• Dans la petite «Kazafleurs» de Natacha
  • Jeux Africain de la Jeunesse : Le Club Maurice commence à prendre forme
  • Esafodaz : Prendre par la main les petits entrepreneurs
  • Un ado accuse un policier de Curepipe de brutalités
  • Vaccin anti-grippe, le «must» pour affronter l’hiver
  • Politique de confidentialité
  • Jean-Philippe Lebon : Moi, Mauricien et militaire dans la Légion étrangère
  • Shotokan : le JKAM passe à la vitesse supérieure
  • Après un jour d’hospitalisation : Un jeune tatoueur succombe à ses blessures
  • Ujwantee Fekna tuée dans une collision à Piton : Ses enfants réclame la vérité sur les circonstances du drame

Accident fatal des frères Phutully : Leur cousin Sahil va beaucoup mieux

Sahil n’en revient toujours pas d’avoir perdu ses deux cousins  dans l’accident.

Il a été épargné ! Sahil Phutully est l’unique survivant de l’accident survenu aux petites heures, le lundi 1er janvier, à la hauteur de St-Jean. Cet accident avait couté la vie à deux frères, Falahuddeen et Zinedeen Phutully, âgés de 24 ans et 18 ans respectivement. Après être resté un peu plus de deux semaines dans le coma, le cousin des deux victimes, âgé de 19 ans, a finalement ouvert les yeux. Et au bout de quelques jours, soit le week-end dernier, il a été autorisé à regagner son domicile, à Stanley.

 

Il ignorait alors qu’il n’y retrouverait pas ses cousins. Il apprendra leur disparition peu après. Bien que conscient de la chance qu’il a eue d’avoir la vie sauve, Sahil Phutully a le cœur gros. «Il les réclamait sans cesse. Il essayait de les avoir au téléphone, il leur envoyait des textos pour leur demander de venir le voir. Nous ne voulions pas le brusquer mais nous n’avons eu d’autre choix que de lui dire la vérité», raconte Ahmed, le frère ainé du jeune homme. Et c’est finalement leur mère qui lui a annoncé la terrible nouvelle. «Nous faisions toujours tout ensemble. Cela m’a fait un choc. Mo ti panse mo pou vinn fou», raconte Sahil, encore troublé par cette double perte.

 

Questionné quant aux circonstances de l’accident, le rescapé déclare : «Je n’ai plus aucun souvenir. Je me souviens uniquement du moment où nous nous trouvions à Flic-en-Flac. Nous étions remontés parce que toutes les boîtes de nuit étaient fermées. Nous devions nous rendre à Belle-Rose pour prendre le thé.» Quant aux informations selon lesquelles ils auraient pris livraison d’un colis suspect à Flic-en-Flac, ce jour-là, et auraient été poursuivis par la brigade antidrogue, il affirme que ce n’est pas vrai.