincent et Pamela, inséparables dans la vie comme dans la mort

Alexandre*, 11 ans, accuse Luciano Lahache de l’avoir drogué et violé | Son père : «Nous ne voulons pas que cela arrive à d’autres enfants»

Le suspect a comparu devant le tribunal de Bambous mardi.

Il lui a été difficile de sortir de son mutisme. Mais Alexandre, 11 ans, a fini par raconter le calvaire qu’il aurait subi entre les mains de Luciano Lahache, un pêcheur de 34 ans. Et pas qu’une fois… Le cas a été rapporté au poste de police de Rivière-Noire le lundi 10 septembre et le suspect a été arrêté. Témoignage du père du garçonnet…

Il est traumatisé. Ce qu’il a vécu a laissé de lourdes séquelles. Psychologiques surtout. Alexandre*, 11 ans, est donc suivi par des officiers de la Child Development Unit (CDU) et des psychologues. Le garçonnet dit avoir été drogué et agressé sexuellement par un habitant de sa localité, à cité EDC, Grande-Rivière-Noire, le samedi 8 septembre, au domicile de ce dernier. Ses parents ont consigné une déposition au poste de police de Rivière-Noire, le lundi 10 septembre.

 

Un suspect, Luciano Lahache, aussi connu comme Ti Nain, a été arrêté. Ce pêcheur de 34 ans a comparu devant le tribunal de Bambous mardi, sous une charge provisoire de causing child to be sexually abused, avant d’être reconduit en cellule, la police ayant objecté à sa remise en liberté.

 

Depuis, Jean-Pierre*, le père du garçonnet, est rongé par la culpabilité.  «Je rentre souvent à la maison tard le soir. Comme mon fils s’était rendu chez sa mère, à Coteau-Raffin, dimanche matin, je n’ai pas eu l’occasion de lui parler», explique-t-il. Ce n’est que le lundi 10 septembre, vers 20 heures, qu’il apprend ce qui s’était passé. Son aîné, âgé de 23 ans, l’avait contacté pour lui demander de le rejoindre au poste de police de Rivière-Noire. «Mo pa finn poz plis kestion. Li finn dir mwa vinn vit.»

 

En arrivant sur place, son aîné lui relate les faits. Ce dernier aurait appris le drame après avoir visionné une vidéo de la scène qui aurait circulé de téléphone en téléphone dans la localité. Cette vidéo, ce serait le bourreau du petit Alexandre lui-même qui l’aurait faite. Toutefois, la police n’est pas en possession de ladite video.

 

Diverses unités de police se rendent alors au domicile du suspect pour procéder à son arrestation. «Sa famille est intervenue pour empêcher les policiers de le conduire au poste de police mais n’y est pas parvenue», raconte le père d’Alexandre. Ce dernier a assisté à l’interrogatoire de son fils, conduit par les officiers de la CDU. «Alexandre leur a dit qu’il ne s’agissait pas de sa première agression. Il l’aurait obligé à consommer de la drogue synthétique avant d’abuser de lui. Il a ajouté qu’il ne serait pas l’unique victime de Ti Nain. D’autres enfants auraient également été agressés ce samedi-là.» Cependant, aucune autre plainte n’a été consignée au poste de police de Rivière-Noire.

 

Le mardi 11 septembre, Alexandre a été examiné par un médecin de la police. Les résultats sont attendus. De son côté, le garçonnet se remettrait petit à petit de son agression, d’après son entourage.

 

Son père, secoué par les récents événements, raconte que «ce n’est pas la première fois que Ti Nain est arrêté pour abus sexuel sur mineur. Il a déjà fait de la prison pour le même délit. Nous ne voulons pas que cela arrive à d’autres enfants.» Néanmoins, cette information n’a pu être confirmée par le Police Press Office. «Tout le monde pensait qu’il avait changé. Kan ou get li, ou trouv li trankil. Mo pa ti atann ek mo pa ti krwar pou ariv enn zafer parey. Sinon, zame mo ti pou les mo garson al laba.»

 

Depuis que cette affaire a éclaté, les familles du suspect et de la présumée victime sont à couteaux tirés. D’après Jean-Pierre, «la famille de Ti Nain a voulu porter plainte contre (mon) fils sous prétexte qu’il aurait tenté de mettre le feu à sa maison». Mais ils n’y ont pas donné suite.Aujourd’hui, les proches d’Alexandre n’ont qu’un souhait : «Nous laissons la police faire son travail mais nous espérons que cette fois, il obtiendra la sentence qu’il mérite.»

 

*Prénoms modifiés