• Jean-Philippe Lebon : Moi, Mauricien et militaire dans la Légion étrangère
  • Shotokan : le JKAM passe à la vitesse supérieure
  • Après un jour d’hospitalisation : Un jeune tatoueur succombe à ses blessures
  • Ujwantee Fekna tuée dans une collision à Piton : Ses enfants réclame la vérité sur les circonstances du drame
  • NRJ Maurice : une arrivée dans la polémique
  • Stéphane Huët : «Le label “I love” témoigne du soutien d’une entreprise aux droits humains»
  • Jean-Pierre, 55 ans, meurt après une agression | Michel Appavou : «Mon fils a connu une fin atroce»
  • Vol audacieux de bijoux | Le policier Agathe : «Comment j’ai arrêté Bimla Ramloll»
  • Fans Voice | Jessy la Madrilène vs Nadiim le Red : deux Mauriciens chez les finalistes
  • Ligue des Champions : Quand le Gegenpress de Klopp conduit à la finale

Wind River : Le meurtre des neiges

Jeremy Renner et Elizabeth Olsen dans une enquête tendue…

Dans une réserve indienne quelque part aux États-Unis, un corps est découvert. C’est celui d’une Amérindienne. Sur place, une jeune agent du FBI soupçonne un homicide. Et avec le pisteur des neiges qui a découvert le corps, elle va mener une enquête qui va faire ressortir les tensions entre les Amérindiens et les autres…

 

Taylor Sheridan, scénariste de talent (Sicario, Hell or High Water) s’essaie ici à un sujet engagé, celui des Amérindiens qui disparaissent sans laisser de traces dans des régions lointaines aux États-Unis. Ce film lui a valu le Prix de la Mise en Scène dans la compétition Un Certain Regard au dernier Festival de Cannes. 

 

À l’écran, cela donne un film qui prend son temps pour s’installer, nous immergeant dans de grands espaces enneigés de toute beauté et des personnages très solitaires au milieu de toute cette nature. Mais dans la seconde partie, nous sommes assénés avec
une violence inou
ïe, des affrontements réalistes et musclés. Les prestations du duo d’acteurs, Elizabeth Olsen et Jeremy Renner, ne sont pas en reste avec des rôles intenses, qui rappellent par moment des Western

 

En somme, un film engagé qui n’épargne ni personnages ni spectateurs, et qui s’interroge sur l’isolement des hommes en pleine nature...