• Pourquoi je pars aux master class de la «Mauritius Cinema Week»
  • Joe Lesjongard, un «Deputy Speaker» surprise
  • Jeux Olympiques de la Jeunesse : Terence Saramandif entre dans l’histoire
  • Accusation d’abus sexuel sur un adolescent : Le Vatican interdit au père Moctee «tout contact avec des mineurs»
  • Poignardée par son époux : Viviane Louise, 53 ans, raconte l’enfer de la violence conjugale
  • Bousculons nos consciences…
  • Urvashi Gooriah : moi, Miss Mauritius…
  • Kaviraj Pather : «Les jeunes ont un rôle-clé à jouer dans le nouveau souffle que requiert notre pays»
  • Entraîneur d’athlétisme au Canada : La «sucess story» de Thiadeeren Ponambalum
  • Elle restitue 79 boulettes d’héroïne : les complices de la passeuse Sud-Africaine recherchés

Accident fatal : Triste fin d’année pour la famille de Jean-Claude Michel

Il est mort en voulant éviter un 4x4.

Alors qu’il reprenait goût à la vie, il est mort dans un accident de la route. Ses proches sont accablés par cette perte.

Il avait hâte de passer les fêtes en compagnie de ses deux enfants et six petits-enfants. Il ne connaîtra pas cette joie. Et eux non plus. Jean-Claude Michel, 64 ans, est mort tragiquement dans un accident de la route, vers 12h30, le vendredi 15 décembre, sur la route côtière de Pointe-aux-Sables.

 

La mobylette que pilotait Jean-Claude Michel est entrée en collision avec un bus de la Triolet Bus Service Ltd en essayant d’esquiver un 4x4 qui s’était arrêté devant lui. Le chauffeur, âgé de 42 ans et résidant à Riche-Terre, a subi un alcotest qui s’est révélé négatif.

 

Angela, la fille de Jean-Claude Michel, est sous le choc. «Je n’arrive pas à croire que mon père a été arraché à la vie si brutalement. Surtout qu’il avait hâte que nous célébrions les fêtes ensemble après trois ans. Car depuis le décès de ma maman, il s’était renfermé sur lui-même et s’était laissé aller au désespoir. Mais depuis peu, il avait retrouvé son engouement pour les fêtes», confie-t-elle.

 

Après plusieurs mois, Jean-Claude Michel était allé rendre visite à sa sœur, à Terrasson, Pointe-aux-Sables. «Ce jour-là, il a bricolé à la maison et est sorti pour se rendre chez sa sœur. Je lui ai parlé avant qu’il ne reprenne la route pour rentrer et il m’a dit qu’il rentrait d’ici une quinzaine de minutes. Mais vers 13 heures, des personnes de la localité sont venues me dire que mon père avait eu un accident. J’ai accouru et j’ai été anéantie quand je l’ai vu gisant inerte sur l’asphalte», raconte la fille de la victime.

 

Jean-Claude Michel, qu’on surnommait affectueusement Caraye, est décrit comme un homme courtois et populaire dans la localité. «Mon père était un homme en or. Un père, un grand-père et un ami fabuleux. Il était aimant et un dur bosseur malgré ses 64 ans. Dès qu’il avait sa pension de vieillesse, il gâtait les petits-enfants en leur couvrant de gâteaux et de cadeaux et passait du temps avec eux au quotidien», explique Angela.

 

Son ami d’enfance, Alain, ne tarit pas d’éloges à son égard. «Jean-Claude et moi avons grandi ensemble. Nous sommes toujours restés inséparables et cela m’attriste d’avoir perdu un si bon ami. C’est quelqu’un qui était très créatif et aimait beaucoup son travail. J’ai toujours été impressionné par ses créations en métal. C’était un homme bon qui ne méritait pas de mourir ainsi.» Jean-Claude Michel laisse derrière lui des enfants, des petits-enfants et des amis accablés qui se soutiennent pour surmonter cette dure épreuve.